Vous cherchez sur Lili?

mardi 31 mai 2011

Comme une soudaine envie de voler - Carnet de curiosités de Magnus Philodolphe Pépin

Par Thierry Dedieu, Petite Plume de carotte

«Et si la nature était une source d’inspiration? En observant le comportement des animaux ou certains phénomènes naturels, on peut peut-être apprendre à voler, à se déplacer silencieusement et à moindre effort, à trouver mille et une astuces pour s’accrocher, se coller, se hisser, se glisser… Oui, la nature nous apprend tout cela! Encore faut-il savoir découvrir tous ses secrets, et avoir de l’imagination… Pas de problème : Magnus Philodolphe Pépin est là pour nous aider!»

Une délicieuse «curiosité», en effet, que cet album bigarré et farfelu! L'histoire, hybride alliant documentaire sur la nature, carnet de notes et aventure échevelée, entraîne joyeusement le lecteur dans une quête saugrenue et cocasse. Et puis, quel charmant univers visuel que celui proposé par Dedieu: j'ai adoré sa façon habile et audacieuse de plonger ses personnages colorés au coeur d'un monde un tantinet vieillot, qui n'est pas sans rappeler les carnets de travail de Léonard de Vinci. Un petit bijou surprenant...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★    

lundi 30 mai 2011

La frousse autour du monde, tome 3

Par Bruno Blanchet, La Presse, La Frousse 3

«Après le grand succès des premiers tomes, Bruno Blanchet revient avec les récits de sa troisième année de pérégrinations avec entre autres : le choc culturel de l’Éthiopie, une croisière en boutre à la recherche d’un oiseau rare… et la côte Africaine sur son Fidèle vélo.
"Dans deux jours, je repartirai en direction du lac Tanganyika. 600 kilomètres. Dont 150 à travers un parc national où abondent les éléphants, les girafes et les lions. Dangereux? Oui. Mais je ne crains pas les lions. J’ai appris un truc. Tu leur rentres la main dans la bouche, tu leur saisis la langue, tu tires de toutes tes forces et, floc! tu les vires à l’envers, comme des bas sales. En attendant, comme je vous le disais, rien à signaler."
"Rien à signaler", sauf des camarades de tout acabit : curé sauveur, "moumoune" aux cris stridents, géant ornithologue ou brute des quartiers pauvres… "Rien à signaler", sauf la poésie dépaysante dont Bruno Blanchet est capable!
En prime, ce 3e tome teste une technologie nouvelle où Bruno Blanchet se téléporte virtuellement dans les pages pour vous parler en « expérience plus que réelle » (augmented reality). Un livre illustré encore plus vivant que les autres, avec des collages de photos personnelles et une "expérience plus que réelle" inédite!»

Suite (et fin, pour le moment...) de ce voyage étrange et authentique à travers le monde. Une bouffée d'espoir qui vient chasser la grisaille du deuxième tome. La plume de Bruno Blanchet recommence à s'émerveiller d'un rien, et grince un brin moins lors des inévitables imprévus. Rocambolesque, dépaysant, fascinant... À quand le quatrième tome de La Frousse!!!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

La pêche à la lune

Par Claude K. Dubois, École des Loisirs, Pastel

«Aujourd'hui, rien ne va pour Momo. "J'en ai marre, dit Momo. Quelle horrible journée! C'est pas juste! " Mais Papy arrive : " Viens avec moi. Je vais à la pêche à la lune."»

Une toute petite histoire de rien du tout qui fait sourire la grisaille. Claude K. Dubois nous offre un câlin littéraire simple, vrai et touchant; une petite miette de vie entre deux journées à toute vitesse. Et puis, oh les illustrations douces et tendres!... Réconfortant.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★    

Le secret de Jeanne

Par Arnaud et Robin Almeras, Albin Michel jeunesse

«Je vous le dis tout de suite, Grand-Mère Jeanne a un secret : elle n'a pas toujours été une grand-mère! Elle a d'abord été une petite fille...»

Jolie proposition littéraire mettant en images et en mots l'étrange perception que nous avons parfois de notre âge chronologique: comme si l'enfance ne cédait jamais vraiment toute la place à l'adulte que nous devenons. C'est ce qui arrive à Grand-Mère Jeanne, au cours de cette histoire en forme d'album-souvenirs. Si le concept de narration répétitive coince parfois un brin, l'univers visuel simple et tendre rend l'album on ne peut plus attachant.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Pas si méchants!

Par Emily Jenkins, illustré par Élodie Durand, Milan Jeunesse

«La directrice de l'école qui arpente les couloirs à la recherche des élèves en retard, la dame de la cantine qui fait penser à un lézard, le garçon au look bizarre qui slalome sur les trottoirs... Ça fait un peu peur quand même!»

Une sympathique petite histoire, gentiment éducative et délicieusement cocasse. La narration est ronflante un brin, par moment, à cause du concept répétitif des «pas si méchants», mais somme toute, ça fait sourire et ça nous travaille le préjugé. L'univers visuel opposant un semblant de monochromie à une quadrichromie riche et remplie de détails amusants fait découvrir au lecteur à quel point son point de vue sur la vie peut être biaisé parfois. Sûrement encore plus nuancé et habile en version anglaise, car la traduction française aussi juste soit-elle ne parvient à faire s'épanouir les jeux de mots du texte original...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version originale

Scènes d'un mariage imminent

Par Adrian Tomine, Delcourt

«Vous êtes cordialement invité à lire les tribulations drolatiques d'un couple sur le point de se marier. L'auteur de Loin d'être parfait et de Blonde platine nous ouvre les pages de son intimité en nous conviant aux préparatifs de son mariage, depuis le choix du disc-jockey jusqu'à la liste des invités en passant par l'épreuve de la belle-famille. À travers une série de saynètes remarquablement observées, tantôt absurdes, tantôt émouvantes, Adrian Tomine capture ce qui fait le sel d'un mariage... la tendresse entre deux êtres sur le point de s'unir, l'absurdité de certaines décisions à prendre, la pression de l'entourage. De l'humour, bien sûr, et aussi de... l'amour.»

Un petit opus drôlissime à glisser dans la boîte aux lettres de tout couple sur le point de fouler la grande allée. Bien sûr, le scénario demeure dans le connu, n'évitant pas les «grands classiques» de la préparation du mariage à deux, mais comme il n'y a rien de plus cocasse que la prévisibilité de l'humain, on se bidonne joyeusement en se reconnaissant in peto. J'aime bien la mise en images simple et habile de l'auteur qui fait exploser le comique de situation. À découvrir... même si on n'envisage pas le Grand Plongeon Matrimoniale dans un avenir rapproché!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version originale

dimanche 29 mai 2011

La frousse autour du monde, tome 2

Par Bruno Blanchet, La Presse, La Frousse 2

«Enfin le 2e tome des chroniques de Bruno Blanchet : un livre illustré encore plus beau que le 1er, avec les photos personnelles de ce globe-trotter à nul autre pareil.
Après le grand succès du 1er tome, Bruno Blanchet revient avec les récits de sa deuxième année de périple de La frousse autour du Monde. La jungle du Cambodge à dos d’éléphant, le Japon en patins à roues alignées, le désert de Gobi en camionnette pourrie, et une croisière sur le Yangtse avec un groupe de l’âge d’or, sont au programme.
"Dans ce second tome, moins timide que le premier, le moral en prend un coup, et le beau rêve devenu réalité, s’avère moins romanesque que prévu... Et à la lecture de ces pages sombres, peuplées de personnages troublants et de situations absurdes, on se demande franchement pourquoi j’ai poursuivi mon chemin!"
En plus des textes poétiques et drôles des chroniques 41 à 100, Bruno a lui-même ajouté des commentaires inédits, des photos jamais publiées et des objets de voyages qu’il a pris soin de nous faire parvenir en provenance du bout de la planète!»

L'envers de la médaille, le côté sombre de la fébrilité globe-trotterestre; ce deuxième tome de La frousse nous fait découvrir un Bruno Blanchet un peu plus petit face à la diversité du monde, un peu plus cynique... et qui s'ennuie un brin plus de son Québec d'origine! L'aventure est au rendez-vous, bien sûr, et les découvertes, et les éclats de rire, le livre à la main, mais l'euphorie se dissipe, le sac-à-dos semble plus lourd et la Terre très vaste. Un poil moins enlevant que le premier tome, mais incontestablement humain, et toujours aussi délirant.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

samedi 28 mai 2011

The Postmistress

Par Sarah Blake, G. P. Putnam and sons

«Those who carry the truth sometimes bear a terrible burden... Filled with stunning parallels to today's world, The Postmistress is a sweeping novel about the loss of innocence of two extraordinary women-and of two countries torn apart by war. On the eve of the United States's entrance into World War II in 1940, Iris James, the postmistress of Franklin, a small town on Cape Cod, does the unthinkable: She doesn't deliver a letter. In London, American radio gal Frankie Bard is working with Edward R. Murrow, reporting on the Blitz. One night in a bomb shelter, she meets a doctor from Cape Cod with a letter in his pocket, a letter Frankie vows to deliver when she returns from Germany and France, where she is to record the stories of war refugees desperately trying to escape. The residents of Franklin think the war can't touch them- but as Frankie's radio broadcasts air, some know that the war is indeed coming. And when Frankie arrives at their doorstep, the two stories collide in a way no one could have foreseen.
The Postmistress is an unforgettable tale of the secrets we must bear, or bury. It is about what happens to love during war time, when those we cherish leave. And how every story-of love or war-is about looking left when we should have been looking right.»

Touchante et troublante vision de la guerre, à mi-chemin entre le roman historique, la grande histoire d'amour et le journal de guerre. Sarah Blake dresse avec finesse et lucidité un portrait sans complaisance de l'inertie américaine au début de la Deuxième Guerre Mondiale, et de l'aveuglement généralisé du monde entier concernant l'exode forcé et la disparition inexpliquée alors (!) des Juifs d'Europe. La prémisse de l'histoire est accrocheuse (et si une maîtresse des Postes décidait de ne pas livrer telle ou telle lettre, en temps de guerre) et entraîne le lecteur dans un questionnement plus fondamental: est-ce que les règles doivent toujours être suivies rigoureusement,  et indirectement, est-ce que toute vérité est bonne à dire? Peut-on faire du mal en voulant faire le Bien? Intéressante piste de réflexion mise en mots à travers une fiction vivante et prenante. À lire...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version française

vendredi 20 mai 2011

I Broke My Trunk!

Par Mo Willems, An Elephant and Piggie Book, Hyperion Books for Children

«Gerald is careful. Piggie is not. Piggie cannot help smiling. Gerald can. Gerald worries so that Piggie does not have to. Gerald and Piggie are best friends. In I Broke My Trunk! Gerald tells Piggie the long, crazy story about breaking his trunk. Will Piggie end up with a long, crazy story of her own?»

Une autre savoureuse aventure d'Elephant et de Piggie! La plume habile et absurde à souhait de Mo Willems m'a fait rire haut et fort... tout comme ses illustrations simples mais délirantes. Un petit bonheur en forme d'album!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★    

Mon monstre et moi

Par Emmanuelle Eeckhout, École des Loisirs, Pastel

«"Quand j'étais petit, mon meilleur ami était un monstre. Il avait l'air si triste. Je ne pouvais pas le laisser comme ça. Alors, sans hésiter, je l'ai ramené à la maison."»

Une charmante historiette qui m'a fait sourire... Les personnages sont attachants (et ne manqueront pas de faire s'épanouir une bouffée de souvenirs dans le coeur de tous les rêveurs). J'ai été un brin dérangée, toutefois, par l'univers visuel hybride, alliant photographie retravaillée et illustrations: si parfois ce genre de duo de médiums m'enchante, cette fois, j'ai trouvé que cela faisait planer un vent de froideur sur la représentation visuelle d'une histoire pourtant si tendre. Un album parfait pour les nostalgiques de l'enfance...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

lundi 16 mai 2011

Auto-Stop

Par Daniel Bélanger, Les Allusifs, Les peurs

«Auto-Stop est un récit intime en forme de poèmes/chansons qui explore la peur d’exister. Une déambulation, au gré des humeurs et réflexions, d’un homme lors d’un voyage en Italie où il rencontre une jeune femme. Coup de foudre et tremblement du temps. Il vivra une aventure inoubliable avec cette Italienne qu’il quittera aussi subitement qu’il l’a rencontrée. Une histoire d'amour qui brûle par deux bouts : celui de l'idéalisme d'un amour inaccessible, et celui vertigineux des abysses de sentiments contradictoires. Un dévoilement progressif tisse un suspense d'une très grande efficacité. Le tout sous un ciel florentin croqué par la finesse d’un poète.»

Un agréable petit opus saugrenu et poétique en forme de voyage quasi-initiatique. La plume de Daniel Bélanger virevolte avec aisance dans l'univers des mots, peignant le périple de Vincent par petites touches d'authenticité, et gardant habilement au fond de son encrier une chute sympathique pour la toute, toute fin. Un récit joyeusement fleuri et incontestablement touchant à découvrir...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Le coeur et la bouteille

Par Oliver Jeffers, Kaleidoscope

«C’est l’histoire d’une petite fille emplie de toutes les curiosités du monde qui fait un jour une tragique découverte. Alors la petite fille décide de mettre son coeur à l’abri des bouleversements de la vie. Mais quand saura-t-elle remettre son coeur à sa place? Et comment?»

Une histoire toute en douceur, saupoudrée d'un brin de tristesse. La narration, simple, peu loquace et pourtant si éloquente, m'a séduite. Quant aux illustrations émouvantes à la palette tendrement délavée, elles m'ont envoûtée, littéralement. Un voyage en demi-teintes au coeur d'une grande peine de petit et qui, sans pontifier, fait comprendre que le soleil peut toujours poindre au bout du chemin, si on sait bien s'entourer...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★    

La croûte

Par Charlotte Moundlic, illustré Olivier Tallec, Flammarion, Albums du Père Castor

«Quand une maman meurt, rien n'est plus comme avant. On continue à vivre, à jouer, à respirer. Comment faire alors pour ne pas l'oublier? On cherche son odeur, on entend sa voix, on voudrait toujours les garder avec soi, comme quand elle était là...»

Émouvante variation sur le thème de la mort de l'être aimé et de la vie qui continue après, malgré tout. La prémisse de l'histoire est fort intéressante et aborde un sujet délicat habilement, sans trop de prétentions pédagogiques ostensibles. Toutefois, la narration inonde le vide vertigineux auquel font face les personnages d'une avalanche de mots; je crois qu'un brin d'élagage aurait pu être fait, ce qui aurait fait s'épanouir encore plus ce petit conte tendre et sensible. En ce qui concerne l'univers visuel créé par Olivier Tallec, j'ai été totalement envoûté: une simplicité colorée et éloquente qui ne peut que ravir les yeux! Un joli album à feuilleter tout doucement, le temps que «la croûte» cicatrise...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

vendredi 13 mai 2011

La frousse autour du monde

Par Bruno Blanchet, La Presse, La frousse 1

«Enfin les chroniques de Bruno Blanchet réunies dans un livre magnifiquement illustré, avec les photos personnelles de ce globe-trotter à nul autre pareil. Dans une esthétique exotico-trash, Bruno Blanchet nous entraîne avec lui dans sa première année de périple de La Frousse autour du Monde (2004-2005). En plus des textes poétiques et drôles des 41 premières chroniques, Bruno a lui-même ajouté des commentaires inédits, des photos jamais publiées et des objets de voyages qu'il a pris soin de nous faire parvenir en provenance du bout de la planète! Retrouvez un Bruno absurde qui pose son regard original sur le monde et les gens qui l'entourent, qu'ils soient de Brossard ou du Myanmar!»

Comme une bouffée d'air frais du large pour la pantouflarde douillette que je suis! Ce tour du monde qu'offre Bruno Blanchet, dans ses délicieux mots, un peu sur le rough, justes, sensibles, candides et vrais, je l'ai bu littéralement, comme une assoifée du dépaysement que je ne suis pourtant pas (à ma grande déception!). Peut-être parce que ce dont l'auteur parle, c'est de la vie, avec un grand V, et sans frontière... À découvrir absolument donc!... et à offrir, et à relire, encore et encore, en riant tout haut et tout fort, pour éveiller le globe-trotter en nous, aussi timide soit-il...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★    

Ma Meteor bleue

Par Caroline Merola, KamiCase, Vol d'essai

«"Ce matin, je me suis acheté une Meteor bleue 1958. Pour la première fois, j'éprouve une certaine fierté à être au volant d'une belle voiture et à rouler à bonne vitesse. Grâce à elle, le soir même, je me faisais de nouveaux amis. Le soir même, les complications commençaient..."»

Agréable scénario un brin noir et fantaisiste, soutenu par un visuel coloré et sensible. Une BD qui a fait sourire le limier, s'émouvoir la romantique et frissonner la froussarde en moi. Habile et surprenant. À découvrir...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

lundi 9 mai 2011

The Arrival

Par Shaun Tan, Arthur A. Levine Books

«In a heartbreaking parting, a man gives his wife and daughter a last kiss and boards a steamship. He's embarking on the most difficult journey - he's leaving home to build a better future for his family.»

Quel silence éloquent et percutant que cette riche aventure visuelle de Shaun Tan! Totalement séduite par la «voix» de l'auteur, par sa façon de rythmer doucement sa narration, permettant au lecteur de s'imprégner de chaque parcelle d'illustration, d'évoluer avec discrétion auprès du personnage principal, au coeur de ce nouvel univers si déroutant, d'être touché, ému, bouleversé par l'histoire intemporelle et pourtant universelle de cet émigrant face à l'Inconnu. Un album qui émerveille, et qu'on savoure lentement, en extase... Et, sans aucun doute, un auteur à découvrir... 


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★    

Pour le lire en «version française»...
... même s'il n'y a pas de dialogues (!)

samedi 7 mai 2011

La belle au bois dormant

Par les frères Grimm, illustré par Adolie Day, Toucan

«Le roi et la reine ont organisé un grand banquet en l'honneur de la naissance de leur fille et n'ont pu inviter que 12 fées. La 13e fée, non invitée, déclare pour se venger que dans sa quinzième année, la jeune fille se piquera à un fuseau et en mourra. La 12e fée, qui heureusement n'avait pas encore prononcé son voeu pour la princesse, transforme la sentence en un long sommeil de 100 ans.»

Je me suis laissée envoûter par l'illustration de la couverture de ce conte de Grimm si souvent visité. Malheureusement, si, cette fois, la narration est dynamique et rafraîchissante, dépoussiérant joyeusement cet incontournable des contes de fées, l'univers visuel d'Adolie Day m'a un brin déçue... En effet, son style léché, plutôt froid, peu éloquent, laisse difficilement percer une sensibilité que la palette de couleurs et le choix des contextes à illustrer appelaient pourtant. On est douloureusement loin de Rébecca Dautremer et Benjamin Lacombe, de leur monde de nuances et de demi-teintes émouvant, juste... et c'est dommage.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ☆ ☆

jeudi 5 mai 2011

Le fond du trou

Par Jean-Paul Eid, La Pastèque

«Le fond du trou est un album qui devrait faire parler de lui; l’auteur nous offre ni plus ni moins que son travail le plus abouti mais avec des morceaux en moins... un trou traverse littéralement le livre! Ce trou est à l’origine d’un véritable tour de force de Jérôme Bigras, notre héros de papier doit vivre avec une cavité traversant sa nouvelle aventure!»

Sublime aventure bédéesque qui fait craquer les rouages de la logique, couiner notre esprit cartésien et grincer le continuum espace temps. Délectable d'un bout à l'autre, ce brillant labyrinthe temporel emporte le lecteur cul par-dessus tête dans un sympathique chaos qui fait sourire. Un album que vous ne pourrez vous empêcher de relire encore et encore!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★    

Ceux qui n'aiment pas lire

Par Rachel Corenblit, illustré par Julie Colombet, Rouergue, ZigZag

«Si ta mère raconte partout que tu détestes lire. Si elle t'oblige à aller toutes les semaines à la bibliothèque. Si aucun livre ne t'intéresse, même pas les romans d'aventure ou ceux qui parlent d'amour, rejoins le "Club de ceux qui n'aiment pas lire". Lis ce livre...»

Une prémisse si intéressante et un début d'histoire si prometteur...! Malheureusement, une fois attachée aux personnages et à leur mission singulière, l'action a déboulé vers une fin à la morale lourde. Il aurait pu se passer tellement de choses au sein de ce club sélect: du rocambolesque, du fantaisiste, du cocasse, de l'absurde... mais non. J'ai dû me contenter de savourer le style fin et drôle de Rachel Corenblit, et de me plonger dans l'univers visuel accrocheur et un brin inquiétant de Julie Colombet, en souhaitant qu'un jour, Samuel et sa bande se réunissent de nouveau pour un combat digne de ce nom contre la lecture obligatoire!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ☆ ☆

mercredi 4 mai 2011

Chienne de vie

Par Helle Helle, Le Serpent à Plumes

«Bente plaque tout. Son appart, son mari. Elle échoue dans un endroit isolé au bout du bout du Danemark. C'est là que Johnny et Cocotte la trouvent dans un arrêt de bus. Ils l'adoptent.»

Étrange petit morceau de fiction, éparpillé, mélancolique, comme détaché d'une réalité pourtant palpable et éloquente. Comme si la narratrice se laissait porter, constatant des faits, posant l'orteil dans la chaleur humaine des personnages mais ne se laissant jamais toucher, refusant de prendre part à l'action, repoussant la vie. Voyage saugrenu au coeur d'une âme égarée; une expérience littéraire passablement déroutante!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆