Vous cherchez sur Lili?

vendredi 19 mai 2017

La véritable histoire du petit chaperon rouge et de son chat Marcel

Par Benjamin Perrier, illustré par Jules, série La véritable histoire, chez Gautier Languereau.
Quatrième de couverture:
«Connais-tu l’histoire du Petit Chaperon rouge? Oui, bien sûr! Sais-tu en revanche que cette petite fille espiègle a un chat nommé Marcel? Un bon gros chat qui passe son temps à ne rien faire! Mais entre toit et moi, pour être tout à fait franc, c’est LUI le vrai héros du conte!»

Il était une fois, un petit chaperon rouge, qui n’aimait pas du tout porter son chaperon. Elle avait un chat indolent, la quintessence de l’inaction, qui aimait bien se promener avec elle (ou plutôt dans ses bras). Ensemble, ils formaient un improbable duo alliant vivacité d’esprit et lucidité… à un appétit insatiable, et un flair pas trop moche. Et si au fond, ces atouts singuliers étaient suffisants pour déjouer le vilain Loup? Et si, en fait, on racontait le conte de travers depuis des lustres? Avec une verve malicieuse, Benjamin Perrier retricote habilement l’indémodable Petit Chaperon rouge, secouant les conventions, et sortant délicieusement des ornières éculées de la tradition. Porté par l’univers visuel ébouriffé de Jules, tout en simple et taquine éloquence, et relancé par une narration interpellant directement (et audacieusement) le lecteur, cet opus décoiffant fait rigoler sans vergogne et souffle une irrésistible bouffée de fraîcheur sur les séculaires histoires du soir.


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✮  

jeudi 18 mai 2017

Bonne nuit?

Par Coralie Saudo, illustré par Kris Di Giacomo, chez Frimousse.
Quatrième de couverture:
«Cette nuit, Petit Elephant est bien décidé à passer une bonne nuit dans le lit de Grand Elephant... Mais est-ce vraiment une bonne idée?»

La nuit, c’est si long. Seul. Dans un grand lit. Et ça pourrait être si chouette en bonne compagnie! Alors, pourquoi ne pas, habilement, se faufiler entre les ombres et défier l’interdit? Avec un aplomb adorable et une candeur irrésistible, Coralie Saudo raconte l’enfance qui explore, infatigable, les limites de l’Autre, et qui découvre, au passage, les siennes. Porté par la palette tendre, et les traits évocateurs de l’univers visuel de Kris Di Giacomo, cet opuscule rigolo souligne, avec fraîcheur et simplicité, qu’il fait parfois bon respecter le besoin d’espace de ceux qu’on aime… si on veut passer une bonne nuit!

Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✮


ATTENTION! Ce livre n'est pas encore paru en Amérique du Nord:
parution prévue à la mi-juin 2017.

mardi 16 mai 2017

Pax

Par Sara Pennypacker, illustré par Jon Klassen, chez Harper Collins.
Résumé de l'éditeur:
«Pax and Peter have been inseparable ever since Peter rescued him as a kit. But one day, the unimaginable happens: Peter's dad enlists in the military and makes him return the fox to the wild. At his grandfather's house, three hundred miles away from home, Peter knows he isn't where he should be—with Pax. He strikes out on his own despite the encroaching war, spurred by love, loyalty, and grief, to be reunited with his fox. Meanwhile Pax, steadfastly waiting for his boy, embarks on adventures and discoveries of his own…»

Il existe parfois, entre deux êtres vivants, une complicité à l’état pur, une connivence qui se rit des différences, comme une fusion de deux existences en une seule âme. Cette unité à deux têtes, cette union singulière (ou ce «oneness» comme l’évoque avec plus de justesse la langue anglaise) semble indestructible, imperméable aux coups du sort d’un Destin parfois sans pitié. Or, lorsque la séparation survient, brutale, sans crier gare, commence alors une quête cruciale: retrouver cette autre partie de soi, coûte que coûte. Tout en finesse et en simplicité, Sara Pennypacker raconte une amitié plus grande que tout, de celles qui bousculent les conventions, sortent joyeusement des ornières, et donnent le courage de braver toutes les tempêtes (même celles qui grondent en soi) afin de ne pas laisser filer le bonheur au loin. Audacieusement porté par une narration à deux voix, cet opus chamboulant sait dire l’essentiel, avec une justesse et une sensibilité qui ne laisseront personne indifférent. Un petit bijou sublime qui ose faire voir par-delà les oeillères du convenu.



Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✮




Pour le lire en version française

mardi 9 mai 2017

L'oiseau de Colette

Écrit et illustré par Isabelle Arsenault, série La bande du Mile-End, chez La Pastèque.
Résumé de l'éditeur:
«Pauvre Colette, récemment déménagée dans un nouveau quartier, sa mère lui refuse un animal de compagnie. Mais lorsqu’elle cherchera à se faire de nouveaux amis, ce sera grâce à une perruche… imaginaire!»

Quand le grand branle-bas survient, avec tous ces souvenirs en boîtes, et ces racines qui se cherchent un nouveau terreau d’accueil, l’enfance a parfois la solitude vertigineuse. Sans compter que les premiers pas vers de possibles complicités sont toujours terriblement angoissants. Mais avec un ami, même un peu inventé, à ses côtés, tout peut soudain sembler plus léger… Et s’il suffisait d’un soupçon d’imaginaire pour s’ouvrir les horizons? Tout en finesse et en sensibilité, Isabelle Arsenault raconte l’extraordinaire quête de tous les instants d’une enfance qui se réinvente le quotidien. Faisant s’épanouir sous nos yeux ravis, à travers un univers visuel à la palette tendre et à la composition éloquente, les rocambolesques péripéties de cette irrésistible bande d’amis, ce délectable opuscule sait souffler avec justesse que l’essentiel, dans la quête du bonheur, c’est de savoir se l’imaginer.


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✮ 

dimanche 7 mai 2017

La Mésaventure

Écrit et illustré par Iwona Chmielewska, chez Format.
Quatrième de couverture:
«Une jeune fille repasse la nappe préférée de sa maman, un souvenir précieux brodé par la grand-mère. Mais voilà, elle se perd dans ses pensées et le fer à repasser laisse une trace indélébile sur le joli tissu! Quelle mésaventure! Que dira maman à son retour?»

La réalité a parfois une malicieuse façon de rappeler à l’ordre les rêveurs de tous les instants : après tout, un accident est si vite arrivé.  Or, cette fois, la jeune fille le sait, sa dérive de l’imaginaire a engendré un impardonnable faux pas. Un pour les annales. Un qui ne disparaîtra pas de sitôt du regard de sa mère. Et si elle parvenait à trouver une entourloupe pour éviter la tempête? Et si elle réussissait à disparaître sans crier gare avant le cataclysme? Et si, au fond, tout n’était pas si terrible? Tout en éloquente simplicité, Iwona Chmielewska ose raconter entre les lignes le sournois pouvoir de la peur du jugement de l’autre. Misant audacieusement sur un univers visuel dépouillé mais évocateur, qui réinvente habilement les possibles d’une même forme, suivant l’évolution des pensées du personnage principal, cet opuscule singulier sait faire parler le silence avec justesse et sensibilité, secouant malicieusement, au passage, les conventions narratives.


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✮ 

vendredi 5 mai 2017

Pavor Nocturnus : l'histoire d'un petit garçon un peu trop parfait

Écrit et illustré par Letizia Iannaccone, avec la collaboration de Marilina Cavaliere, chez Seuil jeunesse.
Quatrième de couverture:
«Pavor est un petit garçon comme les autres, enfin presque… À en croire sa maman, des poux, des chiens méchants ou d’horribles rhumes morveleux sont prêts à se jeter sur lui à chaque coin de rue. Alors Pavor se méfie de tout et de tout le monde. Jusqu’au jour où…»

Pour Pavor Nocturnus, l’enfance est un vrai cauchemar de catastrophes potentielles, et s’aventurer en dehors du cocon (sur)protecteur de la maison est une périlleuse aventure à laquelle il se soumet vaillamment, malgré tous les risques qu’elle recèle, selon sa maman. Or, voilà qu’un jour, même le refuge inébranlable de ses nuits douillettes en zone protégée échoue à contrer les menaces extérieures. Qu’adviendra-t-il, alors, de sa sécurité? D’une plume tout en sensibilité, Letizia Iannaccone raconte avec finesse et humour, les aléas de l’enfance qu’on tient en laisse de peur qu’elle ne se frotte à la vie. Porté par un univers visuel à la palette délicieusement vieillotte et à l’éloquence tendre, cet album ose dire la nécessité de s’ouvrir aux possibles, avec tout ce que cela implique d’imprévisible, si on veut avoir la chance de croiser d’impromptus et d’ébouriffants petits bonheurs sur son chemin.


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩

Souffler dans la cassette

Par Jonathan Bécotte, chez Leméac.
Quatrième de couverture (extrait):
«Souffler dans la cassette est un roman poétique qui dépeint l’amitié entre deux garçons du primaire. Leurs jeux, leurs aventures formeront les racines des hommes qu’ils deviendront.»

L’amitié. La vraie. La grande. Celle qui illumine le regard et fait sourire l’âme en secret. Celle qui fait poindre le soleil entre les averses du quotidien. Celle qui tisse, finement, la trame d’un avenir à l’unisson. Celle qui vibre d’intensité. Celle qui aussi, parfois, s’avère être un amour qui n’ose pas prendre sa place. Celle-là. Celle-là même. Qui crée le vide en s’évaporant sans crier gare. D’une plume à la poésie quotidienne, tendre et évocatrice, Jonathan Bécotte chuchote au lecteur l’amour dans toute sa vertigineuse simplicité et sa fracassante vulnérabilité. Un opuscule, comme une ode au sacré, qui sait dire avec la juste lucidité de l’enfance, ce lien, si fort, qui souffre en silence de n’être pas nommé.


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✮

jeudi 4 mai 2017

La vache de la brique de lait

Par Sophie Adriansen, illustré par Mayana Itoïz, chez Frimousse.
Quatrième de couverture:
«Il y a une vache dans la brique de lait.»

Tout le monde sait d’où vient le lait: de la vache, bien sûr. Mais comment fait la vache pour produire du lait directement dans le carton? Se peut-il qu’elle y loge en permanence? Y trouve-t-elle assez d’espace pour bouger, s’amuser, vivre sa vie heureuse de vache? Et où peut-elle bien aller, ensuite, lorsque tout le lait a été avidement bu? Tout en délicieuse candeur et en verve coquine, Sophie Adriansen cède la parole à l’enfance, à son implacable logique et à son imaginaire foisonnant de possibles improbables. Porté par l’univers visuel de Mayana Itoïz, à la composition éloquente et aux savoureux clins d’oeil à la narration, ce cocasse opuscule démontre avec un aplomb irrésistible que la vérité se cache souvent entre le probable et l'impossible.


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩


ATTENTION! Ce livre n'est pas encore paru en Amérique du Nord:
parution prévue à la fin mai 2017.

mardi 2 mai 2017

Les premiers aviateurs

Scénario d'Alexandre Fontaine Rousseau, dessins de Francis Desharnais, chez Pow Pow.
Résumé de l'éditeur:
«On oublie souvent que l’échec occupe une place de choix dans l’histoire de la réussite, et l’épopée des premiers aviateurs ne fait certainement pas exception à cette règle ancestrale. Le présent ouvrage retrace les grandes lignes de l’histoire de l’aviation en s’intéressant plus particulièrement à ses innombrables chutes ainsi qu’à la petite poulie qui fait que le rêve tombe toujours en morceaux.»

Voler. Entre ciel et terre. Sans se soucier de la gravité. Embrasser cette liberté toute neuve. Cette indépendance de la surface terrestre. Une soif irrésistible qui a sans doute motivé les inventeurs à l’ingéniosité créative, et maintenu cette vaillance dans le regard, à travers les aléas des échecs et des recommencements chroniques. Mais, au fond, connaît-on l’Histoire aussi bien qu’on le croit? Et si on ne nous avait pas tout dit? Et si on la réécrivait un brin, entre ses lignes si solennelles? D’une plume à la répartie taquine et à l’humour joyeusement anachronique, Alexandre Fontaine Rousseau bouscule les conventions de la sacro-sainte ligne du temps, commentant l’Histoire sans vergogne, dans un hilarant plaidoyer pour le gros bon sens. Porté par une audacieuse redondance visuelle, introduite avec brio dans La guerre des arts de Francis Desharnais, ce cocasse opuscule ébouriffe les bien-pensants, et souffle une bouffée d’absurde fraîcheur dans l’Histoire avec un grand H. 


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩

lundi 1 mai 2017

Gilles

Écrit et illustré par Mathieu Lavoie, chez Comme des géants.
Quatrième de couverture:
«Et qu’est-ce que le renard fait? Il dort! Chuuuuuuut!»

Et si le renard était fidèle à sa réputation de sournois stratège? Et si le corbeau avait, en fait, plus d’un tour dans son bec? Et si, au fond, tout était la faute de Gilles? Revisitant malicieusement l’intemporelle fable du Renard et du Corbeau, Mathieu Lavoie tricote une irrésistible histoire, cocasse et rythmée, à la structure répétitive nourrissant joyeusement l’expectative, et à la chute délicieusement espiègle. Un coquin et déjanté opuscule, à découvrir en famille, et qui ne laissera personne sur sa faim… sauf peut-être Gilles!


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✮