Vous cherchez sur Lili?

samedi 26 novembre 2016

Nouvelle binette

Bonjour à vous, chers visiteurs(ses) de la bibliothèque de Lili les merveilles !

Comme vous avez pu le constater, Lili s'est lancée dans un petit changement de look, en cette fin de semaine de grisaille.

Quelques autres petits ajustements mineurs risquent de s'ajouter au grand branle-bas, dans les prochains jours, mais Lili s'est assurée que vous retrouverez les mêmes grandes rubriques d'avant son petit goût de renouveau.

En espérant que la nouvelle binette de Lili vous plaira!


mercredi 23 novembre 2016

Conversations avec un enfant curieux


Par Michel Tremblay, chez Leméac/Actes Sud.
Extrait de la quatrième de couverture:
«Momaaan…
- Toi, quand tu me parles comme ça, c’est parce que tu veux avoir quequ’chose…
- C’est juste une question que je veux te poser…
- La réponse a besoin d’être courte, parce qu’y faut que je prépare la pâte pour les pâtés à’ viande.
- C’est au sujet de la crèche.
- Qu’est-ce qu’elle a, la crèche, tu la trouves pas belle, ma crèche?»

L’enfance a souvent la langue bien pendue et le raisonnement en ébullition. La soif de comprendre insatiable. La candeur attachante. La curiosité infatigable. De sa plume au long cours, Michel Tremblay brode une sympathique courte-pointe de souvenirs, farfouillant joyeusement dans le passé afin de souffler une bouffée de fraîcheur coquine dans notre présent à vive allure. Sans réinventer le genre, cet opuscule sait dire avec aplomb et humour, faisant sourire sans crier gare, et soulignant avec justesse les manigances un brin arrogantes d’une époque révolue (quoi que…) où le mensonge de masse abreuvait l’ignorance d’un peuple qui n’avait d’autres choix que de se soumettre aveuglément au dogme.


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩

mardi 22 novembre 2016

Squishy McFluff, the Invisible Cat


Par Pip Jones, illustré par Ella Okstad, tomes 1 et 2 de la série, chez Faber & Faber.
Quatrième de couverture du tome 1:

«An imaginary friend is a wonderful thing. What giggles! What games! What adventures they bring! Well, Ava’s a girl who knows all about that… Meet Squishy McFluff, her invisible cat!»

En mode d’exploration des possibles, qu’ils soient astucieux ou malicieux, quoi de mieux, pour l’enfance, que d’avoir un complice pour partager les victoires (et, si le vent tourne, un coupable tout prêt à blâmer pour les dérapages!). Si, en plus, cet acolyte en est un tout ronronnant, agile, taquin, et ingénieusement invisible, le bonheur ne peut être plus complet. Sauf, peut-être, pour les victimes de ce délicieusement terrible duo!… Tout en joyeuse candeur et en coquine inventivité, Pip Jones sait raconter avec justesse et humour ce moment précieux où l’imaginaire se tricote un présent avec le réel. S’épanouissant à travers l’univers visuel ébouriffé d’Ella Okstad, cette adorable série n’est pas sans rappeler l’irréductible et attachante irrévérence de l’Eloise de Kay Thompson et Hilary Knight. De rigolos opuscules à découvrir sans tarder!



Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩



Pour les lire en version française

Squishy McFluff, the Invisible Cat


Par Pip Jones, illustré par Ella Okstad, tomes 1 et 2 de la série, chez Faber & Faber.
Quatrième de couverture du tome 1:
«An imaginary friend is a wonderful thing. What giggles! What games! What adventures they bring! Well, Ava’s a girl who knows all about that… Meet Squishy McFluff, her invisible cat!»

En mode d’exploration des possibles, qu’ils soient astucieux ou malicieux, quoi de mieux, pour l’enfance, que d’avoir un complice pour partager les victoires (et, si le vent tourne, un coupable tout prêt à blâmer pour les dérapages!). Si, en plus, cet acolyte en est un tout ronronnant, agile, taquin, et ingénieusement invisible, le bonheur ne peut être plus complet. Sauf, peut-être, pour les victimes de ce délicieusement terrible duo!… Tout en joyeuse candeur et en coquine inventivité, Pip Jones sait raconter avec justesse et humour ce moment précieux où l’imaginaire se tricote un présent avec le réel. S’épanouissant à travers l’univers visuel ébouriffé d’Ella Okstad, cette adorable série n’est pas sans rappeler l’irréductible et attachante irrévérence de l’Eloise de Kay Thompson et Hilary Knight. De rigolos opuscules à découvrir sans tarder!



Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩



Pour les lire en version française

dimanche 20 novembre 2016

Mooncop


Scénario et dessins de Tom Gauld, chez Drawn & Quarterly.
Résumé de l'éditeur:
«Living on the moon... Whatever were we thinking?... It seems so silly now.»
Dans un monde où l'homme s'est posé sur la Lune, pas seulement l'espace de quelques pas universellement acclamés, mais bien pour s'y installer, l'existence est on ne peut plus tranquille. Surtout pour la solitaire police lunaire. Pas l'ombre d'un crime. Pas l'ombre d'une infraction. Seulement des chiens en cavale, une épidémie de départs et l'arrivée inopinée d'une nouvelle employée au café lunaire du coin. Et si l'Autre, quel qu'il soit, suffisait finalement à faire de nouveau sourire le firmament? Usant astucieusement de sa verve taquine à la juste simplicité, Tom Gauld fait miroiter un possible futur, dans lequel la soif d'une vie interstellaire se serait essoufflé l'enthousiasme. Porté par un univers visuel sobre, traduisant avec éloquence la solitude tranquille des jours lunaires et l'exode inévitable de pionniers de cette Terre d'emprunt, ce roman graphique sait dire avec finesse et humour les dérives possibles d'une humanité à la soif d'ailleurs trop précipitée, soulignant au passage à quel point l’essentiel est bien souvent à portée de coeur.


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩






Pour le lire en version française

Si j'étais ministre de la culture


Par Carole Fréchette, illustré par Thierry Dedieu, chez d'Eux.
Résumé de l'éditeur:
«Et si j’étais ministre de la Culture? Que ferais-je pour que tous réalisent l’importance de la culture dans nos vies?»

En ces temps de grand dérèglement généralisé, de grand déséquilibre des priorités universelles. Ces temps où l'humanité ne sait plus comment vivre avec l'autre. Où la Terre traverse le point de non-retour à vitesse grand V. Où la misère des uns s'arrête où commencent les oeillères des autres. Où l'indispensable se fait de plus en plus facultatif pour les grands décideurs. Il semble primordial de se revoir l'essentiel, en tant que société. Et cette essence même de l'humain passe aussi par la nourriture de l'âme. D'une voix déterminée et lucide, Carole Fréchette secoue les consciences endormies, fait tomber l'aveuglement de masse et ouvre toute grande la porte à la réflexion. Porté par  l'univers visuel feutré et juste de Thierry Dedieu, ce manifeste dérange habilement, tel une salutaire bouteille dans la mer trop tranquille de l’indifférence collective.


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩

vendredi 18 novembre 2016

Moi, Albert, détestateur de livres


Par Ingrid Chabbert, illustré par Guridi, chez Frimousse.
Quatrième de couverture:
«J'en connais qui adorent les livres. Mais moi, je suis un vrai Détestateur de Livres.
Je ne peux pas les voir en peinture. 
Je ne peux pas les sentir. 
Je ne peux pas les encadrer.»

Pour Albert, les mots sont des ennemis du quotidien. Ils s'immiscent sans crier gare et prennent toute la place: dans les bras de son père, dans les rêves éveillés de sa mère, dans les discours-fleuves de sa soeur, et même, sournoisement, dans son lot de cadeaux d'anniversaire. Ils sont partout! Et Albert les détestent. D'ailleurs, il les ignore avec un joyeux aplomb, comme seul un vrai «détestateur» de livres sait le faire. Et pourtant, un jour, presque par hasard, il trébuche entre les lignes... D'une plume à la candeur rieuse et à l'authenticité rafraîchissante, Ingrid Chabbert raconte avec une verve malicieuse comment la lecture peut faire sourire le quotidien à qui ose plonger dans l'imaginaire. Relancé astucieusement par l'univers visuel de Guridi, aux textures tendres et à la composition évocatrice, ce délectable opuscule sait dire en toute simplicité ce que l'enfance pense tout bas. Un petit bijou rigolo à savourer en famille!


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✮ 



ATTENTION! Ce livre n'est pas encore paru en Amérique du Nord:
parution prévue en décembre 2016.

samedi 12 novembre 2016

Louis parmi les spectres


Par Fanny Britt, illustré par Isabelle Arsenault, chez La Pastèque.
Résumé de l'éditeur:
«Louis a onze ans, une mère qui a peur de tout, un père qui pleure quand il boit et un petit frère obsédé par la soul américaine. Louis rêve de déclarer son amour à Billie, une compagne de classe indépendante et solitaire. Mais dans la réalité, rien à faire : dès qu’il s’approche d’elle, Louis se tétanise comme un clou rouillé. Accompagné de sa famille, de son fidèle ami Boris, et de ses spectres (ceux du passé comme ceux de son monde intérieur), Louis apprendra la vraie définition du courage.»
Pour Louis, l'amour est une mer indomptable. Une mer à la houle perpétuelle. Une mer dans laquelle se déversent les larmes éthyliques de son père qui n'a pas le pied marin, et les larmes muettes de sa mère tentant de résister aux courants l'entraînant vers le large. Pour Louis, l'amour n'est que le grondant silence d'un tumulte à venir. L'amour n'a pas de mots, que des embruns. Mais, par chance, il y a la fascinante Billy. Et s'il suffisait de s'accrocher vaillamment à la barre pour apprendre à apprivoiser les flots? Et si, pour Louis, Billy était l'Étoile du Nord, un lumineux point de repère pour le coeur quand la timidité fait frémir la raison? Tout en douce authenticité, Fanny Britt sait dire le vertige des sentiments plus grands que tout, d’un amour (le premier, le tout plein d’espoir!) qu’on voudrait éternel, et de cette valse-hésitation des premiers pas dont il faut inventer jusqu’à l’impulsion première. S'épanouissant tout en fine éloquence à travers la palette feutrée et sensible d'Isabelle Arsenault, ce remuant opus ose aborder avec justesse la grisaille de l’âme qui vacille et célébrer la candeur courageuse qui sème l’espoir.


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✮

dimanche 6 novembre 2016

Y'a pas de place chez nous


Par Andrée Poulin, illustré par Enzo Lord Mariano, chez Québec Amérique.
Quatrième de couverture:
«Marwan et Tarek fuient leur pays en guerre. À bord d'un bateau surchargé, les deux frères affrontent l'inconnu et le danger. En compagnie d'autres sans-pays, les garçons cherchent une terre d'adoption. Mais partout on les repousse, on les ignore ou on les craint. Où trouver un pays pour vivre en paix, aux côtés de gens accueillants? Dans quel port? Sur quelle île? Dans quels coeurs?»

Il était une fois, un pays pas si lointain. Un pays où rugissait la Guerre, l'Implacable, l'Insoluble, la Cruelle Guerre. Depuis longtemps. Trop longtemps. Ses habitants, affamés, blessés, ne voyaient plus comment survivre à la grisaille violente et sans issue. Alors, ils s'enfuirent. En laissant tout derrière. Espérant trouver un nouveau pays aux bras ouverts. Or, d'une périlleuse escale à l'autre, partout, on leur tournait le dos, piétinant leur espoir d'un autre horizon. Et si enfin la prochaine escale était la bonne? Tout en simplicité, d'une plume feutrée et sensible, Andrée Poulin raconte la vertigineuse quête d'un monde meilleur de ceux que la bêtise humaine force au déracinement. Porté par l'univers d'Enzo Lord Mariano, à la palette sombre et à la texture éloquente, cet opuscule ose aborder la migration de survie du point de vue de celui qui cherche à s'enraciner de nouveau, bousculant avec justesse les certitudes d'un Occident aux oeillères parfois si aveuglantes. 


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩

samedi 5 novembre 2016

Même pas vrai


Par Larry Tremblay, illustré par Guillaume Perreault, chez La Bagnole.
Quatrième de couverture:
«Si vous demandez à ma mère ce qu'elle pense de moi, elle vous répondra que j'exagère tout le temps. Si vous demandez à mon père, il dira la même chose. Et si ma petite soeur parlait, je suis presque sûr que ce serait pareil. Tout ça parce que je parle dans un micro imaginaire. Ça m'amuse, moi, de transformer ma vie en reportage. Pourquoi c'est un problème?»

Dans le monde de Marco, il y a toujours de la poussière sur les montres. Les extra-terrestres sont faits de bonbons, et ils avalent des pilules de connaissance, plutôt que d'aller à l'école. Dans le monde de Marco, on enterre les fleurs qui ont rendu l'âme, avec leur pot, et on fait des reportages dans un micro invisible plutôt que de céder au sommeil. Dans le monde de Marco, les chiens changent de nom chaque jour, et il y a tout plein d'histoires dessinées sur les murs. Dans le monde de Marco, il y a Gina. Dans le monde de Marco, «même quand il ne se passe rien, il arrive quelque chose»*. D'une plume à la candeur désarmante et à la justesse cocasse, Larry Tremblay raconte avec sensibilité et humour, la vie, à hauteur d'enfants. Roman graphique farfelu se déployant en courts (et savoureux) épisodes, et s'épanouissant tout en fine simplicité sous le crayon de Guillaume Perreault, cet opus singulier et irrésistible sait dire avec un tendre aplomb le foisonnant imaginaire de l'enfance, ses moments de grâce et ses dérives inévitables. À dévorer sans tarder!

*La citation entre guillemets est tirée du livre.


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✮