Vous cherchez sur Lili?

samedi 27 juillet 2013

Blanche Dune


Par Rascal, illustré par Stéphane Girel, École des Loisirs, Pastel

«"Au pied de la falaise, j'ai trouvé un drôle de coquillage. Le Capitaine m'a dit que c'était une ammonite, un animal fossilisé datant des origines du monde... L'origine, c'est le tout début de la vie. Je vis depuis sept ans et demi. 2755 jours, j'ai calculé. Où étais-je avant ma naissance?"»

Des vacances à hauteur d'enfant: un été initiatique où le bonheur guide et fait grandir à vitesse grand V. Rascal raconte avec sensibilité et justesse la vie, la mort, l'espoir à travers la candeur de l'enfance et la sagesse bienveillante de la vieillesse. Portée par l'univers visuel tendre de Stéphane Girel, à la palette douce et aux traits d'une éloquence ébouriffée, la voix toute en fraîcheur et en authenticité de Tanguy entraîne joyeusement le lecteur à sa suite, retournant les galets, multipliant les premières fois et fouillant le firmament à la recherche de l'étoile, son étoile, ultime souvenir d'un périple mémorable. Un petit bijou émouvant à glisser dans sa valise avant le grand départ vers la liberté des vacances...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★

jeudi 25 juillet 2013

Ma sorcière (m'exaspère) ouvre un parc d'attractions


Par Hiawyn Oram, illustré par Sarah Warburton, La Courte Échelle, Le Journal de Mortimer 8

«Mortimer Minet-Strone B. est un CHASSISTANT HAUTEMENT QUALIFIÉ au service de la SORCIÈRE LA PLUS RÉCALCITRANTE DE TOUTE LA SORCELLERIE. Pas étonnant qu'il profite de chaque moment de liberté pour écrire dans son journal. C'est le seul moyen pour lui de ne pas perdre la tête sur son balai! "Peux-tu croire ÇA? Barbara vient d'être vilnappée! Elle doit transformer des manèges tout brisés en manège les plus terrifiants du monde. Tout ce que je peux dire, c'est FLÛTE, FLÛTE DE CRAPAUD et À L'AIDE!".»

Sympathique petite découverte que cette série de romans consacrés aux «confessions» rigolotes du mémorable Mortimer Minet-Strone B.! Initialement introduit dans le délicieux album Les lettres de Mortimer - Ma sorcière m'exaspère, le cocasse félin revient tout en humour et angoisses, toujours aussi inquiet pour son indomptable sorcière attitrée. On retrouve avec bonheur les hilarants néologismes issus du monde des sorcières, la narration enthousiaste de Mortimer (remplie de ces passages en majuscule soulignant l'IMPORTANCE de son rôle de chassistant et l'IMPOSSIBILITÉ de sa tâche!), ainsi que l'univers visuel farfelu et éméché de Sarah Warburton. Destiné aux jeunes lecteurs (entre 7 et 9 ans), ce journal intime rocambolesque fera rigoler à coup sûr! (À noter, les différent tomes de cette série peuvent être lus au petit bonheur, dans l'ordre ou dans le désordre!)


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version originale

lundi 22 juillet 2013

Le temps des Cerises


Écrit et illustré par Daniela Bunge, Minedition

«J'étais timide en ce temps-là, si timide que j'étais toujours tout seul, à l'école et partout. Jusqu'au jour où mes parents m'ont offert Costaud: un chien qui n'avait peur de rien. Grâce à lui, j'ai rencontré Carmina, une petite fille étrange et silencieuse qui passait son temps perchée dans le grand cerisier qui pousse devant l'école. Commença alors un bel été, rouge et sucré...»

Une histoire sur la pointe des pieds, toute en silences feutrés et en regards éloquents. Daniela Bunge souffle au lecteur un été mémorable. Un été tout doux, où la timidité se transforme sans crier gare en quelque chose de beau et de doux: la complicité. Porté avec sensibilité par un univers visuel aux délavés tendres et aux détails savoureux, cet opuscule émouvant (ode à ceux que la Vie effraie à tort parfois) envoûte et réjouit, comme une bouffée d'inénarrable apaisant l'âme...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★

jeudi 18 juillet 2013

Dans mon petit coeur


Par Jo Witek, illustré par Christine Roussey, La Martinière

«Aujourd'hui, j'ouvre grand les portes de mon coeur. C'est un trésor qui change de couleur suivant mon humeur.»

Après avoir dialogué avec le petit bébé qui poussait dans le ventre de maman (Le ventre de ma maman: toi dedans, moi dehors), et s'être lové dans les bras de papa (Les bras de papa: rien que pour moi), le temps est venu de partir à l'aventure; une aventure bien singulière, au centre de l'âme, là où les émotions poussent en friche. De sa plume fine et sensible, Jo Witek embobine le lecteur, l'entraînant habilement à travers les sentes cachées des sentiments. Petit bouquet de vers libres et touchants, cette histoire s'épanouit grâce à la palette joyeuse et à la mise en images éloquente de l'univers visuel délicieusement ébouriffé de Christine Roussey. Une bouffée de fraîcheur et d'authenticité à humer avec bonheur...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

dimanche 14 juillet 2013

Les mots magiques


Par Angèle Delaunois, illustré par Manon Gauthier, L'Isatis, Clin d'oeil

«"BONJOUR…  je souris à une journée toute neuve. MERCI…  un mini mot comme un cadeau. BRAVO! Tu as réussi, c’est formidable! EXCUSE-MOI…  parce que je n’ai pas toujours raison."»

Une petite perle dans l'océan parfois si terne des livres-outils. Angèle Delaunois, d'une plume fine et souriante, brode avec délicatesse ce drôle de petit guide de conversation pour les tout-petits, évitant avec adresse et inventivité le gnan-gnan moralisateur qui sévit habituellement dans ce genre d'ouvrage dit «pédagogique». Si le texte fait voyager bien au-delà du quotidien, l'univers visuel de Manon Gauthier, aux mille sensibilités, aux textures chamboulantes et aux collages évocateurs, ouvre littéralement la porte d'un imaginaire tout en douceur et en authenticité. Une indispensable et exquise petite poésie de tous les instants, racontant joyeusement ces mots de tous les jours, ces mots usés, qui pourtant sont les pierres angulaires de l'interaction avec l'autre. À chérir sans vergogne...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★

samedi 13 juillet 2013

Comment naissent les vagues?


Écrit et illustré par Michel Boucher, Gulf Stream, Bleu Pastel

«Un petit garçon pose à sa mère des tas de questions sur l'origine des vagues. Il s'imagine qu'on peut les collectionner, les installer dans un bocal, qu'elles ont leur propre cimetière et bien d'autres idées loufoques.»

Découvert au hasard des rayonnages, cet étrange opus philosophico-cocasse m'a séduite d'emblée. Faisant interagir adroitement l'univers visuel dans la narration, Michel Boucher tricote un monologue singulier, celui de l'enfance qui s'interroge. Véritable ode à l'imagination bouillonnante et à l'intelligence désarmante de l'enfant, ce petit bijou de candeur et d'humour est à mettre entre toutes les mains. Indiscutablement.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★

vendredi 12 juillet 2013

Rose et la maison du magicien



Par Holly Webb, Flammarion, Rose 1

«Rose quitte son orphelinat pour travailler au service du célèbre magicien, Mr Fountain. Une drôle de vie commence: formules, potions, mais surtout, une maison dans laquelle il se passe des choses étranges. Un jour Rose réalise qu'elle n'est pas une petite fille comme les autres et qu'elle aussi, maîtrise la magie... Alors quand des orphelins disparaissent mystérieusement, Rose n'hésite pas à se servir de ses pouvoirs... »

Dès les premières lignes, Holly Webb plonge le lecteur dans un monde où la magie vient pimenter une réalité d'antan typiquement britannique (on s'attend à croiser Oliver Twist ou David Copperfield à chaque coin de rue!). Si la structure du récit et le style de la narration sont plutôt conventionnels (voire peu originaux), le rythme de l'intrigue est définitivement haletant, multipliant les écueils, semant des pistes à foison (des authentiques et des trompeuses), mettant en danger les personnages principaux pour ensuite leur sauver la mise de justesse. Un premier tome plutôt bien ficelé, donc, et qui donne définitivement le goût de connaître la suite. Et vite!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version originale

Demain, la révolution!


Par Valérie Zenatti, École des Loisirs, Neuf

«Il est arrivé une catastrophe à l'école Jean-Moulin. Une, ou plutôt deux. D'abord, la directrice bien-aimée de tous, Madame Mervent, a fait une mauvaise chute dans l'escalier. Les pompiers sont venus pour l'emmener d'urgence à l'hôpital. Elle est dans le coma. Ensuite, son remplaçant est arrivé. Il n'est bien-aimé de personne, car il passe son temps à regarder tout le monde d'un air cruel et à distribuer des punitions et des brimades, à ceux qui parlent, à ceux qui crient, à ceux qui courent et même à ceux qui ont juste l'air heureux. Bref, c'est un tyran. Barbara, Arthur, Paul, Victor et Louise le surnomment très vite l'Ogre des écoles. Mais un surnom, même bien trouvé, ne suffit pas. Changer la vie, se débarrasser d'un tyran, ça s'appelle faire la révolution. Il faut donc commencer par se documenter sur les révolutions du passé pour bien préparer celle de l'avenir et la réussir. Le problème, c'est que, quand on tape révolution sur Internet, le moteur de recherche annonce 7 540 000 réponses correspondantes. Laquelle choisir?»

Un opuscule rafraîchissant et inspirant: David contre Goliath, version 2.0 ou l'enfance se mobilisant contre l'injustice. Par le biais de sa plume fine et juste, Valérie Zenatti fait vivre au lecteur un cocasse éveil des consciences, celui de Barbara et sa bande, à la candeur généreuse et à l'intelligence vive; on aimerait tant y être, avec eux, et monter aux barricades! Un savoureux roman, bouffée de bonheur et secoueur de léthargie, à mettre entre toutes les mains...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

mercredi 10 juillet 2013

Sense and Sensibility


Par Jane Austen, Collector's Library

«Elinor, practical and conventional, the epitome of sense, desires a man who is promised to another woman. Marianne, emotional and sentimental, the epitome of sensibility, loses her heart to a scoundrel who jilts her. True love finally triumphs when sense gives way to sensibility.»

Jane Austen, de sa plume fine et intelligente, tricote et tisse la vie, ses émois, ses amours, ses quiproquos et ses petits bonheurs inattendus. Si on se perd avec délice dans l'inextricable chassé-croisé amoureux des deux soeurs Dashwood, on découvre du même coup l'époque georgienne et son carcan de normes sociales; carcan que l'auteure décrit avec justesse... et une coquine ironie. Bien sûr, le ton est parfois un poil moralisateur (bien que consistant avec le siècle de sa publication) et l'humour caractéristique du style austenien ne s'épanouit pas encore tout à fait (il faudra attendre Pride and Prejudice pour en connaître l'âge d'or), mais ce premier roman de Jane Austen n'en demeure pas moins un petit bonheur littéraire, un délectable plongeon dans le passé et dans l'âme humaine. À savourer tout doucement...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version française

mardi 9 juillet 2013

Je veux un animal


Par Cathleen Daly, illustré par Stephen Michael King, Circonflexe

«Prudence veut un animal. Coûte que coûte. "Non, dit Papa, s'en occuper revient trop cher. » « Non, dit Maman, les animaux font trop de bruit." Prudence est déterminée et trouve elle-même son compagnon : c'est... une branche. Mais Branche n'est pas vraiment l'animal rêvé, pas plus que Brindille, Monsieur Rond - un pneu - ou son petit frère Malo. Pauvre Prudence. Va-t-elle, un jour, trouver l'animal de ses rêves?»

Un petit brin d'histoire, irrésistible et charmant. D'une plume craquante à souhait, Cathleen Daly tricote la quête cocasse de cette fameuse Prudence à la candeur rafraîchissante et à la détermination infatigable. S'épanouissant à travers l'univers visuel échevelé et sensible de Stephen Michael King, cet album est un délice coquin à dévorer encore et encore. Petit bonheur de lecture garanti!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version originale

samedi 6 juillet 2013

L'élégance du hérisson


Par Muriel Barbery, Gallimard, Folio

«" - Je m'appelle Renée, j'ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j'ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l'image que l'on se fait des concierges qu'il ne viendrait à l'idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants.

- Je m'appelle Paloma, j'ai douze ans, j'habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c'est le bocal à poissons, la vacuité et l'ineptie de l'existence adulte. Comment est-ce que je le sais ? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C'est pour ça que j'ai pris ma décision : à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai."»

Un inénarrable petit morceau de vie, sublime et chamboulant. Muriel Barbery sait dire l'existence, celle qui s'étire, sans horizon, intraitable, si tristement prévisible, puis qui surprend, sans crier gare, qui secoue les résolutions, qui fait savourer l'indicible. Tout en finesse, sa plume agile croque avec intelligence et sensibilité le destin avec un grand «D», celui de Mme Michel, de Manuela, mais aussi de Paloma et de Kakuro; un pied-de-nez à l'immuable, plumeau à la main sur fond de tragédie grecque. Un véritable joyau littéraire, où les mots perlent tout doucement, avec une authenticité rafraîchissante, et où l'âme humaine s'interroge, un peu, beaucoup, à la folie et pour toujours.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★

vendredi 5 juillet 2013

Pirate contre pirate - le récit rocambolesque d'un terrible et tempétueux match maritime


Par Mary Quattlebaum, illustré par Alexandra Boiger, Circonflexe

«Bart le Baraqué est le plus grand et le plus robuste de tous les pirates de l'Atlantique. Mo la Mauvaise est la plus folle et la plus formidable de tous les pirates du Pacifique. Quand leurs routes se croisent, c'est une compétition sans merci qui s'engage pour déterminer qui est le meilleur pirate du monde. Après avoir nagé avec les requins, lancé des boulets de canon et avalé des tonnes de galette, ils en viennent à comparer leurs butins. L'un d'eux parviendra-t-il à battre son rival?»

Une aventure épique qui fleure bon l'air marin. Mary Quattlebaum embarque le lecteur à bord, et lui fait vivre, toutes voiles dehors, une rencontre mémorable et joyeusement échevelée, où la houle secoue les préjugés et l'air vif fouette les esprits étroits. S'épanouissant sous la palette chaleureuse d'Alexandra Boiger, l'histoire de ces deux bourrus au coeur tendre charmera, à coup sûr, les jeunes (et les moins jeunes!) moussaillons...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆



Pour le lire en version originale


mardi 2 juillet 2013

Pome ou les petites choses


Par Johan Troïanowski, L'atelier du poisson soluble

«Pome est une "petite personne". Elle évolue dans un monde onirique et dépouillé, désertique, un peu hostile, où elle rencontre un épouvantail, un Indien, le squelette d’un mathématicien...»

Un plongeon dans l'étrange et l'absurde. Johan Troïanowski entraîne le lecteur dans un monde où rien n'est impossible, où l'improbable est la norme, où Moby Dick peut dévorer la lune... et la remplacer ensuite dans le ciel! Si la trame narrative est joyeusement perturbante, chamboulant ce qui peut rester de certitudes, le lecteur est invité à s'y fondre, à lâcher prise concernant les conventions et à interagir dans le déroulement de l'histoire, quittant ainsi son rôle passif de spectateur. Un périple déjanté de l'autre côté du miroir pour  lecteurs aventureux et téméraires seulement...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Le livre des vrai/faux des animaux


Par Gérard Dhôtel, illustré par Benoît Perroud, La Martinière Jeunesse

«Les crocodiles pleurent-ils? Les chiens détestent-ils vraiment les chats? Les chauves-souris aiment-elles le sang? Les moustiques sont-ils attirés par la lumière? Quand une vache pète, ça pollue l'air?»

Un documentaire riche et rigolo qui donne définitivement le goût d'apprendre. Embrassant avec habileté la formule questions-réponses, Gérard Dhôtel et Benoît Perroud dépoussièrent les mythes, secouant les idées préconçues concernant la faune avec une bonne dose d'humour. Une petite mine de savoir qu'il fera bon découvrir en famille!...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Une histoire c'est...


Écrit et illustré par Fabrice Joly et Éloïse Bernier, Atelier du poisson soluble

«Un album poétique qui parle de la vie, de l'amour et de l'éternel recommencement des choses.»

Un opuscule émouvant, tout en simplicité et en finesse. Fabrice Joly et Éloïse Bernier brodent habilement la vie, son cycle, ses aléas, ses bonheurs, ses déchirements et ses revirements inattendus en quelques mots évocateurs, appuyés par un univers visuel dépouillé mais incroyablement éloquent. Un album mémorable, qui souffle au lecteur les mille possibles de l'existence, lui révélant au passage un de ses grands secrets: l'essentiel se cache souvent entre les lignes de son imprévisible trame narrative.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆