Vous cherchez sur Lili?

mardi 13 septembre 2011

Les pieds sur terre

Par India Desjardins, Les Intouchables, Aurélie Laflamme 8

«L’heure n’est plus à la procrastination pour Aurélie Laflamme! À quelques mois de la fin du secondaire, elle a très peu de temps à consacrer à sa vie personnelle et devra mettre les bouchées doubles pour réussir son année. Elle doit remplir sa demande d’admission au cégep, préciser ses projets de carrière et, par-dessus tout, réussir à se convaincre que ses neurones sont bel et bien fonctionnels. Mais avec un bal de finissants à préparer (difficile, quand on n’a aucun talent pour le stylisme ni pour se dénicher un cavalier), sa concentration risque d’être mise à rude épreuve. D’autres éléments obligent Aurélie à dévier de ses objectifs (il ne faudrait surtout pas croire qu’elle ne pense qu’au bal!). Entre la grossesse de sa mère et les amours compliquées de ses amis, elle est confrontée à ses souvenirs, à ses peurs et à ses blessures. Et avec cette grande étape qui se termine, elle prend conscience du temps qui passe et de ce qui lui reste à accomplir pour trouver sa place dans l’univers. Dans ce tome qui marque la fin de ses rocambolesques et touchantes aventures, Aurélie apprendra que pour devenir la femme qu’elle désire être, elle devra faire la paix avec son passé et s’accepter telle qu’elle est.»

Une conclusion habilement tricotée, au ton juste et aux péripéties délicieuses! Cette fois, c'est la fin avec un grand F: la fin d'une ère, de l'adolescence et des illusions. Au coeur d'une vie qui roule à cent à l'heure, on retrouve avec plaisir Aurélie, fidèle à elle-même, avec ses angoisses, ses réflexions saugrenues, son indécision légendaire, son attachante maladresse, ses réactions inimitables... et sa joyeuse bande d'amis! Quelques inévitables leçons de vie sont au menu, mais elles sont judicieusement intégrées à la trame du roman, évitant ainsi un ton moralisateur qui aurait pu venir tout gâcher; India Desjardins fait fort heureusement dans l'humain, le sensible et le délectable, au grand bonheur du lecteur. Un dernier opus que j'aurais bien voulu lire tout doucement pour en savourer chaque page, mais que j'ai dévoré tout cru, comme l'affamée déraisonnable que je suis. Je quitte donc avec regret le monde selon Aurélie; un monde au sein duquel je commençais à me sentir presque chez moi...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★