Vous cherchez sur Lili?

vendredi 25 février 2011

Le mangeur de sons


Par Christos Ortiz, illustré par Laurance Quentric, Les 400 coups

«"Je suis un ogre. Mais pas n’importe lequel : je suis un ogre mangeur de sons! Je mange tous les sons, car à mes oreilles, ils sont tous bons ! Je dévore les rires quand ils s’épuisent, les colères grosses comme le tonnerre. J’avale le fracas des avions et les ronrons de vos chatons.  Je sirote le glouglou des bouteilles et les murmure à vos oreilles! Je croque les bruits et les cliquetis, je suce les sons comme des bonbons!" La belle histoire d’un ogre qui mange tous les bruits du quotidien. Mais qu’arrive-t-il lorsque la pollution sonore se fait trop présente?»

Quel album superbe! Un pur délice! Christos Ortiz fait virevolter sa plume légère, faisant tinter et rimer ses mots, brossant joyeusement le portrait de cet ogre sympathique à la gourmandise sonore. Et puis, la conception graphique de Laurance Quentric est tout simplement stupéfiante: un habile mélange de collages et d'illustrations, vibrant, éloquent, sublime. Un album coup de coeur, à relire mille fois...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 

Joséphine

Par Pénélope Bagieu, Éditions Jean-Claude Gawsewitch, Joséphine 1

«Joséphine se cherche un fiancé, se promène sur Meetic, s’achète des sacs d’un prix indécent, n’a jamais rien à se mettre et commence le sport demain, c’est promis. Évidemment, toute ressemblance avec de vraies jeunes femmes de la vraie vie ne serait que pure coïncidence…»

Une petite BD légère et confo, à lire d'un oeil romantique, lovée sur le divan. Pénélope Bagieu propose des planches aux illustrations cocasses, mettant en scène une Bridget Jones française fort sympathique. Les scénarios quoiqu'un brin franchouillards sont amusants, font sourire... et permettent à la célibataire en soi de se reconnaître à travers les tribulations de Joséphine. Agréable petit plaisir coupable.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

La petite fille à la jambe de bois

Par Hélène Castelle, illustré par Marion Arbona, Les 400 coups

«Penny n’avait que six ans et ne croyait déjà plus aux contes de fées. Pourtant elle en avait lu beaucoup et elle les connaissaient sur le bout de ses doigts. Elle savait que dans ces histoires, il y a une chose qui n’existe pas : les princes et les princesses n’y ont jamais de jambes de bois. Voici donc le drame de cette curieuse petite fille. Elle était née comme ça : une tête, deux bras et une brindille. Et croyez bien qu’à ce jour aucun prince n’a trouvé ça charmant!»

Histoire étrange, un brin décousue, que propose la plume beaucoup trop ostentiblement pédagogique d'Hélène Castelle: le déroulement est lourd, et on sent grincer les rouages maladroits de l'apprentissage de la différence jusqu'à la toute fin, bâclée elle aussi. Toutefois, les illustrations sont sublimes et touchantes, grâce aux traits sensibles, colorés et chauds de Marion Arbona. Un vrai délice pour les yeux... alors, oubliez les mots et plongez dans le singulier univers graphique de cet album!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ☆ ☆