Vous cherchez sur Lili?

jeudi 30 mai 2013

Herman et Rosie pour la vie


Par Gus Gordon, Gallimard Jeunesse

«C'est une histoire de grande ville. Une histoire de hot dogs, de musique et de courants d'air dans le métro l'été. Une histoire où l 'on chante sur les toits. Mais, surtout, c'est l'histoire d'Herman et Rosie. Deux solitudes, deux destins, une rencontre... un bonheur à deux!»

Une histoire comme un câlin, toute douce, et fine, et sensible... avec New York l'Inénarrable comme personnage de soutien. Gus Gordon retricote avec délicatesse et candeur une histoire vieille comme le monde: celle de l'Amour et du Destin fricotant un plan coquin en secret. Portée par un univers visuel tout en menus détails et d'un charme irrésistible, cette histoire sans âge fait vibrer le lecteur au son délicieusement feutré et énigmatique du jazz, prenant bien le temps de lui faire savourer la fraîcheur des premiers balbutiements amoureux. Une délicieuse bouffée de simplicité et de chaleur humaine qui fait rêver et sourire le coeur...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★


Pour le lire en version originale

mercredi 29 mai 2013

Kevin et les extraterrestres - Restons calmes!


Par Laurent Rivelaygue, illustré par Olivier Tallec, Flammarion, Père Castor, Kevin et les extraterrestres 1

«Kevin, 10 ans, a trois amis extraterrestres : Napo le rouge, Albert le bleu et Cassius le jaune, qui ne passent pas inaperçus dans le petit village. Pourtant, il faut bien qu'ils réparent leur navette cachée dans la forêt...»

Un opuscule saugrenu, entremêlant joyeusement fiction et réalité (au fond, on ne sait jamais, avec les extraterrestres!), et concocté avec aplomb et humour par Laurent Rivelaygue et Olivier Tallec, un duo de créateurs à l'imaginaire délicieusement touffu. Se relançant adroitement avec finesse et vivacité, la narration cocasse de Rivelaygue et l'univers visuel coquin et tendre de Tallec font s'épanouir l'histoire, multipliant les imprévus (et les éclats de rire!) au grand bonheur des lecteurs. Misant sur une structure plutôt atypique (7 histoires indépendantes, une seule et savoureuse galerie de personnages, et des suppléments narratifs sous forme de planches de BD insérées ça et là), ce premier tome d'une série on ne peut plus prometteuse ose une ode déjantée à la candeur lucide de l'enfance et à tous ces possibles qui nous attendent là-bas, à l'orée de la forêt...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

The Cater Street Hangman


Par Anne Perry, Ballantine Books

«While the Ellisons were out paying calls and drinking tea like proper Victorian ladies, a maid in their household was one of a number of young women garrotted to death. Inspector Thomas Pitt investigates the scene and finds that no one is above suspicion. As his intense questioning causes many a composed facade to crumble, Pitt finds himself drawn to the independently minded Charlotte Ellison. Yet a romance between a society girl and so unsuitable a suitor was impossible in the midst of a murder investigation...»

Un petit morceau inquiétant, au coeur de cette époque victorienne où le silence était de bon ton. Anne Perry emberlificote sournoisement le lecteur dans une intrigue sombre et lancinante, multipliant les doutes, faisant peser les soupçons sans pitié. Si, vers la fin, on pressent un poil trop tôt par où le vent soufflera, c'est presque un soulagement après la tension que l'auteure nourrit pendant les deux premiers tiers du roman, secouant les certitudes sans ménagement. Un portrait déroutant de cette ère où la maîtrise de soi se portait fièrement, aplanissant les différences à grand coup de pression sociale et fermant définitivement les yeux sur la faillibilité de l'humain. Troublant.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version française

vendredi 24 mai 2013

Un après-midi chez Jules


Écrit et illustré par Valérie Boivin, Les 400 coups

«"Il n'y a pas si longtemps, Jules habitait dans une toute petite maison. La cuisine était dans le salon, le lit dans la bibliothèque, le bain dans la cuisine..."
Jules et ses parents étaient si à l'étroit, qu'ils ont déménagé. Maintenant, ils habitent une grande maison. Il y a tant de pièces que Jules n'a pas assez de doigts pour toutes les compter. Mais Jules s'ennuie : plus rien ne l'amuse, pas même sa collection de moustaches. Jusqu'au jour où la simple confection d'un avion en papier lui permet de rencontrer tous les gens du voisinage dont une petite fille de son âge.»

Un petit morceau de poésie tendre et émouvant sur fond de grand branle-bas. Valérie Boivin envoûte le lecteur dès les premières pages, tricotant finement une douce histoire de sa plume sensible et inventive, puis l'invitant en toute simplicité dans le monde de Jules à travers un bijou d'univers visuel, aux teintes feutrées et à l'éloquence astucieuse. Si on trébuche un brin sur la fin un peu trop «dirigée» (en fait, la dernière illustration, sans sa surenchère narrative, aurait été une fin ouverte parfaite!), cela n'affecte en rien le vibrant bonheur de lecture que cet album nous offre. Un opuscule sublime, tout en nuances et en suggestions, à déguster encore et encore.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★

mercredi 22 mai 2013

La Révolution des crabes


Par Arthur De Pins, Soleil Production, Noctambule, La marche du crabe 3

«Sur les bords de l’estuaire de la Gironde, une variété de crabes – le Cancer Simplicimus Vulgaris ou crabe carré – est victime d’un caprice de l’évolution : elle ne peut changer de direction, et est condamnée à marcher toute sa vie selon une même ligne droite! Mais un jour... trois d’entre eux – Soleil, Bateau et Guitare – vont réaliser qu’ils peuvent modifier le cours des choses et... tourner! Ainsi naissent deux clans : les rigides (qui marchent tout droit) et les tourneurs (qui changent de direction). L’issue de cette bataille ne laisserait aucun doute quant à la victoire idéologique et stratégique des tourneurs, si le clan des rigides ne bénéficiait pas du soutien des autres espèces de la faune maritime qui se sentent menacées. Une tragédie qui se déroule sous la caméra de deux reporters – Dominique et Raymond – encore loin d’imaginer ce qui les attend...»

Tant et tant attendue, cette conclusion d'un lever de bouclier sans précédents dans le monde des crabes. Eh bien, la barre était peut-être un poil trop haute à la suite des deux premiers volets de la trilogie: au fil des pages, mon enthousiasme s'est malheureusement ratatiné un brin, à ma grande déception. Pourtant, à première vue, tout y est. L'intrigue est relancée habilement dès le début du tome, s'épanouissant dans un mélange astucieux de lucidité, de philosophie et d'humour, et l'univers visuel singulier de Arthur de Pins souligne finement et avec éloquence cette saga hors du commun. Or, malgré ce colossal travail de maître, il manque un je-ne-sais-quoi... et la magie n'opère pas, ou si peu. Dommage. Tellement dommage. Cela dit, ce petit bémol n'entache en rien la qualité exceptionnelle de cette trilogie rafraîchissante, secouant joyeusement les repères, avec verve et intelligence. 


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


mardi 21 mai 2013

L'ours de Val-David


Par Gérald Gagnon, Boréal, Inter
Résumé de l'éditeur
«À Val-David, il y a un ours qui tue. Et l'ONU, ces quatre camarades, vont y passer leurs vacances des Fêtes.»

Une sympathique intrigue nordique à saveur scandinave. Gérald Gagnon entraîne le lecteur au coeur du mystère par le biais de sa savoureuse galerie de personnages (les quatre membres de l'ONU sont particulièrement délectables!) et d'une plume distillant avec adresse connaissances, suspense et humour. Un agréable petit polar à déguster lorsque le vent siffle en tempête et que les ombres s'allongent à l'extérieur...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

dimanche 19 mai 2013

The Lady of Shalott


Par Alfred, Lord Tennyson, illustré par Geneviève Côté, Kids Can Press, Visions of Poetry

«She knows not what the curse may be,  
And so she weaveth steadily,  
And little other care hath she,  
          The Lady of Shalott.»

Tendre et audacieuse, cette relecture de la Lady of Shalott de Tennyson par Geneviève Côté bouleverse les repères, faisant s'entrechoquer les époques avec adresse. Son univers visuel aux teintes délavées, baignant dans un brouillard émouvant, provoque le lecteur, le relance avec une éloquente candeur. Et le mystère persiste et signe, à travers les voix de ce duo de créateurs étonnant et anachronique: Tennyson chuchotant la mélancolie de sa Lady, et Geneviève Côté lui donnant des ailes...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★


The Total Tragedy of a Girl Named Hamlet



Par Erin Dionne, Puffin

«All Hamlet Kennedy wants is to be a normal eighth grader. But with parents like hers - Shakespearean scholars who actually dress in Elizabethan regalia... in public! - it's not that easy. As if they weren't strange enough, her genius seven-year-old sister will be attending her middle school, and is named the new math tutor. Even though she wants to be average, Hamlet can no longer hide from the fact that she- like her family - is anything but ordinary.»

Un opus absolument savoureux, où s'épanouit avec humour l'adolescence, ses défis saugrenus, ses heurts et ses tournants imprévisibles. Erin Dionne tricote habilement une intrigue singulière, à la trame et aux personnages déroutants, voire joyeusement improbables par moment, mais dont le tourbillon d'émotions s'avère indiscutablement fin et juste. Une hilarante saga à dévorer toute crue, délice de candeur, d'authenticité et de quiproquos déjantés à souhait. Inoubliable...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★


Pour le lire en version française
 (fraîchement traduit et disponible en librairie)

samedi 18 mai 2013

The Great Gatsby


Par Francis Scott Fitzgerald, Pocket

«This exemplary novel of the Jazz Age has been acclaimed by generations of readers. The story of the fabulously wealthy Jay Gatsby and his love for the beautiful Daisy Buchanan, of lavish parties on Long Island at a time when The New York Times noted "gin was the national drink and sex the national obsession," it is an exquisitely crafted tale of America in the 1920s.»

Un portrait remuant des mémorables Années Folles: les extravagances, les excès et cet étrange mélange d'intensité et d'insouciance ayant marqué profondément la société de l'époque. Et on y plonge, dans cet entre-deux guerres américain faste et étourdissant, on y plonge, on y vagabonde, on y erre, on y sombre, sous la plume riche, habile et d'une implacable justesse de Francis Scott Fitzgerald. Sa narration lancinante, tourbillonnant sur elle-même, expose peu à peu l'envers de ce décor baroque de carton-pâte, la mélancolie derrière les cocktails, la tristesse saillant entre les éclats de rire, et cet amour plus vrai que vrai, cet amour trop authentique pour survivre au bling-bling stérile des années 1920. Un joyau littéraire incomparable, une ballade douce-amère sur fond d'âmes troublées.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★



Pour le lire en version française

jeudi 16 mai 2013

Il était mille fois


Par Ludovic Flamant, illustré par Delphine Perret, Les Fourmis Rouges

«Les petits et grands bonheurs, les drames du quotidien, des moments de vie de l'enfance capturés et illustrés avec humour et tendresse : la princesse qui a du chewing-gum dans les cheveux, le vieux monsieur dans une caisse de bois, le tout-petit poussant son premier cri, etc.»

Tout d'abord, il y a ce foisonnement de possibles, ce bouquet d'histoires en devenir que Ludovic Flamant propose au lecteur avec candeur et spontanéité. Puis, surtout, surtout, il y a l'univers visuel de Delphine Perret, tout simple, tout tendre, qui relance avec adresse et inventivité les propositions narratives, faisant s'épanouir leur potentiel en multipliant les interprétations, oscillant entre le prévisible, le saugrenu et le sublime. Bref, il y a cet album, véritable mine d'or pour imaginaires en ébullition, petit bijou indispensable pour créateurs tout neufs ou conteurs chevronnés. Exquis.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★

lundi 13 mai 2013

La vieille dame toute ratatinée


Par France Quatromme, illustré par Élice, Planète rêvée

«N'allez pas vous imaginer une vieille dame qui prépare sagement des pots de confiture. La vieille dame toute ratatinée n'est pas de ce genre-là. Elle est du genre à cacher ses biscuits en haut de l'armoire quand elle a de la visite, du genre à détester les enfants. Mais ce matin, quand elle se réveille, elle a comme un poids lourd au niveau du coeur...»

Un petit saut bouleversant au coeur de la solitude, cette sournoise qui s'installe sans crier gare et qui ratatine tout sur son passage. France Quatromme tricote avec sensibilité le quotidien tout gris d'une vieille dame que la vie semble avoir rejeté et qui, à son tour, décide de la repousser, fermant la porte aux rencontres possibles, à la chaleur humaine, et s'isolant dans sa hargne, intraitable. Or, grâce à l'univers visuel éloquent, tendre et riche d'Élice, cette vieille dame acariâtre, (celle qui pourrait facilement être la voisine de palier de tout le monde!) on se met à l'aimer avec tous ses travers, son irrévérence et sa vulnérabilité camouflée sous les épines. On l'aime, on s'émeut de sa tristesse maladroite et on espère avec elle quand le Destin décide de venir tout chambouler par le biais d'un délicieusement improbable gentleman-cambrioleur. Un album tout en finesse, au verbe juste, à savourer tout doucement...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

dimanche 12 mai 2013

Avril, le poisson rouge


Écrit et illustré par Marjolaine Leray, Actes Sud junior

«Les états d'âme d'un poisson rouge qui en a assez de tourner en rond dans son bocal et rêve d'évasion...»

Une réflexion loufoque et joyeusement déjantée sur la soif de liberté. Marjolaine Leray concocte au lecteur un petit bijou de narration à la verve fine et cocasse, évoluant au coeur d'un univers visuel au charme échevelé et à l'éloquence hilarante; les tribulations saugrenues d'Avril, inénarrable poisson rouge aux ambitieux projets d'évasion, en feront ricaner plus d'un! Un opus exquis à mettre entre toutes les mains, petites ou grandes!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★

Et si je mangeais ma soupe?


Par Coralie Saudo, illustré par Mélanie Grandgirard, Seuil jeunesse

«Les grands insistent tout le temps pour que je mange ma soupe. Mais pourquoi exactement?»

Un argumentaire délicieusement partial mis en mots par la plume simple et inventive de Coralie Saudo. Si l'évocation des conséquences probables de l'ingestion docile de toute cette soupe peut sembler prévisible, l'auteur parvient pourtant à surprendre le lecteur, affirmant astucieusement que l'impossible peut être vrai, du moins, le temps d'une histoire. Bien que la narration soit savoureuse, l'univers visuel habile et audacieux de Mélanie Grandgirard fait véritablement s'épanouir l'histoire, soulignant avec éloquence la démesure exquise de cette hypothèse toute enfantine, transformant le quotidien en un possible délirant. Un album à découvrir sans tarder!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

vendredi 10 mai 2013

Léon et son crayon


Par Barney Saltzberg, Seuil jeunesse

«Si tu aimes dessiner, si tu as de l'imagination, tu vas adorer Léon.»

Un irrésistible album à rabats pour les petits (et les grands!) artistes en herbe. Barney Saltzberg propose un plongeon interactif dans l'imaginaire bouillonnant de Léon et de ses crayons. D'un trait à l'autre, le lecteur explore les possibles, dépliant les pages d'un monde joyeusement saugrenu. Délectable ode aux amoureux du dessin, cet opuscule sort habilement des sentiers battus, brisant astucieusement le mur entre le lecteur et la fiction; une invitation fine et cocasse à laisser crayons et pinceaux s'exprimer sans peur. À lire et à faire découvrir!...

Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★

mardi 7 mai 2013

Adieu mon beau chalet


Par Louise Turcot, Boréal, Boréal Junior
Résumé de l'éditeur
«Quand Arthur apprend que Papi et Mamie ont décidé de vendre leur chalet, c’est la catastrophe. Comment est-ce possible? C’est le chalet d’Arthur, son lac, sa forêt magique qu’il a tant parcourue en compagnie de la chienne Margaux et où il a inventé tant d’aventures! Et la forêt, c’est surtout la demeure du dragon, celui qui crache du feu. Un récit émouvant où défilent les différentes saisons de l’enfance.»

Dans cet opuscule doux-amer, Louise Turcot chuchote finement l'histoire d'Arthur, de sa forêt magique, de son lac, et de sa peine plus grande que tout. Ses mots savent croquer l'enfance avec justesse, dans toute sa candeur, son imaginaire foisonnant, et son authenticité. Si parfois on sent poindre un brin trop la voix de l'adulte sage et expérimenté derrière les propos d'Arthur, ces petits dérapages impromptus de maturité n'affectent que très peu le plaisir de la lecture. Une histoire tendre et vraie comme seuls les enfants peuvent en vivre...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


dimanche 5 mai 2013

Achime, le mot mystère


Écrit et illustré par Catarina Sobral, Helium

«Mais que veut dire Achime, ce mot disparu depuis la nuit des temps, et retrouvé par hasard?... Un album pour s'achimer, euh!... se familiariser avec la grammaire (en s'achimant!).»

Une savoureuse gymnastique comico-grammaticale! Catarina Sobral entraîne habilement le lecteur à la recherche de ce mot étrange, vaguement familier et pourtant si insaisissable, brouillant astucieusement les pistes de son origine, multipliant les possibles et délirant joyeusement au coeur de la phrase et de ses éléments. Loin de faire dans le lourdement pédagogique, l'auteur parvient à créer un univers hilarant et déjanté, jonglant avec les mots et leur statut, rivalisant de finesse et d'inventivité. Un petit délice littéraire à saisir au vol!...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★

Y a un monstre à côté



Par Ingrid Chabbert, illustré par Stéphane Sénégas, Frimousse, Maxi Boum

«Oulala... J'entends du bruit. Et si c'était un monstre?»

Un coquin d'album délicieusement rigolo! Ingrid Chabert mène le lecteur à travers une quête toute simple (peut-être même un poil trop!), celle du fameux Monstre-Mystérieux-Et-Insaisissable de notre enfance. Si sa narration très concise est efficace, faisant monter progressivement la tension, le bonheur de lecture, la magie de l'heure des histoires ne s'épanouit en fait que grâce à l'univers visuel sublime de Stéphane Sénégas. Avec ses traits ébouriffés, la justesse de sa composition d'images, son fin travail d'ombres et de lumières, et l'éloquence taquine de ses expressions, Sénégas nourrit l'imaginaire et ravit les yeux des lecteurs. Un album à savourer... et un indiscutable futur classique de la petite enfance!...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★

jeudi 2 mai 2013

L'Amazone de Mademoiselle


Par Anne-Sophie Silvestre, Flammarion, Eulalie de Potimaron 4

«Suite au duel qui les a opposés, le chevalier de Mayenne est devenu l'ennemi d'Eulalie, qui se lie toujours davantage avec le duc de Chartres. Au même moment, le roi refuse le mariage du Dauphin et de Marie-Louise...»

Encore un mémorable tourbillon de rebondissements au beau milieu des froufrous, des pourpoints et des épées de Versailles! Cette fois, Anne-Sophie Silvestre entortille habilement l'intrigue, sans pitié pour les pauvres personnages dans le feu de l'action, consolidant les alliances, les complicités, les amitiés, les amours, mais faisant aussi éclore les trahisons et les noirs desseins. Se frayant vaillamment un chemin à travers cette vie intense, qui envoûte et charme, mais qui ne pardonne aucun faux pas, Eulalie se découvre des élans qu'elle ne savait pas possibles. Qu'à cela ne tienne, en digne fille-sans-peur-et-fille-au-grand-coeur qu'elle est, elle saura finalement conjuguer astucieusement et avec une grande lucidité ses forces et ses failles, se tournant vers un avenir incertain avec une brave, bien qu'un brin chancelante il faut le dire, détermination. Un autre tome qui tient en haleine jusqu'à la toute dernière page, à dévorer joyeusement, sans reprendre son souffle...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★

Le gros ralbum de tous les "Y'en a marre"!


Par Elisabeth Brami, illustré par Gilles Rapaport, Seuil jeunesse

«Premier livre défouloir pour enfants rêvant d'un dialogue possible avec les grandes personnes. Pas râleurs, s'abstenir!»

Un délice de cri du coeur, comme un gros pied-de-nez à tous ces interdits «déraisonnables» qui pleuvent sur l'enfance. Elisabeth Brami et Gilles Rapaport, duo à l'imaginaire bouillonnant, travaillent de concert pour construire habilement ce crescendo d'irrésistibles doléances enfantines. Si tous les «Y'en a marre!» d'Elisabeth Brami sont savoureux, autant qu'ils sont, c'est grâce à l'univers visuel désopilant et juste de Gilles Rapaport, tout en traits échevelés à l'éloquence indéniable, que la magie opère. Un petit bijou non censuré à feuilleter en famille...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Ma vie très compliquée


Par Dagmar Geisler, illustré par Zelda Zonk, Bayard jeunesse, Estampillette, Carnet secret d'Olive 1

«Moi, Olive, fille de parents divorcés, et habitant rue des Jonquilles, je déclare aujourd'hui que la guerre contre mon nouveau voisin, Fabien Schilling, est ouverte. Ce premier de la classe à lunettes, chouchou de la maîtresse, n'a qu'à bien se tenir : avec ma meilleure amie, Lilou, on va lui rendre la vie impossible! Le pire, c'est que ma propre mère, la traîtresse, trouve sa mère sympathique... Il faut dire que maman est tellement perturbée par les préparatifs de son exposition de photos, qu'elle en perd un peu la tête... En tout cas, Lilou et moi, on est bien décidées à passer à l'action. Parole d'Olive, vous n'êtes pas arrivés au bout de vos surprises!»

Une série toute neuve, sympathique et rigolote. Dagmar Geisler ouvre au lecteur les pages secrètes de l'enfance d'Olive: son quotidien, ses espoirs, ses bonheurs et ses déceptions. Sa plume virevoltante tricote la fiction avec simplicité et une bonne dose d'humour. Évoluant dans l'univers visuel joyeusement ébouriffé de Zelda Zonk, cet opus farfelu est une délectable bouffée de fraîcheur!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆