Vous cherchez sur Lili?

lundi 29 août 2011

Splat le chat

Par Rob Scotton, Nathan, Album Nathan, Splat

«Splat entre à l'école des chats mais il a peur et pour vaincre son stress, il décide d'emmener sa souris. Une souris dans une école de chats, ça fait des dégâts et la rentrée sera inoubliable!»

Une chouette aventure de Splat! Pour sa toute première épopée, Splat doit affronter la Terrible Première Journée d'École, perspective on ne peut plus effrayante pour le chaton timide et un brin timoré qu'il est. Toutefois, avec l'aide d'Harry, sa souris de compagnie, Splat passera une journée beaucoup plus agréable que prévu! L'univers visuel proposé par Rob Scotton, dans ce premier album de la série, est remarquable; il manie en effet la palette des couleurs avec justesse, utilisant les contrastes avec habileté, garnissant généreusement ses illustrations de détails cocasses racontant d'eux-mêmes une partie de l'histoire et croquant d'un trait sensible et éloquent une bande de personnages on ne peut plus attachants. Un album qui deviendra vite un classique... et avec raison!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 


Pour le lire en version originale

Basile et Capitaine Mimi

Par Ashley Spires, Scholastic, Basile 3

«Lorsque ses humains ramènent à la maison une petite chatte abandonnée, Mimi, Basile est complètement déboussolé. Il compte bien observer de près cette intruse, et découvrir ses points faibles pour ensuite l’éjecter très loin de sa station spatiale. Seulement voilà, quelle n’est pas sa surprise lorsqu’il découvre qu’il s’agit de Capitaine Mimi, un officier supérieur chargé de l’évaluer!»

Je suis toujours ronronnante d'enthousiasme lorsque je me plonge dans une aventure de Basile le Chat de l'Espace... et je n'ai absolument pas été déçue par ce nouvel opus! La sublime alliance d'humour, d'aventure et d'un brin d'ironie est de nouveau au rendez-vous, à mon grand plaisir. Avec l'introduction de Capitaine Mimi dans le monde intersidéral de Basile, la table est mise pour de futures missions en duo qui ne manqueront pas, j'en suis certaine, de me faire rire aux éclats. Une série incontournable...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version originale

Je m'appelle Catherine!

Par Annika Dunklee, illustré par Matthew Forsythe, Scholastic

«Catherine, l'héroïne de cette courte histoire pleine de caractère, supporte les diminutifs qu'on lui donne jusqu'au jour où elle craque et exige un peu de respect : elle s'appelle Catherine, C-A-T- H-E-R-I-N-E, " CATHERINE Amanda Roxanne Charlotte Beaulieu-Joncas! " dit-elle en ajoutant : " Mais vous pouvez m'appeler Catherine. "»

Historiette simple et amusante qui prouve qu'on peut être jeune et savoir ce qu'on aime. La plume d'Annika Dunklee va droit au but, ne s'encombrant pas de péripéties inutiles, un peu à l'image de sa fameuse Catherine si déterminée. Cela dit, le plaisir s'épanouit vraiment à travers le monde visuel pour le moins audacieux que propose Matthew Forsythe. Il fait en effet le pari de mettre en images son univers par le biais de seulement deux couleurs dominantes, ce qui, dans le domaine de l'album jeunesse, est un risque intéressant à prendre. Et ça fonctionne!... d'autant plus que ses illustrations fourmillent de détails savoureux qui donnent de la profondeur à l'aventure. Un album pour ceux et celles qui ont la «chance» d'avoir un prénom de plus de 9 lettres...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version originale

vendredi 26 août 2011

Course folle à l'école

Par Catherine Karnas, illustré par Fil et Julie, Les 400 coups, Ma langue au chat

«La rentrée des classes est un grand événement. Certains enfants adorent l'école, mais Antoine la déteste à tel point qu'il planifie la grande évasion. L'enseignante a la patience d'un ange et le flair d'un détective. Elle lance toute la classe à la poursuite d'Antoine : se cache-t-il dans le couloir? Au gymnase? À la bibliothèque?»

Saisie au vol sur une étagère, je me suis plongée dans cette aventure avec délice. Bien sûr, il y a tout d'abord, les illustrations de Fil et Julie, chaleureuses, coquines, joyeusement débordantes de détails et si, si... envoûtantes! Puis, la plume amoureuse des mots et des rimes de Catherine Karnas, qui jongle habilement avec les péripéties. Mais surtout, et c'est là le génie de cet album, il y a ce charmant et éloquent dialogue entre l'auteure et les illustrateurs; l'une lançant une piste, et les autres étoffant le possible d'un trait de crayon, faisant fourmiller les images de rebondissements savoureux. Une collaboration on ne peut plus réjouissante entre deux médiums qui gagnent incontestablement à travailler de concert. Un bijou fou, fou, fou pour les rêveurs à l'école...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★  

jeudi 25 août 2011

Plouf, Splat!

Par Rob Scotton, Nathan, Album Nathan, Splat

«S'il y a une chose que Splat n'aime pas, c'est bien l'eau! Alors aller à la piscine, quelle horreur... Et ce n'est pas son copain Grouff qui prétendra le contraire. Les deux chatons sont tétanisés au bord du bassin jusqu'à ce que Grouff, sans s'en rendre compte, entre dans l'eau. Et là...»

Une autre savoureuse aventure de Splat! Cette fois, c'est l'heure du bain et de la piscine, et Splat ne semble pas apprécier... mais Rob Scotton lui tricote tout plein de péripéties, de sa plume habile, tant et si bien que le plongeon se fait en douceur, un grand sourire aux lèvres. Le personnage de Splat est toujours aussi attachant, avec sa candeur timide et son air ébouriffé. Et quel univers visuel délicieux et coloré! Un petit album-trésor qui arrive juste à temps pour la rentrée des  jeunes néophytes inquiets qui doivent braver un lot de «plongeons» pas toujours faciles à gérer...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★  


Pour le lire en version originale

lundi 15 août 2011

La fée des dents m'a posé un lapin!

Par Élaine Turgeon, Québec Amérique, Bilbo, Philippe 3

«Papier à lettre parfumé à la pâte à dents, message téléphonique au sujet de sa palette branlante, lettre signée FDD, tous les éléments sont là pour que Philippe démarre une nouvelle enquête! Astucieux, il élabore un plan d'enfer afin de coincer la fée des dents!»

J'ai adoré ce charmant Philippe, avec ses mille et une questions, ses doutes vite balayés, sa foi inébranlable (ou presque) dans l'existence du Merveilleux... et ses plans ingénieux pour percer le fameux mystère de l'identité de la Fée des dents. Élaine Turgeon, de sa plume juste, tendre et coquine, propose, à travers la série Philippe, une remise en perspective de tous ces personnages mythiques qui peuplent l'enfance. Elle le fait avec une telle agileté que le lecteur ne perd pas ses illusions (s'il en a encore!), sans pour autant se faire bourrer le crâne d'histoires édulcorées; un respect de l'intelligence du lectorat qui est tout à son honneur... et qui rend sa fiction encore plus délectable! Une série à lire absolument, dans l'ordre ou dans le désordre...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★   

Pas de pourliche pour Miss Blandiche

Par Jean-Paul Nozière, Gallimard jeunesse, Page Noire

«Philémon Frigo, alias Patate Fragile, n'est pas né sous une bonne étoile. La preuve? Alors qu'il rêve d'écrire des romans palpitants, le voici contraint de vendre une cargaison de mauvais polars aux pensionnaires de l'Hôtel du Lac, un camp de vacances très chic. Et pourtant... le jour de son arrivée, un moniteur de voile est retrouvé mort. Assassiné? Philémon n'ose croire à sa chance : il tient enfin le sujet de son futur roman! Mais on découvre bientôt un deuxième cadavre, puis un troisième. Qui fredonne une comptine, avant chaque meurtre, d'une voix aiguë et railleuse? Qui est l'auteur des mystérieuses lettres que le lecteur découvre au fil du récit? Qui se prête à cet enfantillage... diabolique?»

Un surprenant polar pour ado où le dialogue entre auteur et lecteur est presque direct, Jean-Paul Nozière interpellant le lecteur sans cesse, par le biais de la narration et des notes de bas de page (ce qui n'est pas sans rappeler ce cher Robert Soulières et son Casse-Tête chinois). J'ai bien aimé Philémon Frigo et son défaitisme woody-allenien. L'intrigue est également bien ficelée, rocambolesque, voire joyeusement tirée par les cheveux par moment, mais ça me plaît. Seul petit bémol: la plume est indiscutablement franchouillarde et la dévoreuse de livres québécoise que je suis s'y perd un peu, à cause de l'argot omniprésent et des référents européens. Cela dit, c'est un roman délicieusement saugrenu et hors norme qu'il faut découvrir!...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

samedi 13 août 2011

A Prayer for Owen Meany

Par John Irving, Ballantine Books

Résumé de l'éditeur:
«"I am doomed to remember a boy with a wrecked voice—not because of his voice, or because he was the smallest person I ever knew, or even because he was the instrument of my mother’s death, but because he was the reason I believe in God; I am a Christian because of Owen Meany."
In the summer of 1953, two 11-year-old boys — best friends — are playing in a Little League baseball game in New Hampshire. One of the boys hits a foul ball that kills his best friend's mother. Owen Meany believes he didn't hit the ball by accident. He believes he is God's instrument. What happens to Owen after 1953 is extraordinary and terrifying.»


Du pur Irving: tortueux, dense, touchant et juste. S'il s'agit d'un de ses meilleurs romans selon moi (et de loin!), c'est aussi celui qui demande le plus de patience, d'ouverture d'esprit et d'amour de l'Histoire! En effet, John Irving tisse cette fois une toile de fond gargantuesque, d'au moins deux cents pages, avant de se diriger tranquillement vers son but; but qu'il atteindra à la toute, toute dernière page. J'avoue que même en tant qu'admiratrice inconditionnelle et habituée d'Irving, j'ai trouvé la mise en place laborieuse par moment, surtout les grands pans de narration faisant référence en détails au déroulement de la guerre du Vietnam, une guerre que je ne connais que superficiellement, du haut de mes 31 ans. Par contre, la lente ascension,  tout à fait dans l'esprit de réflexion théologique qui imprègne les personnages principaux, en vaut indiscutablement la peine. Une belle grosse brique à dévorer absolument... mais en s'assurant d'avoir le temps de prendre le temps...!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆




Pour le lire en version française

mercredi 10 août 2011

Dans de beaux draps

Par Lenia Major, Mic_Mac, Poche Frissons, L'école des fantômes 1

«C'est la rentrée à l'école des fantômes, et bien des malheurs surviennent à Brougépeur. D'abord, il y a le nouveau, très prétentieux, qui n'arrête pas de faire n'importe quoi. Et puis le propriétaire du château où se situe l'école a décidé d'expulser les fantômes.»

Une série prometteuse pour ceux qui n'ont pas peur de leur ombre! J'adore l'idée de l'école des fantômes, nichant au grenier d'un manoir habité. Une première aventure indiscutablement enlevante pour une bande d'apprentis-fantômes joyeusement délinquante. Vivement le deuxième tome!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

La classe verte... (kaki)

Par Virginie Hanna, illustré par Éléonore Thuillier, Mic_Mac, Club des Princesses 3

«Gabrielle, Lou, Charlotte et Marie partent en classe verte avec leur maîtresse. Au programme, découverte de l'agriculture bio et de la vie à la ferme. Lorsque Gabrielle découvre que quelqu'un déverse des substances toxiques dans l'étang du château qui sert à l'arrosage des champs alentour, les princesses aventurières décident de mener l'enquête.»

Une dynamique enquête écologique pour le Club des Princesses en vacances! L'intrigue est finement tricotée, et les personnages on ne peut plus sympathiques (surtout Gabrielle, Marie et Tantine Ernestine!); on est très loin des princesses-potiches des contes de fée, et c'est d'autant plus délectable! Si j'ai eu un doute quant à la mise en page des dialogues (ils sont présentés en écriture cursive colorée en alternance avec les paragraphes de narration), je me suis vite habituée. Un petit coup de coeur pour les illustrations cocasses d'Eléonore Thuillier qui savent rendre vivantes ces fameuses princesses modernes! Une série attrayante à lire en ordre ou dans le désordre (un habile et discret résumé faisant partie intégrante du premier chapitre de chaque tome)...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

mardi 9 août 2011

Les Coquilles de Mikado l'Escargot

Par Sandrine Lévy, illustré par Selma Mandine, Mic_Mac, À pas de loup

«Mikado l'escargot se sentait à l'étroit dans sa jolie coquille, depuis sa prise de poids... Il fallait en changer, mais comment procéder? Difficile de trouver une coquille à son pied!»

Une historiette toute en rimes et en colimaçon. Si l'intrigue est mince, trop mince, voire un poil décevante, l'univers visuel fin et éloquent permet de partir joyeusement à l'aventure aux côtés de Mikado, en quête de la maison idéale. J'ai vraiment eu un coup de coeur pour la représentation en coupe de cette fameuse coquille de rêve : j'ai passé de longues et délicieuses minutes, émerveillée, à y imaginer le quotidien d'un escargot. Un album entre les illustrations duquel il fait bon flâner...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ☆ ☆

Haut les mains!

Par Sandrine Lhomme, Mic_Mac, À pas de loup

«"Un jour, mes mains se sont mises à me parler. Je vous jure qu'il ne s'agissait pas d'un rêve! Je les ai écoutées et je n'en ai pas cru mes oreilles..."»

Quelle belle idée que la révolte des doigts de la main! J'ai vraiment adoré le plaidoyer de chacun, grognant et grinçant sur sa condition, enviant son voisin, rouspétant à qui mieux mieux. Ma seule déception, et elle est malheureusement de taille, c'est l'univers visuel proposé: il est certes flamboyant et déjanté, mais l'interaction mise en scène à chaque double-page, entre la petite fille et les doigts en furie, est totalement déconnectée de la trame de l'histoire. En fait, la petite fille semble se foutre royalement du débat grondant au sein des doigts de sa main et cela distrait incroyablement le regard. La main, et ses doigts contrariés, est totalement délectable visuellement, par contre. À oser tout de même, pour le succulent procès des doigts...

Lili lui donne: ★ ★ ★ ☆ ☆

lundi 8 août 2011

L'étoile d'araignée

Par Christos, illustré par Delphine Brantus, Mic_Mac, À pas de loup

«À l'approche de l'hiver, Babsy, une araignée, doit guider ses soeurs chez la vieille Olga afin de rester au chaud jusqu'au printemps. Le chemin s'annonce difficile, d'autant plus que si elles sont le malheur de la croiser, leurs heures sont comptées. Tout se passe bien jusqu'au moment où les araignées tombent sur Daphné, une petite fille...»

Une histoire toute douce, et un brin mystérieuse, où, avec Daphné la rouquine, on apprend à aimer les araignées, aussi velues soient-elles. Les illustrations sensibles de Delphine Brantus-Mainguy font voguer rêveusement le lecteur dans le microcosme étonnamment sympathique de ces «bibittes» si honnies. Il y a bien quelques ratés dans la trame de l'histoire, mais rien de catastrophique. Un album très plaisant à feuilleter donc...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Le parapluie

Par Ingrid et Dieter Schubert, Mijade

«C'est la tempête. Un petit chien noir, agrippé à son parapluie rouge, est emporté par le vent. Il arrive au pays des éléphants et des girafes, puis sur une île balayée par les cyclones. Le voilà aussitôt reparti pour la banquise. Une nouvelle bourrasque le ramène à la maison. Ouf! Quel voyage!»

Une mémorable histoire muette, aux couleurs chatoyantes. On suit avec plaisir cet attachant petit chien noir, accroché bravement à son parapluie et parcourant le monde à vive allure. Un excellent album à découvrir avec les tout-petits, en laissant les illustrations raconter leur propre histoire...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Le slip de bain ou les pires vacances de ma vie

Par Charlotte Moundlic, illustré par Olivier Tallec, Flammarion, Père Castor

«"Chère Maman, j'espère que tu vas bien. Ici il fait très beau et je m'amuse. Je mange tout ce que Mamie prépare, surtout les légumes verts. Aujourd'hui, on va à la piscine. Mamie a dit : « N'oubliez pas vos slips de bain ! » Ça me fait trop marrer qu'elle appelle les maillots comme ça."»

Un «journal de vacances» pas comme les autres! J'ai adoré les aventures (et les mésaventures!) de Michel; plusieurs enfants se reconnaîtront dans ses grandes inquiétudes. Et puis, j'ai été totalement charmée par l'univers visuel attachant d'Olivier Tallec. Une aventure rigolote à déguster encore et encore!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

jeudi 4 août 2011

La fille de l'imprimeur est triste

Par Nicolas Gilbert, Leméac, Hors Collection

«Deux hommes que cent cinquante ans séparent portent un même nom et un même visage. L'un est un assassin raté condamné à l'exil, l'autre un écrivain raté forcé à la traduction. Hasard? Sans doute, mais si on se met à écouter la musique du hasard avec attention, ne risque-t-on pas de vouloir danser à son rythme?»

Inénarrable, ce troisième roman de Nicolas Gilbert. Une plume tendre, humaine qui manie le hasard et le temps avec finesse. Et on y croit, et on s'attache et on tourne fébrilement les pages... «Mais comment se fait-il que...», «Et pourquoi François a-t-il fait...», «Et si, et si...»; dès les premiers chassés-croisés temporels, notre logique s'emballe, les questions fusent, notre cerveau veut savoir. Mais au fur et à mesure que l'intrigue se tricote, de la France à la Nouvelle-Orléans en passant par Saint-Florent-des-Laurentides, on oublie le vertige de la Raison, on le tasse du revers de la main, et on se laisse emporter, tout simplement. On vogue au gré de François et de son double. On rit, on souffre, on aime... Parce qu'au fond, c'est de l'amour que ce roman nous parle. De l'Amour qui déplace des montagnes, qui fait céder les limites du Temps... et qui fait fuser les mots. Un opus bouleversant, à la parole juste et sensible. Mon petit bijou de la Rentrée littéraire 2011...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★   

mardi 2 août 2011

Menteur, menteuse!

Par Lenia Major, illustré par Amelie Thiébaud, Mic_Mac

«L'AMDHP, Agence Matrimoniale du Haut du Panier, met en contact l'archiduc Archibald de Soulgranduc et Jasminella, Princesse des Mille et deux nuits. Mais quand un menteur écrit à une menteuse, leurs échanges prennent un tour étonnant... et les surprises ne sont pas loin!»

Une charmante ode aux menteurs de la meilleure espèce! D'entourloupettes en faux-semblants, Lenia Major propose aux lecteurs une correspondance saugrenue et savoureuse que les illustrations douces et sensibles d'Amélie Thiébaud rendent plus vraie que vraie! Encore un coup de coeur aux éditions Mic_Mac!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★   

Le livre qu'il ne faut surtout, surtout, surtout, pas lire!

Par Sophie Laroche, Mic_Mac, Poche Frissons

«"L'aventure de tes rêves" est le dernier livre à la mode. Tout le monde le lit. Tout le monde sauf Max! Il déteste la lecture! Surtout depuis que cet étrange livre a envoûté toute l'école, même ses meilleurs copains. Plus personne ne joue à l'heure de la récré. Il y a de quoi se poser quelques questions... Max est le seul à pouvoir percer le mystère de ce livre plus qu'inquiétant... Seul? Ça reste encore à voir... Il y a des alliés qu'on n'imagine pas!»

Petit roman d'aventure habile et cocasse, et dont le héros, pour une fois, sauve la situation parce qu'il n'aime PAS lire! Les personnages sont sympathiques et l'intrigue, bien rythmée de chapitres courts et enlevants. Si la plume est parfois un brin franchouillarde, cela ne m'a pas empêchée de vraiment apprécier cet opus saugrenu.  À lire surtout, surtout, surtout!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆