Vous cherchez sur Lili?

samedi 29 janvier 2011

Valentin

Par Yves Pelletier, illustré par Pascal Girard, La Pastèque

«Une petite ville, une rue paisible; des enfants qui jouent au hockey, un chien qui essaie d’attraper la balle. De la fenêtre de sa cuisine, Stéphanie, 34 ans, vêtue d’un pantalon de jogging et d’un tee-shirt, observe les enfants qui jouent tout en finissant de préparer un copieux déjeuner. La mine rêveuse, elle sourit tristement: son chum, allergique aux chats, l’a mise au défi... Stéphanie choisira le chat.»

Surprenant comme première collaboration Pelletier/Girard! Les personnages sont attachants (plusieurs couples s'y reconnaîtront sûrement, au moins en partie!) et la mise en image de Pascal Girard est simple et efficace. Une vision cocasse de la vie à deux... et de la trop grande place que peut parfois prendre un animal de compagnie entre deux conjoints! Un brin décevant tout de même; je m'attendais à plus de pétillant dans les dialogues d'Yves Pelletier. Cela dit, dans l'ensemble, c'est une BD bien agréable...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

mardi 25 janvier 2011

Mon papa, il est grand, il est fort, mais...

Par Coralie Saudo, illustré par Kris Di Giacomo, Frimousse

«Mon papa, il est grand, il est fort, mais... Tous les soirs c’est la même histoire... Et ça commence comme ceci: "Je ne veux pas aller au lit."»

Extraordinaire petite histoire à l'envers: un papa qui ne veut pas aller dormir... et qui a peur du noir! La plume de Coralie Saudo est tendre et fait sourire par une délicieuse inversion des rôles. Quant à la conception graphique, elle est superbe: le papier très cartonné et les illustrations naïves mais si éloquentes de Kris Di Giacomo sont un plaisir pour les yeux. Un album surprenant à découvrir à l'heure du dodo...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★  

dimanche 23 janvier 2011

Hello monsieur Hulot

Par David Merveille, d'après Jacques Tati, Du Rouergue

«Une série de 22 strips, dans lesquels se retrouvent la poésie, l'humour et le caractère subversif de M. Hulot. Avec des jeux graphiques, des références cinématographiques et littéraires, et des clins d'oeil à l'actualité.»

Oh la la! Que dire de plus?... Sublime, doux, taquin, fin, subtil... La BD muette la plus délicieuse que j'ai eu la chance de feuilleter à ce jour! Et bien sûr, pour les amateurs de Tati, quel plaisir de retrouver ce cher M. Hulot! Un livre à garder à portée de main tout au long de sa vie... Un tendre sourire en images...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★  

La poudre à prout du professeur Séraphin

Par Jo Nesbo, illustré par Georgian Overwater, Bayard Jeunesse, Professeur Séraphin 1

«Depuis que sa meilleure amie a déménagé, Lise s'ennuie dans son quartier. Mais pas pour longtemps, car arrive bientôt un drôle de voisin qui a son âge : le minuscule Bulle. Il a les cheveux rouges, il joue de la trompette et il ne raconte que des sornettes. Quand Bulle et Lise rencontrent le Pr Séraphin, un savant fou qui a inventé une poudre à prout formidable, ils deviennent tout de suite ses assistants. Que vont-ils pouvoir faire de cette invention géniale? Plein de choses, pour le plus grand bonheur des enfants! Sauf que Jojo et Gégé Morue, les horribles jumeaux de la rue du Canon, ont aussi leur petite idée sur la question : cette poudre à prout, ils la veulent et, pour l'avoir, ils sont prêts à tout! De la drôlerie, juste ce qu'il faut de prouts, tendresse et de suspense : voici la formule originale du premier roman pour la jeunesse de Jo Nesbe. Attention, le feu d'artifice ne fait que commencer!»

Une aventure farfelue, remplie de flatulences et de plaisir! La plume de Jo Nesbo sort définitivement le lecteur des sentiers battus de la littérature pour la jeunesse en habillant ses mots d'une délicieuse et candide ironie. En ce sens, les illustrations de Georgian Overwater, déjantées et hilarantes, contribuent à assurer un trépidant voyage dans l'univers hors du commun de Jo Nesbo. Il s'agit d'une habile collaboration auteur-illustrateur, qui en fera sourire plus d'un... Agréables premiers pas de Nesbo dans l'univers de l'enfance...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

samedi 22 janvier 2011

La bottine de madame Tordue

Par Élodie Baladras, Éditions Ad Libris

«Depuis des années, Madame Tordue boite de la jambe gauche... Après de multiples consultations de médecins et spécialistes, elle boite. Et si le problème était ailleurs... Elle inspecte donc sa bottine gauche avec plus d'attention et découvre, stupéfaite, une porte. Elle se décide à frapper. "Toc. Toc. Toc !"»

Album mignon et original! La plume d'Élodie Baladras mène le lecteur par le bout des mots, présentant habilement deux improbables colocataires et leurs vaines tentatives d'apprivoisement. Quand aux illustrations, elles sont tout simplement délicieuses, touffues et farfelues! Une histoire qui deviendra vite un classique de l'heure du coucher...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

vendredi 21 janvier 2011

Sur ma tête


Par Émile Jadoul, École des Loisirs, Pastel

«Gaspard le petit oiseau est arrivé un beau jour sur ma tête, sans rien dire. J’ai sauté, couru, pour voir ce qu’il ferait. Il était toujours là. Les jours se sont écoulés et je me suis habitué. À l’école, personne ne le voyait. Je me demande quand même comment il est arrivé là.»

Une petite histoire toute simple que la plume d'Émile Jadoul nous souffle à l'oreille. Une histoire touchante et farfelue qui fait réfléchir à la portée des mots dans un coeur d'enfant. Les illustrations sont minimalistes, mais si éloquentes et d'une douceur infinie. Un petit bijou à conserver à portée de la main...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★  

jeudi 20 janvier 2011

Vogue la valise

Par Siris, La Pastèque, Vogue la valise 1

«"Vogue la valise", une saga familiale déchirante, se veut le récit touchant d’un père alcoolique qui entraîne dans son malheur toute sa famille et surtout La Poule, alter ego autobiographique de Siris. Les pieds bien ancrés dans la réalité et l’oeil planant bien haut, Siris jette un regard poétique, acide et autobiographique sur son enfance.»

Épopée bédéesque étrange et sombre. La plume de Siris est sans pitié et fait voguer le lecteur en eaux troubles. Un brin trop tristounet pour moi ce plongeon juste, mais troublant, dans le monde éprouvant des familles d'accueil... 


Lili lui donne: ★ ★ ★ ☆ ☆

Les mains de ma maman

Par François Barcelo, illustré par Marc Mongeau, Imagine, Mes premières histoires

«Les mamans tardent parfois à venir nous border dans notre lit. Sont-elles prisonnières d’un dragon ou voyagent-elles en montgolfière? Des suppositions rigolotes parce que, dans les livres, tout est permis!»

Une savoureuse suite pour Les pas de Papa. La plume de Barcelo est aussi magique et cocasse... et les illustrations de Marc Mongeau font planer le lecteur dans un univers joyeusement délirant où les bicylettes peuvent s'égarer dans le bol de toilette. Une réussite encore une fois!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★   

Les pas de mon papa

Par François Barcelo, illustré par Marc Mongeau, Imagine, Mes premières histoires

«Papa arrive parfois en retard à la maison. Est-il à la chasse au dinosaure ou parti affronter des bandits?  Des suppositions farfelues qui sauront faire rire les enfants les plus inquiets.»

Quelle histoire charmante que ce petit bout de poésie rigolote de François Barcelo! Le personnage principal est tout à fait mignon (plusieurs tout-petits se reconnaîtront!) et les vagabondages de son imaginaire absolument irrésistibles. Quant aux illustrations de Marc Mongeau, elles font opérer la magie, par leur douceur fantaisiste. Tout à fait remarquable!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★   

Kenny and the Dragon

Par Tony DiTerlizzi, Simon and Schuster Children's Publishing

«What do you do when your new best buddy has been designated a scourge by the community and marked for imminent extermination? Just ask Kenny Rabbit. When the simple folks in the sleepy little village of Roundbrook catch wind that there''s a dragon running loose in the countryside, they get the wrong idea and the stage is set for a fight to the death. So it''s up to Kenny to give his neighbors front-row seats to one of the best-known battles in history -- the legendary showdown between St. George and the dragon -- without losing a friend in the fray.»


Quelle plume généreuse et attachante que celle de Tony DiTerlizzi! Elle entraîne le lecteur dans une aventure touchante et savoureuse, dès la première page. Et puis, impossible de ne pas avoir un coup de coeur pour ses illustrations aux traits simples, éloquents, débordant de détails fabuleux. Un roman à relire encore et encore...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★  


Pour le lire en version française

mardi 18 janvier 2011

The Clothes They Stood Up In

Par Alan Bennett, Random House

«The Ransomes had been burgled. "Robbed," Mrs. Ransome said. "Burgled," Mr. Ransome corrected. Premises were burgled; persons were robbed. Mr. Ransome was a solicitor by profession and thought words mattered. Though "burgled" was the wrong word too. Burglars select; they pick; they remove one item and ignore others. There is a limit to what burglars can take: they seldom take easy chairs, for example, and even more seldom settees. These burglars did. They took everything. This swift-moving comic fable will surprise you with its concealed depths. When the sedate Ransomes return from the opera to find their Notting Hill flat stripped absolutely bare—down to the toilet paper off the roll (a hard-to-find shade of forget-me-not blue)—they face a dilemma: Who are they without the things they've spent a lifetime accumulating? Suddenly the world is full of unlimited and frightening possibility. But just as they begin adjusting to this giddy freedom, a newfound interest in sex, and a lack of comfy chairs, a surreal reversal of events causes them to question their assumptions yet again. The Ransomes' bafflement is the reader's delight. Alan Bennett's gentle but scathing wit, unerring ear for dialogue, and sense of the absurd make The Clothes They Stood Up In a memorable exploration of where in life true riches lie.»

Singulier opuscule, encore une fois, que ce roman d'Alan Bennett. Sa plume agile, caustique et absurde trace les bases d'une intrigue délicieusement saugrenue, quête quasi-initiatique faisant un pied-de-nez au confort matériel et à l'inertie sous toutes ses formes. On s'attache à la candeur de Mrs. Ransome comme à une bouée, et à sa manière d'apprivoiser l'Inespéré et l'Inattendu avec tant de curiosité. Un beau morceau de littérature...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version française

samedi 15 janvier 2011

Mémère et ses cinq monstres

Par Christiane Duchesne, illustré par François Thisdale, HMH

«Pour ses 50 ans Mémère offre à ses cinq vilains monstres un voyage d’un an autour du monde pour qu’ils apprennent à ne plus faire peur à ses petits enfants. Mais à une condition, ils doivent donner de leurs nouvelles régulièrement… Ainsi, Mémère nous raconte et nous commente leurs aventures dans un cahier. Elle y retranscrit les lettres, car elles s’effacent rapidement. Mémère illustre aussi à l’aquarelle les endroits que visitent les monstres.»

Un album surprenant pour ceux qui n'ont pas froid aux yeux! La plume toujours aussi débordante d'imagination, saupoudrant joyeusement ses univers de détails délicieusement saugrenus, Christiane Duchesne entraîne le lecteur dans un voyage inoubliable à travers un monde auquel seuls les monstres semblent avoir accès. Les illustrations de François Thisdale sont simples et touchantes, et donnent vraiment l'impression de plonger dans le cahier-souvenir de Mémère. Un petit délice un brin effraynt à feuilleter tout doucement...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★   

jeudi 13 janvier 2011

The Case of the Left-Handed Lady

Par Nancy Springer, Penguin Books, Enola Holmes Mystery 2

«Enola Holmes is hiding from the world’s most famous detective—her own brother, Sherlock Holmes. But when she discovers a hidden cache of bold, brilliant charcoal drawings, she can’t help but venture out to find who drew them: young Lady Cecily, who has disappeared from her bedroom without a trace. Braving midnight streets where murderers roam, Enola must unravel the clues—a leaning ladder, a shifty-eyed sales clerk, political pamphlets—but in order to save Lady Cecily from a powerful villain, Enola risks revealing more than she should...»

Intrigue enlevante, plus subtile et fine encore que la première de la série. J'ai retrouvé avec plaisir Enola Holmes, et sa vie d'enquêteuse hors norme. De plus, cette fois, Nancy Springer joue habilement avec sa connaissance du personnage de Sherlock Holmes, lui attribuant un inquiétude et un trouble tout à fait plausibles concernant la disparition de sa petite soeur dans les bas-fonds de Londres. J'anticipe avec plaisir la suite des aventures d'Enola Holmes, espérant  que l'auteure continuera à développer cette soif de liberté et d'indépendance chez son héroïne!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version française

lundi 10 janvier 2011

Eco - La malédiction des Shacklebott

Par Guillaume Bianco, illustré par Jérémie Almanza, Soleil, Eco 1

«Eco est l'unique fille de la famille Shacklebott, de riches couturiers. Un soir, son père lui confie une mission cruciale mais Eco faillit et provoque la ruine de la famille. Sa mère, prise de démence, la maudit par trois fois. Petit à petit, le corps de la jeune fille se transforme...»

Ouf! Tout un choc que cette BD!.... Je ne m'attendais pas à aussi sombre et sanglant... Elle est définitivement destinée à un public averti. La plume de Guillaume Bianco est juste, et son histoire étrangement envoûtante; il propose un plongeon dans le troublant et le terrifiant sans crier gare, entraînant le lecteur dans une ambiance grinçante. Concernant les illustrations de Jérémie Almanza, elles sont terriblement éloquentes, déjouant la vigilance et la naïveté du lecteur, l'attendrissant par des teintes délavées et douces, pour ensuite lui faire voir l'envers inquiétant d'une réalité dérangeante. Une chute dans l'Inconnu à faire dresser les cheveux sur la tête... un peu trop intense pour la lectrice chochotte que je suis!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

samedi 8 janvier 2011

Les oreilles de Monsieur Lapin

Par Pascal Hérault, illustré par Geneviève Després, Les 400 coups

«Monsieur Lapin est une vedette de cinéma et le gagnant de nombreux concours de beauté. Un matin en se regardant dans le miroir, il réalise que quelqu'un lui a volé ses oreilles. Privé de ces dernières, Monsieur Lapin ressemble à... À quoi au juste? Monsieur Lapin ne le sait pas. Il n'a jamais vu de lapin sans oreilles.  Affolé, il court au poste de police pour raconter son histoire au commissaire Mastiff. Le policier constate que monsieur Lapin n'est pas le seul dans cette situation. Il y a également un coq à qui l'on a volé sa crête, un paon qui s'est retrouvé sans plumes du jour au lendemain et une chatte angora à qui l'on a dérobé sa superbe queue : ces trois animaux ont tous été récompensés dans des concours de beauté. Mais qui s'amuse à voler ces animaux? Et pourquoi? Voilà un mystère que monsieur Lapin (qui ne ressemble plus à un lapin) et le commissaire Mastiff ne tarderont pas à résoudre.»

Oh la la, quelle catastrophe littéraire que cet album! La plume de Pascal Hérault entraîne le lecteur dans tous les sens, à travers une histoire décousue, pour le laisser, sans ménagement, sur une fin déroutante et incompréhensible. Tellement dommage! L'histoire avait pourtant un tel potentiel, portait une telle promesse de plaisir!... Et que dire de la conception graphique habituellement si impressionnante chez Les 400 coups? Cette fois, le graphisme laisse vraiment à désirer, surtout en ce qui concerne le choix de la fonte utilisée pour le texte: il s'agit d'une fonte lourde, trop grasse et à l'interlignage beaucoup trop serré. On a l'impression que le texte piétine les illustrations et étouffe le lecteur!... Non, vraiment, ma seule consolation au sujet de cet album est l'illustratrice Geneviève Després qui a produit des illustrations fascinantes, chaleureuses, aux textures intéressantes et à l'imaginaire débridé. Je crois que j'aurais préféré lire cette histoire uniquement à travers les illustrations, plutôt que d'avoir à naviguer sans boussole à travers les mots de l'auteur...


Lili lui donne: ★ ★ ☆ ☆ ☆

Aujourd'hui, peut-être...

Par Dominique Demers, illustré par Gabrielle Grimard, Dominique et cie

«Il était une fois une petite fille qui avait décidé de ne plus grandir. Elle vivait seule dans une maison, à l’orée d’une immense forêt, avec son oiseau. Ainsi commence la mer-veilleuse histoire d’une fillette qui attend… l’amour. Grâce à la pureté de son rêve, et de sa confiance en celui-ci, elle bravera les voleurs, le grand méchant loup, et même une méchante sorcière...»

Un album à dévorer des yeux... surtout. En effet, la plume agile et douce de Dominique Demers, habituellement envoûtante, souffle cette fois au lecteur une histoire jolie, mais un brin trop déconstruite; comme si la trame narrative essayait de décrire les images, et non pas l'inverse. Étrange et décevant, de la part de cette auteure prolifique et merveilleuse. Par contre, les illustrations de Gabrielle Grimard sont tout simplement superbes et émouvantes, débordant de petits détails et racontant à elles seules l'histoire magique que Dominique Demers a malheureusement laissé filer entre ses mots...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ☆ ☆

Et moi alors? - Grandir avec un frère ou une soeur aux besoins particuliers

Par Édith Blais, CHU Sainte-Justine

«Ce livre met en vedette des jeunes qui partagent leur vie avec un frère ou une soeur aux besoins particuliers. Les Jeanne, Léa, Gabriel et Maxime, principaux personnages des quatre nouvelles qui composent l'ouvrage, sont riches d'une expérience fraternelle particulière. Ils prennent la parole, eux qui ont l'habitude de se taire, et il faut les écouter car ils ont beaucoup à partager et à enseigner. À qui s'adressent-ils? À leur semblables, aux frères et soeurs qui grandissent avec un enfant différent, mais aussi aux parents de ces fratries "pas comme les autres" et aux autres adultes qui ont à coeur le bien-être des familles. Ce livre, qui se lit avec le coeur, présente aussi aux jeunes et aux parents des exercices et des stratégies de communication.»

Pourquoi lire sur les frères et soeurs d'enfants «aux besoins particuliers», vous me direz? Une rencontre inopinée avec l'auteure et surtout la curiosité d'en savoir plus au sujet de cette dynamique si singulière entre les membres d'une même famille. Il y a également le fait que dans mon cercle familial élargi, une jeune femme extraordinaire vit un parcours cahoteux depuis quelques années et est la petite soeur d'une autre jeune femme aux limitations physiques et mentales importantes, alors, afin de peut-être mieux les comprendre toutes les deux, je me suis dit, pourquoi pas! N'étant pas une grande fervente d'essais, j'avoue avoir un brin appréhendé la lecture de ce petit opus sympathique. Cela dit, j'ai été agréablement surprise par la plume d'Édith Blais. Une plume simple, franche et attachante, qui présente cette relation fraternelle toute spéciale à travers quatre nouvelles. Ce que j'ai lu m'a émue et m'a fait découvrir une vision des choses très peu explorée dans la littérature; le point de vue humain et parfois souffrant de ces «forces tranquilles» que sont les fameux frères et soeurs de personnes vivant avec un handicap ou une limitation. Sans mélodrame, ni pathétisme, ni appel à la rébellion unilatérale, Édith Blais amène le lecteur à ouvrir ses horizons. Tout d'abord conçu en tant que ressource pour la fratrie ou les parents impliqués dans une telle situation familiale, ce petit livre s'adresse également à ceux qui veulent mieux comprendre l'univers de frères et soeurs qui n'aspirent souvent qu'à prendre leur place comme tout le monde.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆