Vous cherchez sur Lili?

mardi 23 septembre 2008

Tout est bon dans le garçon!

Par Darasse-Zidrou, Éditions Dupuis, Tamara 3

«La vie est parfois cruelle. Surtout quand on est une ado accusant quelques kilos de trop et vivant les affres des premières amours. Pas toujours facile d'exprimer ses problèmes de coeur à une mère très occupée à filer le parfait amour avec un musicien brésilien hyper cool. Pas toujours facile non plus de trouver sa place à l'école quand on a un physique qui attire les plaisanteries lourdes et faciles...Heureusement, Tamara a de la ressource et une demi-soeur de huit ans et demi particulièrement débrouillarde et dégourdie, toujours prête à lui donner des conseils infaillibles...»

...une héroïne hors du commun... une grande famille dont on voudrait bien faire partie!...

* * * * *

Ma meilleure amie

Par Gilles Tibo, illustré par Janice Nadeau, Québec Amérique

«Une ombre mystérieuse hante les couloirs à la nuit tombée. En silence, elle va de chambre en chambre et, parfois, repart avec quelqu'un dans les bras... pour l'emmener au pays des rêves. Tous la craignent. Tous sauf lui. Il est son seul ami. 
Un enfant malade, dans sa chambre d'hôpital, décide de parler avec la Mort. Pour mieux la connaître et, surtout, pour arrêter d'avoir peur. D'abord craintive, l'étrange visiteuse se détend peu à peu en écoutant les confidences du garçonnet. Tout comme le renard du Petit Prince, elle se laisse tranquillement apprivoiser. De jour en jour, un lien fort se tisse entre eux, entre l'enfant et celle qui détient la clé du pays des rêves. De jour en jour, elle se rapproche davantage de lui et lui, d'elle. Jusqu'à ce que...»

...touchante rencontre... inhabituelle... dérangeante... un bijou précieux... fragile... émouvant...

* * * * *

La Traversée du continent

Par Michel Tremblay, Leméac/Actes Sud, Saga des Desrosiers 1

«En 1913, à Sainte-Maria-de-Saskatchewan, Rhéauna apprend de sa grand-mère que sa mère souhaite l’avoir près d’elle à Montréal. Il lui faudra quitter cette famille d’adoption où, en compagnie de ses sœurs Béa et Alice, elle grandit entourée d’amour, au milieu d’infinis champs de maïs. En trois jours et trois rêves, elle va traverser le continent et rencontrer des personnages aux ailes felliniennes. À son arrivée à Montréal, une des pages les plus importantes de sa jeune vie aura été tournée: Nana n’ira plus entendre pousser le maïs dans la nuit en craignant l’œil du Grand Manitou. Ce qui l’attend, au-delà du bonheur fragile de retrouver sa mère, n’a pas encore de nom en elle. Inspiré par l’affection qu’il porte à la personne et au personnage de sa mère, Michel Tremblay renoue avec la veine centrale qui alimente le cœur de son œuvre. Voilà un roman d’une immense tendresse, qui nous fait remonter aux origines mêmes de son projet littéraire, bien avant que Nana ne devienne l’universelle Grosse femme d’à côté…»

Une drôle d'épopée, douce-amère, comme un saut dans le passé des fameuses chroniques du Plateau...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

vendredi 19 septembre 2008

Frisson l'écureuil


Par Mélanie Watt, Scholastic, Frisson l'écureuil

«Ce n’est pas que Frisson soit peureux; il est seulement un peu paranoïaque. Après tout, pourquoi risquerait-il de descendre de son arbre? En bas, il pourrait trouver des tarantules ou de l’herbe à puces, des microbes ou quelque terrible bestiole. Heureusement qu’il possède une trousse d'urgence! Mais est-ce suffisant?»

Personnage principal très drôle et attachant et illustrations sympathiques. Une histoire qui éduque un brin mais sans que ce soit sentencieux. Rigolo.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version originale

mardi 16 septembre 2008

Ton histoire d'amour



Par Carole Tremblay, illustré par Josée Masse, Dominique et cie

«"Il était une fois deux femmes qui ne se connaissaient pas. Tu ne te souviens pas de la première. La deuxième, c'est celle que tu appelles maman. " Ainsi commence ce texte très touchant, écrit par une mère adoptive s'adressant à tous les enfants du monde. Profondément humain, ce livre fait le pont entre deux mères, mais aussi entre toutes les mamans qui ont tant d'amour pour leurs enfants.»

Beaucoup trop prudent et éducatif...! Ça aurait pu être sublime, surtout avec ces illustrations si émouvantes. On est loin de la fantaisie sensible et juste de En attendant Timoun (si on veut rester dans le domaine de l'adoption). Dommage...



Lili lui donne: ★ ☆ ☆ ☆ ☆

Frida

Par Jonah Winter, illustré par Ana Juan, Gautier Languereau

«Frida s'ennuie seule dans sa chambre, alors elle s'invente une amie imaginaire. Frida doit garder le lit après un terrible accident, alors elle se met à dessiner. La peinture lui ouvrira les portes d'un monde imaginaire plein de couleurs et de vie. La vie de Frida Khalo racontée aux enfants.»

Très belles illustrations et bel hommage à une peintre à la vie époustouflante, car oui, il s'agit bien d'une biographie et non pas d'une fiction!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

vendredi 12 septembre 2008

Noël chez Ernest et Célestine

Par Gabrielle Vincent, Casterman, Les petits Duculot, Ernest et Célestine

«Ernest et Célestine sont-ils vraiment trop pauvres pour inviter leurs amis à un bon réveillon de Noël? Peu importe, puisque tous deux, heureusement, ont plein d’idées pour organiser un réveillon exceptionnel que tous vivront comme un moment inoubliable. Une belle histoire d’amitié sous la neige, pour fêter et prolonger Noël.»

...un délice magique et scintillant... illustrations toujours aussi ravissantes...

* * * * *

Un caprice de Célestine

Par Gabrielle Vincent, Casterman, Les albums Duculot, Ernest et Célestine

«Célestine veut se déguiser. Mais le jeu ne convient guère à Ernest, qui se sent gêné, même si la scène se déroule dans le jardin, à l'abri des regards indiscrets. Pas si à l'abri que cela. Un voisin croit reconnaître en Ernest la tante de Célestine ! Ernest, de plus en plus gêné et et réticent, et Célestine aussi en fin de compte, rentrent à la maison. A l'intérieur, le jeu continue, car tout à coup, Célestine trouve qu'Ernest, avec ce bonnet sur la tête, ressemble à quelqu'un. Mais le jeu devient vraiment trop effrayant lorsque le loup Ernest tente d'attraper Chaperon rouge. Malicieuse, Célestine propose de fabriquer plutôt deux marionettes…»

À trop vouloir faire dans l'éducatif, Gabrielle Vincent perd de cette magie qui a fait le charme d'Ernest et Célestine à leurs débuts. Seules réjouissances: les illustrations inoubliables...


Lili lui donne: ★ ★ ☆ ☆ ☆

Les questions de Célestine

Par Gabrielle Vincent, Casterman, Les petits Duculot, Ernest et Célestine

«Célestine est devenue bien silencieuse tout à coup. Elle voudrait savoir quelque chose qu'elle ne parvient pas à formuler. Devant l'insistance d'Ernest, elle finit par avouer qu'elle voudrait savoir d'où elle vient, où Ernest l'a trouvée.»

Quitte à me répéter: illustrations sublimes. J'adore l'univers visuel de Gabrielle Vincent, sa sensibilité et sa tendresse. Histoire intéressante au sujet de l'adoption et de la perception que peuvent en avoir les enfants adoptés. Quelle fin déroutante toutefois!... Je ne suis pas du tout certaine qu'un enfant apprécie de s'associer à une petite souris abandonnée dans une poubelle! Mais bon, comme métaphore de l'abandon, y'a pas plus clair...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

jeudi 11 septembre 2008

Mademoiselle - Manuel de la célibataire

Par Éva Rollin, Marchand de feuilles, Mademoiselle 1

«Mademoiselle est un personnage sans prétention. La trentaine, quelques rides, quelques cheveux blancs, beaucoup de complexes, célibataire. La bande dessinée nous permet de suivre les petits événements de sa vie quotidienne. L’histoire est divisée en thèmes de quelques pages chacun, au cours desquels Mademoiselle s’épile, se découvre un bouton sur une fesse juste avant un rendez-vous galant, change de coiffure, rencontre des hommes, se met au sport, etc.»

Cela aurait pu être disjoncté et folichon, «Bridgetjonesiesque» même... mais la magie n'opère pas!... Dommage car l'univers visuel est sympathique et prometteur...


Lili lui donne: ★ ★ ☆ ☆ ☆

Kamo

Par Daniel Pennac, Gallimard jeunesse, Kamo 1 à 4

«Quatre histoires pour s’évader, quatre histoires à en avoir le souffle couper, quatre histoires d’un remarquable conteur, quatre histoires de Daniel Pennac. (Rassemble les 4 tomes de la série Kamo: Kamo L'idée du siècle, Kamo et moi, Kamo, l'agence Babel, L'évasion de Kamo)»

Savoureuses aventures, duo irrésistible et situations cocasses... du Pennac pour les jours gris! Pour les petits aux mille projets et pour les Grands au coeur jeune...

* * * * *

mercredi 10 septembre 2008

Le petit copain


Par Donna Tartt, Plon

«Dans une petite ville du Mississipi, Harriet Cleve Dufresnes grandit dans l'ombre de son frère. Quand elle était encore bébé, celui-ci a été retrouvé mort, pendu à un arbre du jardin. Son meurtrier n'a jamais été identifié et, malgré les années, la famille ne s'est jamais remise de cette tragédie. Pour Harriet qui, le plus souvent livrée à elle-même, vit dans un monde imaginaire, son frère représente un lien avec un glorieux passé qu'elle connaît seulement par des récits et par les photographies entrevues dans des albums. Farouchement déterminée, elle décide un été de trouver l'assassin et d'exercer sa vengeance.»

Intrigue touffue et déprimante à souhait. Semble mener quelque part, tout d'abord, puis, vers la fin, pffft!, tout se termine en queue de poisson! Désolant.


Lili lui donne: ★ ★ ☆ ☆ ☆


Pour le lire en version originale

mardi 9 septembre 2008

Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part

Par Anna Gavalda, J'ai lu

«"Quand j'arrive à la gare de l'Est, j'espère toujours secrètement qu'il y aura quelqu'un pour m'attendre. C'est con. J'ai beau savoir que ma mère est encore au boulot à cette heure-là et que Marc n'est pas du genre à traverser la banlieue pour porter mon sac, j'ai toujours cet espoir débile."
Les personnages de ces douze nouvelles sont pleins d'espoirs futiles, ou de désespoir grave. Ils ne cherchent pas à changer le monde. Quoi qu'il leur arrive, ils n'ont rien à prouver. Ils ne sont pas héroïques. Simplement humains. On les croise tous les jours sans leur prêter attention, sans se rendre compte de la charge d'émotion qu'ils transportent et que révèle tout à coup la plume si juste d'Anna Gavalda. En pointant sur eux ce projecteur, elle éclaire par ricochet nos propres existences.»

Un brin inégal, mais dèjà, la plume envoûtante de Gavalda vient nous chercher, au détour d'une intrigue, dans l'ombre d'un personnage dans lequel on croit se reconnaître...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

dimanche 7 septembre 2008

Cassandre

Par Rascal, illustré par Claude K. Dubois, Les 400 coups, Carré Blanc

«Du plus loin que je m'en souvienne,Cassandre est mon amie. Ainsi commence ce texte magnifique et intemporel sur l'amitié. La vraie.»

...fin... rafraîchissant... attachant... une grande aventure de petite fille... un grand bonheur de grand!

* * * * *

samedi 6 septembre 2008

La carie

Par Ani Slodovnick, illustré par Manon Gauthier, Les 400 coups, Carré Blanc

«Marissa aimait trop les bonbons. Ce matin-là, elle s'était réveillée avec une horrible rage de dents. Au lieu d'aller à l'école, maman avait décidé de l'emmener chez le dentiste. Ainsi commence une histoire qui semble simple. Mais elle ne l'est pas. Marissa aura ici la chance de réfléchir au sens des mots partage et justice. Quoi faire quand on voit des gens souffrir dans la rue pour la première fois de sa vie? Comment une si petite personne peut-elle venir en aide aux autres? Voilà une histoire qui touche. Une histoire qui met en valeur des gestes simples vers l'autre.»

...touchant... déroutant... une belle découverte!

* * * * *

Une terrifiante histoire de coeur

Par Carole Tremblay, Dominique et cie, Roman noir

«Yann aime les histoires d'horreur et a horreur des histoires d'amour. Quand, le jour de la Saint-Valentin, des phénomènes inquiétants commencent à survenir à son école, il est loin de s'imaginer qu'il va bientôt découvrir de nouvelles façons d'avoir des frissons! Des néons qui s'éteignent, des tâches rouge sang, des objets qui se déplacent...»

Une sympathique histoire de peur et de coeur. On s'attache au petit Yann et à ses inquiétantes péripéties. À lire!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆