Vous cherchez sur Lili?

samedi 28 février 2009

Le prix du sang


Par Jean-Pierre Charland, HMH, Les Portes de Québec 3

«Le roman s’ouvre sur le naufrage de l’Empress of Ireland, le 29 mai 1914, dont Alfred Picard est l’une des nombreuses victimes. Avec l’aide de ses enfants, Marie assumera l’avenir du commerce. Maintenant adolescente, Thalie désire devenir médecin, un rêve presque impossible pour une Canadienne française de l’époque. Mathieu, de son côté, poursuit ses études dans le but d’être avocat. 
L’autre famille Picard, celle de Thomas, continue de vivre avec les conséquences des événements survenus en 1908. Les funérailles d’Alfred fournissent l’occasion à Fernand Dupire de renouer avec Eugénie. Son jeune frère Édouard, enfin libéré des études classiques, a entrepris son apprentissage de futur commerçant au détail et courtise une jeune beauté du Faubourg Saint-Roch. Le calme relatif de ces existences se trouve bouleversé par le déclenchement de la Première Guerre mondiale, pendant l’été 1914. Durant des mois, la vie ne semble guère différente, excepté les emplois devenus plus nombreux. Mais l’enlisement du conflit rend bientôt probables des mesures de conscription. Les nationalistes de langue française s’opposent de façon véhémente à cette éventualité, alors que les Canadiens de langue anglaise exigent qu’ils partagent avec eux le « prix du sang ». Mathieu et Édouard sont en âge de joindre les rangs de l’armée. Le premier verra de près la boucherie; le second tentera d’y échapper, préférant les plaisirs de la vie bourgeoise et de la chair aux horreurs de la guerre. À la fin du mois de mars 1918, alors que la tension est à son comble, les militaires tirent sur la foule. Le sang coule dans les rues de la Basse-Ville. Le prix du sang, les Canadiens ne le paieront pas qu’en Europe.»

Troisième tome beaucoup plus captivant que le deuxième, mais les passages historiques sont encore un peu trop ostentiblement collés dans le déroulement de l'intrigue, l'auteur semblant faire peu d'effort pour lier les personnages historiques aux protagonistes principaux. Un beau morceau de fiction tout de même...


Lili lui donne: ★ ★ ★  ☆

mercredi 25 février 2009

Le Roi de la Bibliothèque

Par Michelle Knudsen, illustré par Kevin Hawkes, Gründ

«Un lion est entré dans la bibliothèque! Que faire? Le règlement précise qu'il est interdit de faire du bruit. Qu'il est interdit de courir. Mais il ne parle pas de lions!»

Histoire très touchante d'un lion amoureux des livres... et d'une bibliothécaire amoureuse d'un lion!... une histoire à relire jusqu'à la fin des Temps...

* * * * *
Pour le lire en version originale anglaise

La Princesse Isabeau et le Chevalier inconnu

Par Samuel Lautru, illustré par Frédéric Pillot, Les 400 coups

«Dans le grenier de son grand-père, Pierre remarque une grande malle en bois. Un jour, il succombe à l'envie d'y jeter un coup d'oeil et découvre des parchemins jaunis, tous écrits entre le 25 et le 172 mai 1422 et signés par d'étranges auteurs : un chevalier soupirant pour une belle princesse, un palefrenier, Merlin l'Enchanteur... et même un cheval! Quelle histoire peut bien se cacher derrière cette drôle de correspondance?»

L'histoire charmante d'un chevalier mystérieux et de la jolie princesse aux longs cheveux... mais avec une fin tout à fait stupéfiante... et qui laisse l'imagination vagabonder longtemps, longtemps après que la dernière page est tournée...

* * * * *

Constance - Journal d'une jeune fille aux premiers temps de la Nouvelle-Angleterre

Par Patricia Clapp, L'École des loisirs, Médium

«Novembre 1620 : les passagers du Mayflower atteignent l'Amérique. A son bord, Constance regrette déjà Londres. Dans son journal, elle raconte la famine, les ravages du scorbut, la peur des Indiens et la brutalité des premiers bâtisseurs de la Nouvelle-Angleterre.»

...riche saga historique où l'on apprend sans vraiment voir les pages passer... Quel beau personnage que celui de Constance!... et que dire de sa famille et de tous ces hommes qui lui apprenne sa vie de femme au sein d'un pays tout neuf...

* * * * *
Pour le lire en version originale anglaise

mardi 24 février 2009

Une histoire de fée

Par Laurence Aurélie, illustré par Janou-Ève Le Guerrier, Les 400 coups

«Juni a beau être une fée diplômée, les très laides sorcières la terrifiaient toujours. Que va-t-elle faire avec un prince changé en crapaud et une crapelette devenue princesse ? Mais rassurez-vous, car, comme écrit l'auteure, au royaume des fées, il est bien connu que les contes se terminent toujours bien.»

Début un brin lent et conventionnel, mais quelle fin rebondissante, réjouissante, délicieuse!... Sans compter lesillustrations toutes douces et charmantes de Janou-Ève Le Guerrier... Délicieux.


Lili lui donne: ★ ★ ★  ☆

Chère Traudi

Par Anne Villeneuve, Les 400 coups, Carré Blanc

«Inspiré de la vie de Kees Vanderheyden, auteur de La guerre dans ma cour, publié chez Boréal, ce livre raconte sa jeunesse sous l'occupation allemande. Tantôt drôle, tantôt choquant, le livre relate surtout la confrontation de ce jeune garçon avec l'ennemi qui deviendra humain, puis finalement ami. Et la fin, authentique, vous rappellera qu'elle est parfois imprévisible. Ce livre majeur oblige à se mettre à la place de l'autre.»

...touchant... troublant... images superbes... une belle leçon d'humanité...

* * * * *

vendredi 20 février 2009

La princesse dans un sac

Par Robert Munsch, illustré par Michael Martchenko, Scholastic

«Après avoir perdu tous ses biens, incluant son prince charmant adoré, enlevé par un méchant dragon, une princesse, vêtue d’un vulgaire sac en papier, part à la recherche de son amour. À coups de ruses et d’astuces, la princesse réussit à neutraliser le dragon, mais elle retrouve un prince hautain qui lui reproche sa tenue. Pas si charmant et bien arrogant, le prince adoré... Franchement, la princesse préfère la liberté!»

...illustrations très imaginatives et touchantes... et quelle histoire! De quoi guérir cellez qui croient encore à ce doux et moelleux Prince charmant des contes de fées...!

* * * * *
Pour le lire en version originale anglaise

J'ai oublié de te dire je t'aime

Par Miriam Moss, illustré par Anna Currey, Flammarion, Les albums du Père Castor

«Ah ce Doudou ! Avec ses bêtises et sa veste mal boutonnée, il a fini par mettre en retard Billy et sa maman qui doivent courir jusqu'à la garderie. Et dans la précipitation, Maman est partie en oubliant plein de choses importantes. Un doudou, un gros câlin et un "je t'aime", ça compte pour bien commencer une journée à la crèche…»

Totalement ravissant... les mots, l'histoire, les images... délectable!... à laisser traîner sous la couette pour les journées grises...

* * * * *
Pour le lire en version originale anglaise

La princesse qui bâillait sans cesse

Par Carmen Gil, illustré par Elena Odriozola, OQO Editora

«Ni les boules de glace, ni les matelas de plumes, ni les éléphants jaunes ne réussissaient à arrêter les bâillements de la princesse. Mais un jour, le fils d’un domestique du palais s’approche de la princesse avec une petite boîte en bois et beaucoup de choses à expliquer…»

...histoire charmante et illustrations audacieuses... un délice!

* * * * *

La Nouvelle

Par Élizabeth Duval, illustré par Elsa Oriol, Kaleidoscope

«Pauline est nouvelle dans la classe. Et l'accueil des enfants n'est pas des plus chaleureux... Martin, tout particulièrement, qui ne joue pas avec les filles et à qui la maîtresse " confie " Pauline pour sa toute première journée...»

Histoire charmante qui laisse toutefois le lecteur un brin sur sa faim. Cependant, les illustrations sont si subliiiiiimes qu'on en oublie vite la légèreté de la trame. Si beau...



Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Le Radis et la Chaussure

Par Louise Jalbert, Les 400 coups

«Le radis et la chaussure vivent avec les lettres dans les pages d'un livre. Ils sont heureux, même si les lettres ont parfois un bien drôle de caractère... Mais un jour, une menace plane sur le livre : des ciseaux féroces le coupent en morceaux. Comment le radis, la chaussure et les lettres parviennent-ils ensemble à surmonter ce malheur?»

Une sympathique fantaisie où imaginaire et mots se tiennent les coudes. Les illustrations très éloquentes et sensibles charment d'emblée. À lire absolument...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

La belle au lézard dans son cadre doré

Par Jean Rouaud, illustré par Yan Nascimbene, Albin Michel

«Comme sa fiancée l'avait quitté, un écrivain amer n'inventait que des histoires qui se terminaient mal. Jusqu'au jour où, chez un brocanteur, une jolie dame peinte, dans son cadre doré, lui jeta un regard qui en disait long. Mystérieuses disparitions, troublantes coïncidences...»

Une belle histoire de muse et de mots, et d'écrivain à l'imaginaire fertile, mais à l'âme triste. Un opuscule singulier et déroutant à découvrir...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Comment je suis né

Par Katerina Janouch, illustré par Mervi Lindman, Oskar jeunesse

«La venue au monde d’un bébé expliquée avec humour et tendresse. La rencontre de Papa et Maman, leur voyage de noces, la conception du bébé, maman tombe enceinte, la vie de bébé dans le ventre, l’accouchement puis l’arrivé de bébé.»

Tellement bien mis en mots...! Un brin franchouillard parfois, mais comme je prendrai plaisir à la relire avec mes enfants!

* * * * *

La Funeste nuit d'Ernest

Par Sébastien Perez, illustré par Benjamin Lacombe, Sarbacane

«Ernest dort pour la première fois dans la maison de son grand-père, qu'il n'a jamais connu et dont il porte le prénom, héritage qu'il trouve plutôt lourd à porter. Rêve ou cauchemar, le voila engagé avec un feu follet dans la recherche d'une médaille que détient un affreux vampire secondé par une bande de zombies.»

...histoire sympathique où la fiction teinte la réalité... mais surtout, illustrations inoubliables, à la fois glauques et attachantes, de Benjamin Lacombe...

* * * * *

Un bisou c'est trop court

Par Carl Norac, illustré par Claude K. Dubois, L'École des Loisirs, Pastel, Lola

«Lola découvre sa nouvelle maison. Elle se sent perdue. Elle a besoin d'être rassurée. Mais ses parents sont très occupés. Aujourd'hui, un bisou, c'est vraiment trop court...»

Attachant!!!... illsutrations toujours aussi émouvantes... et histoire attendrissante... à relire mille et une fois!

* * * * *

Mercredi à la librairie

Par Sylvie Neeman, illustré par Olivier Tallec, Sarbacane

«Un vieux monsieur et une fillette se croisent tous les mercredis à la librairie. Il lit un gros livre, toujours le même, lentement, les yeux mouillés parfois. Elle dévore à toute vitesse des BD qui la font rire. La fillette s'interroge : qu'y a-t-il donc dans ce livre pour retenir ainsi le vieux monsieur et pourquoi ne l'achète-t-il pas?»

...histoire attachante... comment les mots rapprochent... portrait idyllique de ce que devrait être une librairie... et une libraire...

* * * * *

mardi 17 février 2009

Une histoire extraordinaire

Par Grégoire Mabire, Casterman, Les petits Duculot

«C’est bien connu : les papas sont de formidables conteurs. Celui du narrateur de cet album est capable d'inventer des histoires extraordinaires, un peu bizarres, pas pour les froussards, ou drôles à se fendre la poire... Mais où va-t-il chercher toutes ces histoires? L'enfant mène l'enquête dans le bureau, dans la bibliothèque... Et au grenier, il tombe sur une drôle de réunion secrète! Ce sont les vieux jouets du papa qui inventent toutes ces histoires... Mais l'histoire ici racontée, qui peut bien l’avoir inventée?»

Belle histoire à lire au creux de l'oreiller... illustrations à croquer!...

* * * * *

Croque

Par Thomas Fersen, illustré par Manon Gauthier, Les 400 coups, Bande rouge

«Quand je rentre à la maison/elle me dit souvent/Que j'ai une tête d'enterrement/Et elle a raison... Une histoire qui parle, avec verve et humour, de gourmandise... et d'enterrement!»

Ah! Cette plume de Fersen... délicieusement dérangeante!... et quelles illustrations... attachantes et glauque à la fois... à relire en fredonnant...

* * * * *

jeudi 12 février 2009

Mon étrange petite soeur et les prisonniers d'Alcatraz

Par Geniffer Choldenko, Pocket Jeunesse, Littérature

«Janvier 1935, île d’Alcatraz. La famille de Caribou (c’est le surnom du narrateur de 12 ans) vient d’y emménager. Son papa est gardien et électricien à la prison, sa maman donne des cours de piano et sa « grande petite sœur » souffre d’autisme. Il veille sur elle de façon tendre et efficace, mais souhaite aussi plus de liberté, pour jouer dans l’équipe de base-ball, par exemple. Il s’enferre aussi dans les combines de Lola, la fille du directeur, et propose aux gens du continent de confier leur lessive aux prisonniers les plus dangereux des É.-U., dont Al Capone!»

Une histoire douce et étrange, déroutante et envoûtante. L'histoire de l'âme qui triomphe sur la maladie, de l'amour d'un frère pour sa soeur. Un hommage à la lucidité de l'enfant. (Attention à la traduction très franchouillarde, par contre)


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version originale

mardi 3 février 2009

Mélodie aux cent sucettes

Par Alain M. Bergeron, illustré par Fil et Julie, HMH

«D'aussi loin qu'elle se souvienne, la petite Mélodie a été attirée par les sucettes. C'est un peu la faute de ses parents. Ils voulaient qu'il y en ait toujours une à sa portée. «Ça la calmait», expliquaient-ils.
Aussi, ses parents en ont-ils placé quelques-unes dans son lit, dans son bain, dans son parc, dans ses tiroirs, même sur la table de la cuisine. Il y en avait tellement que, bientôt, on la surnomma Mélodie aux cent sucettes.
D'où venaient-elles, toutes ces sucettes ? Du jardin ? De l'arbre à sucettes ? Des poules à sucettes ? Peut-être. De la pharmacie ? Sûrement pas !
Mais qu'arrivera-t-il lorsque la source des sucettes sera tarie ? Mélodie a une solution… bien en main!»

Sympathique et drôle... illustrations toujours aussi savoureuses de Fil et Julie... à lire avec bébé qui n'en est plus un et qui doit se séparer de sa suce...

* * * * *

dimanche 1 février 2009

Sacabule

Par Anne-Marie Béasse, illustré par Philippe  Goossens, Magnard Jeunesse

«Sacabule revient de vacances en Provence chez son amie Hortense. Elle avait voulu emmener Gaston son chaton mais il lui avait dit : " Non je garde la maison ! ". Alors elle avait promis de revenir vite. Mais à son retour, Gaston a disparu.»

Très belles illustrations... à faire rêver... belle proposition d'histoire aussi... un peu éducative, mais captivante tout de même...

* * * * *

Une maman tout entière

Par Olivier Ka, illustré par Luc Melanson, Milan jeunesse

«Ma maman, elle est grosse. Très grosse! C'est la plus grosse maman du monde!»

Délectable, tout simplement!... et attachant... quant aux illustrations... Mmmmmh... Un délice...! À lire, encore et encore, bien au chaud, dans les bras de celui qu'on aime!...

* * * * *

Le Roi qui désirait le Temps...

Par Régine Joséphine, illustré par Selma Mandine, Gecko jeunesse

«Il était un temps où le Temps n'était pas, où le jour n'existait pas et la nuit ne tombait... où la lumière brillait éternellement sans jamais faiblir. Il était ce temps où vivait un Roi...»

...savoureux et envoûtant... à relire... une aventure douce amère sur le temps qui passe... inexorablement...

* * * * *

Le vrai de vrai journal de ma vie


Par Gilles Tibo, illustré par Josée Bisaillon, Imagine

«Je m'appelle Marilou... Marilou Latendresse-Gonzales. Je suis remplie de secrets de la tête aux pieds. J'ai des petits secrets, des moyens secrets et des très gros secrets! 
Un petit secret : Je déteste lacer mes souliers.
Un moyen secret : Je déteste les mathématiques
Un gros secret : Je déteste Max, mon voisin d'en face, il me fait toujours des grimaces. 
Moi je dis que grandir, c'est bien mieux que de rapetisser! Je n'ai pas besoin d'expliquer ça. 
Je ne raconte mes secrets à personne parce que j'ai peur qu'on se moque de moi. Alors, mes secrets, je les confie seulement à mon journal parce que lui je lui fais confiance à 100%.»

Belle idée de départ, mais décidément, Gilles Tibo est un illustrateur, pas un auteur! Tout est trop didactique, trop ostentiblement bon pour les enfants, et on sent vraiment qu'il s'agit d'un adulte qui se cache dans sa plume pour jouer à l'enfant, sans toutefois que la magie opère. Belles illustrations toutefois... et aussi, il faut bien le reconnaître, quelques beaux petits morceaux de texte ici et là.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ☆ ☆