Vous cherchez sur Lili?

vendredi 11 février 2011

Pourquoi lire?

Par Charles Dantzig, Grasset

«"La lecture n'est pas contre la vie. Elle est la vie, une vie plus sérieuse, moins violente, moins frivole, plus durable, plus orgeuilleuse, moins vaniteuse, avec souvent toutes les faiblesses de l'orgueil, la timidité, le silence, la reculade. Elle maintient, dans l'utilitarisme du monde, du détachement en faveur de la pensée. Lire ne sert à rien. C'est pour cela que c'est une grande chose. Nous lisons parce que ça ne sert à rien." Des conseils, des douceurs, des rosseries, et une conception de la lecture comme "sœur de la littérature", toutes deux marchant ensemble dans un combat contre le temps. Une philosophie de la lecture qui fait s'exclamer, s'enthousiasmer, applaudir, et qui ne donne qu'une envie : (la) relire.»

Pourquoi, moi, la dévoreuse de fiction, me suis-je plongée dans cet essai sur la littérature, essai à l'air aride et sec d'une lecture universitaire obligatoire? Eh bien, tout simplement parce qu'il a piqué ma curiosité: cette interrogation en forme de titre et cet extrait si éloquent en quatrième de couverture... et puis, oui, peut-être bien que la lectrice peinte sur le bandeau a aussi interpellé le rat de bibliothèque en moi! Je suis comme ça, intuitive, subjective, humaine, quoi... Et puis maintenant qu'il est lu, cet essai, que puis-je bien en dire? Que la plume de Dantzig, malgré un niveau de langage très soutenu, parfois un brin hermétique, est parvenue à me captiver, à m'ouvrir grand la porte de son contenu, par sa forme accessible, ses chapitres courts et anecdotiques? Que la question de la lecture semble, pour l'auteur, un prétexte pour discuter de sa vision exclusive (et disons-le, élitiste) de la littérature avec un grand "L"?  Que sa notion de «vrai» lecteur (c'est-à-dire celui qui ne lit que pour savourer la Littérature - avec un grand "L" -  et pour s'approprier cette Littérature en griffonnant dans les marges) est légèrement réductrice et snob? Que pour moi, lectrice depuis toujours, l'important n'est pas pourquoi l'on lit, ni ce que l'on lit, mais bien de lire, point? Ou alors que malgré ces divergences majeures d'opinion, et cette brise de mépris, ressentie à quelques reprises durant ma lecture, s'adressant à la «non-initiée» que je semble être selon les propos de l'auteur, j'ai découvert une vision des mots fort stimulante? Tout ça à la fois, j'imagine...
J'ai longuement hésité à me commettre au sujet de ce livre, surtout après avoir reçu comme une flèche la perception de l'auteur concernant ceux qui, selon lui, «attaquent» les créateurs de la Grande Littérature: "Les gens qui nous attaquent n'ont pas toujours du talent. C'est pour cela qu'il ne leur reste souvent que la vulgarité". Qu'à cela ne tienne, M. Dantzig. Je suis une lectrice. Indubitablement. Et je ne lis pas pour recevoir l'approbation des autres, ni pour prouver quoi que ce soit, mais bien parce que ça me plaît. Et ce «Pourquoi lire?», malgré, ou peut-être à cause des bouillonnements de mon esprit, de ces échauffements des susceptibilités, il m'a plu! Un des meilleurs essais pour comprendre que parfois, il faut savoir en prendre et en laisser!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆