Vous cherchez sur Lili?

mardi 31 mars 2015

Un ballon sous la pluie


Écrit et illustré par Liniers, La Pastèque

«Quand sa petite soeur, Clémi, refuse de sortir sous la pluie, Mathilda se propose de lui apprendre tous les plaisirs d’un samedi pluvieux!»

La pluie, Grande Bousilleuse des journées de congé par excellence? Absolument pas, selon Mathilda. Mais réussira-t-elle seulement à convaincre Clémi de plonger avec elle dans les pluvieux possibles d’un samedi grisounet? De sa plume simple et juste, Liniers souffle une aventure impromptue et irrésistible, portée par un univers visuel sensible aux éloquentes textures et à la tendre palette. Tout en délicatesse, cet opuscule sait croquer l’enfance dans toute sa naïve spontanéité, sa logique rigolote et sa poésie ébouriffée. Un livre à mettre entre toutes les petites (et les plus grandes!) mains, pour apprendre à faire surgir les arcs-en-ciel sans crier gare, au moment où s'y attend le moins.


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩

jeudi 26 mars 2015

Mon chien qui pue


Écrit et illustré par Christine Roussey, La Martinière jeunesse

«Voici Alfred. C’est mon chien! Il est gentil, super au foot et hyper fort à chat. Alfred, je l’aime, je l’aime, mais… IL PUE! Des pieds, des oreilles, du nez, du dos et du ventre. Il pue des moustaches et de la queue. Bref, du sol au plafond. ALFRED PUE!»

Alfred est un chien, mais attention, pas n’importe lequel: le meilleur, le plus affectueux, le plus loyal, le plus drôle… mais aussi, le plus malodorant. À la veille d’un grand départ vers l’aventure, son odeur nauséabonde viendra-t-elle bousiller tous les plans? Maniant habilement sa plume rigolote et ses crayons aux traits joyeusement ébouriffés, Christine Roussey concocte une ode coquine à l’amour inconditionnel, un hardi pied-de-nez olfactif aux qu’en-dira-t-on, avec la candeur délicieuse et authentique de l’enfance. Un opuscule tendre et cocasse qui fera sourire toute la famille. Nez fins s’abstenir!


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩ 

jeudi 19 mars 2015

L'arbragan


Écrit et illustré par Jacques Goldstyn, La Pastèque

« "Moi, je suis ce qu’on appelle un solitaire. Je fais les choses tout seul. Et n’allez pas croire que ça m’embête. Parmi toutes les choses que j’aime faire, ce que je préfère, c’est grimper dans mon arbre. Mon arbre s’appelle Bertolt." »

Et si un arbre pouvait devenir un ami, le meilleur, le plus rigolo, le plus joyeusement ébouriffé? Un ami à la loyauté tranquille et à la parure débordant de surprises? Bertolt est tout ça et plus encore, faisant résonner, au fil des ans, le rire de l’enfance solitaire, bouillonner l’imaginaire et se côtoyer joyeusement de disparates locataires. Avec finesse et sensibilité, entrelaçant adroitement les mots justes et les émouvants traits de crayons, Jacques Goldstyn raconte avec une candeur taquine la connivence un brin farfelue et délicieusement atypique au coeur d’une complicité pas comme les autres. Une histoire toute simple, tendre et à l’éloquence coquine, qui célèbre à sa drôle de manière l’amitié, la seule, la vraie. Celle qui résiste au temps. Celle qui sait (presque) faire un pied-de-nez à la mort.

Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✮






mercredi 18 mars 2015

Perdus au musée!


Écrit et illustré par Laure Monloubou, Kaleidoscope

«Aujourd’hui, c’est jour de sortie scolaire. "Dans un musée, a dit mademoiselle Simone, on ne court pas, on ne mange pas, on ne crie pas, on ne touche pas, on REGARDE! Et surtout, surtout, on ne lâche pas la main de son copain." Alors Justin prend la main de Noémie et il n’a vraiment pas l’intention de la lâcher. Il ne manquerait plus qu’ils se perdent!»

Quand on part à l’aventure avec la classe, tout est possible. On laisse les pupitres, les corridors et la ronronnante routine derrière. Or, la liberté, c’est chouette, ça ébouriffe, mais encore faut-il savoir revenir à bon port! D’une plume rafraîchissante et rigolote, Laure Monloubou entraîne le lecteur à la suite de Justin et Noémie dans leur loufoque exploration en solitaire de l’histoire de l’Art. Porté par un univers visuel aux traits bédéesques et à la palette joyeuse, recelant de délicieux et coquins détails, cet opuscule tendre et cocasse rappelle que parfois, perdre ses repères peut bel et bien se transformer en mémorable aventure, si on a quelqu’un avec qui la partager…


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩

vendredi 13 mars 2015

Constance


Par Pierre Le Gall, illustré par Éric Héliot, Hachette Jeunesse, Constance 1 et 2

«Voici Constance... une petite fille douce et sage. Et son adorable chaton, Miniature. Vous allez adorer... les détester !»


Constance, ou comment l’enfance peut joyeusement abriter l’antithèse de la sagesse. Pierre Le Gall et Éric Héliot tricotent de concert une audacieuse trame, usant astucieusement d’une coquine narration littéraire et visuelle qui a plus d’un tour dans son sac, sachant semer adroitement la zizanie dans la tête du lecteur, laissant les mots souffler une vérité que les illustrations s’empressent de contredire aussitôt. Une série exquise, portée par une délicieusement irrévérencieuse ironie qui n’est pas sans rappeler l’humour grinçant d’Edward Gorey, l’étrangeté charmante de Tim Burton et l’aplomb irrésistible de Mercredi, dans La Famille Adams. Un petit bijou de bibliothèque, espiègle et malicieux, à faire découvrir à tout vent.




Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✮ 



Attention!
Cette série n'est malheureusement plus disponible
en librairie, en Amérique du Nord;
il faut donc se rabattre sur les bibliothèques.
... mais ça vaut le déplacement!