Vous cherchez sur Lili?

jeudi 31 décembre 2009

Un brin de maintenance...

Petit changement dans la section Vos suggestions...

Afin qu'elle soit plus facilement interactive, je l'ai déplacée au bas de la page d'accueil où elle est gérée par un autre support: il s'agit maintenant d'un babillard où tous les visiteurs peuvent publier leurs suggestions de livres ou encore, leurs questions concernant des livres qu'ils recherchent ou au sujet desquels ils désirent une opinion...

Ne vous gênez surtout pas pour alimenter ce babillard aux mille questions et suggestions! Il vous appartient autant qu'à Lili!

Au plaisir de vous y lire!

Down the Rabbit Hole - An Echo Falls Mystery

Par Peter Abrahams, Harper Collins, Echo Falls Mystery 1

«Welcome to Echo Falls, home of a thousand secrets. Ingrid is in the wrong place at the wrong time. Or at least her shoes are. And getting them back will mean getting tangled up in a murder investigation as complicated as the mysteries solved by her idol, Sherlock Holmes. With soccer practice, schoolwork, and the lead role in her town's production of Alice in Wonderland, Ingrid is swamped. But as things in Echo Falls keep getting curiouser and curiouser, Ingrid realizes she must solve the murder on her own -- before it's too late!»


Un bon petit polar pour ado, rempli de sentiers tortueux et de personnages déroutants... un périple de l'autre côté du miroir, accompagnée d'une Alice un brin téméraire mais très attachante... la fin est un tout petit peu prévisible, mais la montée de la tension est excellente et la plume délicieuse!... Je ne suis pas certaine que la traduction française soit très plaisante alors pour ceux qui veulent se lancer, je vous conseille d'en profiter pour pratiquer votre anglais! J'ai très hâte de lire la suite!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version française

mardi 29 décembre 2009

Du nouveau sur Lili...

Quelques petites sections fraîchement mises en ligne et mises à jour: Mes 5 meilleurs pour les Grands, les Ados, les Jeunes et les Petits... Un rendez-vous pour les curieux et les curieuses en mal de suggestions (voir colonne de gauche)...

Un joyeux temps des Fêtes à vous, chers farfouineurs de la blogosphère!

dimanche 27 décembre 2009

Secret de famille

Par Isol, Les 400 coups

«L'amie d'Élise a un gros problème. En se levant plus tôt que d'habitude, elle a découvert l'incroyable secret, si bien gardé jusqu'à présent par sa mère! Ce secret la rend vraiment différente des autres. Comment pourra-t-elle se comporter normalement, maintenant qu'elle le connaît?»

Illustrations à croquer et histoire totalement loufoque. Un pur délice! Un album incontournable!...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 

mercredi 23 décembre 2009

Les femmes qui lisent sont dangereuses

Par Laure Adler et Stefan Bollmann, Flammarion, Les femmes qui... 1

«Les livres ne sont pas des objets comme les autres pour les femmes; depuis l'aube du christianisme jusqu'à aujourd'hui, entre nous et eux, circule un courant chaud, une affinité secrète, une relation étrange et singulière tissée d'interdits, d'appropriations, de réincorporations.» - Laure Adler

Documentaire savoureux, à lire au petit bonheur, en se perdant dans les nombreuses oeuvres présentées et commentées. Comporte un essai au niveau plutôt soutenu (un brin ardu pour le grand public!) expliquant le lien fort et singulier qui unit la femme et les livres depuis la nuit des temps... Un livre à feuilleter encore et encore!...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

samedi 19 décembre 2009

La vraie histoire de Léo Pointu

Par Rogé, Dominique et cie

«Léo Pointu vivait dans un petit camion orange qu'il avait hérité de son papa. Son papa l'avait reçu de son père qui, lui, l'avait obtenu en échange d'une poule et de trois cochons. Tous les matins, Léo se levait, mangeait deux rôties aux oignons et s'installait au volant de son commerce à roulettes. Ainsi commence la grande aventure de Léo Pointu, rémouleur de père en fils... Une leçon de vie tout en humour signée Rogé, avec la charmante fantaisie qu'on lui connaît!»


Une histoire savoureuse, et tout à fait d'actualité; les personnages farfelus et surtout, les illustrations aux mille surprises qui devancent et relancent la narration font de cet album un incontournable. Quant à la fin, elle est sublime et surprenante... alors, chut!, je ne vous en dis pas plus!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 

Il était une fois



Par Gilles Tibo, illustré par Fanny, Dominique et cie

«Il était une fois un petit Gaston qui aimait écouter des histoires. Chaque soir, il se blottissait dans les bras de sa mère. Elle lui chantonnait une berceuse en ouvrant délicatement les pages d'un album, puis elle lui murmurait à l'oreille: «Il était une fois...». Devenu grand, Gaston est maintenant un libraire passionné qui partage son grand enthousiasme pour les livres avec tous ses clients, petits et grands, et quelques petites... souris! Mais chut! Il ne faut pas révéler les secrets de Monsieur Gaston, mais plutôt lire cette magnifique histoire qui nous parle de la magie des livres...»


Une histoire à croquer, aux illustrations remplies de trésors pour les yeux. Une quasi-réussite pour Tibo, ancien illustrateur converti en auteur. Ses textes sont habituellement plutôt ordinaires. Or, cette fois, malgré un début plutôt conventionnel, l'histoire finit par nous accrocher pour de bon en cours de route, si bien que j'ai eu envie de la relire dès la dernière page tournée!

Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

vendredi 18 décembre 2009

Entre les lignes...

Avis aux feuilleteux de revues; la dernière édition de la revue littéraire Entre les lignes (Hiver 2010) est un incontournable!


On y retrouve, entre autres, un surprenant dossier sur l'avènement du livre électronique, ses enjeux, ses détracteurs... et plusieurs belles rencontres dont une entrevue avec François Létourneau...

Pour plus de détails, cliquez ici.

...ah oui, et Le Libraire (revue littéraire gratuite) de fin d'année est sorti également... je n'en aime toujours pas le ton général, mais on peut y trouver, comme toujours, une excellente mouture de suggestions de lecture très variées... Cliquez ici pour consulter la version virtuelle.

Alors, à vos revues, gourmands et gourmandes littéraires!

jeudi 17 décembre 2009

Mon petit medley de Noël...

Quelques suggestions en vrac, pour les magasineux de dernière minute... D'abord, les livres (ça ne vous étonne pas, hein?)...


Pour les voyageurs par procuration...


La frousse autour du monde


Par Bruno Blanchet, Éditions La Presse


«Enfin les chroniques de Bruno Blanchet réunies dans un livre magnifiquement illustré, avec les photos personnelles de ce globe-trotter à nul autre pareil. Dans une esthétique exotico-trash, Bruno Blanchet nous entraîne avec lui dans sa première année de périple de La Frousse autour du Monde (2004-2005). En plus des textes poétiques et drôles des 41 premières chroniques, Bruno a lui-même ajouté des commentaires inédits, des photos jamais publiées et des objets de voyages qu'il a pris soin de nous faire parvenir en provenance du bout de la planète! Retrouvez un Bruno absurde qui pose son regard original sur le monde et les gens qui l'entourent, qu'ils soient de Brossard ou du Myanmar!»


La frousse autour du monde 2


Par Bruno Blanchet, Éditions La Presse


«Enfin le 2e tome des chroniques de Bruno Blanchet : un livre illustré encore plus beau que le 1er, avec les photos personnelles de ce globe-trotter à nul autre pareil. Après le grand succès du 1er tome, Bruno Blanchet revient avec les récits de sa deuxième année de périple de La frousse autour du Monde. La jungle du Cambodge à dos d’éléphant, le Japon en patins à roues alignées, le désert de Gobi en camionnette pourrie, et une croisière sur le Yangtse avec un groupe de l’âge d’or, sont au programme. "Dans ce second tome, moins timide que le premier, le moral en prend un coup, et le beau rêve devenu réalité, s’avère moins romanesque que prévu... Et à la lecture de ces pages sombres, peuplées de personnages troublants et de situations absurdes, on se demande franchement pourquoi j’ai poursuivi mon chemin!" En plus des textes poétiques et drôles des chroniques 41 à 100, Bruno a lui-même ajouté des commentaires inédits, des photos jamais publiées et des objets de voyages qu’il a pris soin de nous faire parvenir en provenance du bout de la planète!»


Puis, il n'y a rien comme un Pennac pour se remonter le moral pour la nouvelle année... bien sûr, la saga Malaussène demeure la plus vivante de ses opus, mais cet essai un brin autobiographique est très touchant... et il est maintenant disponible en format poche!

Chagrin d'école


Par Daniel Pennac, Gallimard, Folio


«- Un livre de plus sur l'école, alors? - Non, pas sur l'école! Sur le cancre. Sur la douleur de ne pas comprendre et ses effets collatéraux sur les parents et les professeurs.»




Ensuite, du singulier et de l'étrangement réconfortant...

L'énigme du retour

Par Dany Laferrière, Boréal

«Un jeune homme de vingt-trois ans a quitté son pays de façon précipitée. Un homme épuisé y retourne, trente-trois ans plus tard. Le jeune homme est passé de l'étouffante chaleur de Port-au-Prince à l'interminable hiver de Montréal. Du Sud au Nord. De la jeunesse à l'âge mûr. Entre ces deux pôles se trouve coincé le temps pourri de l'exil. Une nuit, un coup de fil lui apprend le décès de son père à New York. Ce père qu'il n'a pratiquement vu qu'en photo. Cet événement le fait quitter la baignoire pour prendre la route. D'abord n'importe où, vers le nord; comme un adieu à cet univers de glace qui l'a tenu au frais si longtemps. Puis à New York pour les funérailles de son père, que l'exil avait rendu fou. Il compte le ramener à son village natal de Barradères, dans le sud d'Haïti. Pas le corps, qui appartient au voyage. Plutôt l'esprit. Des funérailles sans cadavre. Et le voici à Port-au-Prince, où il se terre dans une chambre à l'hôtel, n'osant regarder cette ville qu'il a tant rêvée là-bas dans sa baignoire, à Montréal. Si, dans Je suis un écrivain japonais, Dany Laferrière s'était donné pour but de vider le concept d'identité de tout son contenu, il poursuit ici l'objectif contraire. Qu'est-ce qui fait que nous venons indéniablement d'un lieu, d'une culture? Pourquoi sommes-nous toujours le fils de notre père? Un roman à la forme neuve, originale, qui mêle haïku et narration. Un livre grave, poétique, onirique, réaliste. Le livre d'un très grand écrivain.»

Puis, le p'tit dernier de Gavalda... un court récit à découvrir...

L'échappée belle

Par Anna Gavalda, Le Dilettante

«Trois frères et soeurs d'âge mûr s'enfuient d'un mariage de famille qui s'annonce particulièrement pénible pour aller rejoindre le petit dernier de la fratrie. Délaissant ainsi enfants, conjoints, chapeaux, riz, mondanités et soucis, ils vont s'offrir une dernière belle journée d'enfance volée à leurs vies d'adultes.»


...et en hommage à une grande gueule disparue récemment... ça le ferait sûrement sacrer de voir ses livres dans les Top, seulement après sa mort...

La liberté n'est pas une marque de yogourt

Par Pierre Falardeau, Typo

«Pierre Falardeau, figure unique du cinéma québécois, savait également manier les mots avec adresse et en se donnant toute liberté. En 1995, il avait réuni sa production des trente années précédentes: articles, lettres ouvertes, dénonciations des patenteux de subventions, répliques aux critiques, mais également témoignages d'amitié et hommages à ses mentors. Ce livre offre une combinaison d'esprit, de réalisme, de sensibilité et d'ironie.»

...et enfin, un classique du temps des contes, notre Caxtonien national, émouvant poète rebelle d'une langue bien à lui...

Contes de village

Par Fred Pellerin, Planète rebelle

«Après le succès d’estime retentissant remporté par une première édition, à tirage limité, proposée à l’automne 2005, Planète rebelle récidive en mettant sur le marché la 2e édition du coffret de la trilogie de Contes de village réunissant les trois livres-disques des spectacles éponymes de Fred Pellerin : Dans mon village, il y a belle Lurette..., Il faut prendre le taureau par les contes! et Comme une odeur de muscles. En plus de rendre hommage à l’auteur-conteur, le coffret contient une carte du village mythique - clin d’oeil de l’auteur et de l’éditeur - qui nous mène à la découverte de la légende.»

On passe ensuite à une brassée de disques, des nouveautés québécoises; beaucoup de retour de vieux de la vieille (Daniel Bélanger, Paul Piché, Richard Desjardins, Luc de Larochellière et Fred Pellerin), mais les aventures qu'ils proposent sont toutes neuves et méritent qu'on y prête l'oreille...






...pour les enfants de Passe-Partout, une petite compilation rafraîchissante qui secoue un brin nos habitudes...


Et pour terminer, quelques DVD à ne pas manquer... surtout la savoureuse et anachronique série Kaamelott... ainsi que les inénarrables documentaires de Perrault (une superbe idée, ces coffrets!)...









Voilà pour le Grand Magasinage de Lili... en espérant que ça vous donnera le goût d'aller fouiner...

vendredi 11 décembre 2009

Mes derniers livres lus...

Une petite nouveauté dans la colonne de gauche; la section Les derniers que j'ai lus... mettant en vedette mes plus récentes lectures!
Bienvenue aux curieux et aux curieuses...

jeudi 10 décembre 2009

Camomille et les Trois Petites Soeurs chez Cendrillon

Par Roser Capdevila, Éditions du Sorbier, Camomille et les Trois Petites Soeurs

«Les Trois Petites Soeurs ne sont vraiment pas sages! La sorcière Camomille décide de les envoyer vivre de dangereuses aventures dans le conte de Cendrillon.»


Illustrations émouvantes et touffues... et quelle revanche pour Cendrillon que cette épopée en scooter! Délicieux!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

mercredi 9 décembre 2009

Something blue

Par Emily Giffin, St-Martin's Press, Rachel et Darcy 2

«Darcy Rhone thought she had it all figured out: the more beautiful the girl, the more charmed her life. Never mind substance. Never mind playing by the rules. Never mind karma. But Darcy's neat, perfect world turns upside down when her best friend, Rachel, the plain-Jane “good girl,” steals her fiancé, while Darcy finds herself completely alone for the first time in her life…with a baby on the way. Darcy tries to recover, fleeing to her childhood friend living in London and resorting to her tried-and-true methods for getting what she wants. But as she attempts to recreate her glamorous life on a new continent, Darcy finds that her rules no longer apply. It is only then that Darcy can begin her journey toward self-awareness, forgiveness, and motherhood.»


Oh la la! Quelle saga! Moi qui pensais détester la suite de Something Borrowed, puisqu'elle est narrée par la désagréable Darcy... eh bien, je me trompais totalement! Après une bonne centaine de pages à lire distraitement les lamentations de Darcy la superficielle, l'histoire m'a finalement accroché par le bout du nez et je n'ai pas été capable de reposer le livre avant la dernière page! Bien sûr, il s'agit de romance, de la «chick lit» comme ils ne disent pas à Radio-Canada, mais une romance écrite avec une plume savoureuse qui a du piquant. Rien de trop surprenant dans le dénouement (ce qu'on souhaite, arrive... quel soulagement!), mais Giffin sait tout de même nous secouer les puces, nous désencrasser les préjugés. Comme quoi, les amateures de Manolo Blahnik peuvent vivre elles aussi leur épiphanie et virer à 90 degrés!À lire en version originale, si possible; la traduction doit être franchouillarde à faire peur!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 


Pour le lire en version française

mardi 8 décembre 2009

Compilations, oui ou non?

En jetant un petit coup d'oeil à ma bibliothèque hier soir, j'ai pu constater ma grande hésitation quant aux deux grandes approches possibles dans l'achat de romans du même auteur: lorsque j'aime un auteur, dois-je opter pour l'intégral de son oeuvre en un ou deux volumes, ou me lancer dans la quête de cette oeuvre intégrale en format original, c'est-à-dire en achetant chacun des livres séparément?

Bien sûr, il ne s'agit pas d'une Grande question existentielle!... mais j'ai trouvé drôle ma façon de l'approcher... Voyez-vous, j'ai toujours eu un intérêt irrésistible pour les compilations d'oeuvres dans une belle reliure (je sais, je suis un brin gaga) ou encore en papier bible (du genre collection Omnibus ou La Pochotèque). Je me suis donc procuré quelques exemplaires de ces gros bouquins bien dodus pour garnir mes tablettes, en me disant qu'en plus, je sauverais de l'espace (!). Or,  durant les nombreuses (et merveilleuses) heures de lecture qui ont peuplé ma vie depuis que je sais lire, j'ai toujours préféré lire un roman unique, c'est-à-dire ne pas avoir à tenir une affreusement grosse et lourde compilation à bout de bras... J'ai donc souvent résisté à l'envie de m'acheter des recueils d'oeuvre complète, mon côté pratico-pratique l'emportant sur mon amour de l'objet «livre»... Mais ce qu'il y a de plus cocasse dans tout ça, c'est que parfois, pensant me tromper moi-même, je me suis aussi racheté l'oeuvre d'un auteur en exemplaires séparés pour une lecture plus agréable alors que je possédais déjà l'intégral!... Ça vous dit à quel point je n'arrive pas à prendre position à ce sujet!...

Alors, vous, mes chers farfouineurs de bouquinerie, en ce début du temps des emplettes de Noël, si vous mourrez d'envie d'offrir une rutilante édition intégrale à un de vos amis, posez-vous la question: la lira-t-il vraiment à bout de bras? La traînera-t-il vraiment dans son sac au travail pour la lire pendant ses temps libres?...Mmmmh... Probablement pas... Est-ce donc qu'il faut abandonner l'idée de l'oeuvre intégrale complètement? Eh bien, non. Si vous êtes vraiment décidés à offrir l'oeuvre complète d'un auteur à quelqu'un, vous pouvez favoriser le pratico-pratique plutôt que l'apparence tout en conservant votre idée d'oeuvre intégrale en cadeau; certaines collections ont en effet pensé aux lecteurs, heureusement... Vous pouvez vous tourner vers La Pochotèque, Omnibus ou les Éditions Le Masque qui proposent des couvertures souples et du papier bible... ou encore, pour les porte-feuilles bien garnis, vers la mythique (mais il faut l'avouer très chic et pratique) collection Pléiade...

Compilations ou non, donc? En ce qui me concerne, entre les deux, mon coeur balance encore...

lundi 7 décembre 2009

The Hobbit

Par J. R. R. Tolkien, Harper Collins, Le seigneur des Anneaux -1

«The Hobbit is a tale of high adventure, undertaken by a company of dwarves in search of dragon-guarded gold. A reluctant partner in this perilous quest is Bilbo Baggins, a comfort-loving unambitious hobbit, who surprises even himself by his resourcefulness and skill as a burglar. Encounters with trolls, goblins, dwarves, elves and giant spiders, conversations with the dragon, Smaug, and a rather unwilling presence at the Battle of Five Armies are just some of the adventures that befall Bilbo. Bilbo Baggins has taken his place among the ranks of the immortals of children's fiction. Written by Professor Tolkien for his own children, The Hobbit met with instant critical acclaim when published.»


À lire un jour...








Pour le lire en version française



samedi 5 décembre 2009

Yoouuuuupidelidouuu!

Enfin, la mise en ligne massive de ma liste de Livres à lire un jour est terminée!!!

Vous aurez droit désormais à un fil de nouvelles plus raisonnable et rempli de mes nouvelles lectures (avec commentaires), découvertes, coups de coeur, coups de masse et autres curiosités du grenier de Lili...

Au plaisir de vous croiser dans mon capharnaüm...

(et pour ceux dont la plume les démange, ne vous gênez surtout pas pour commenter ce que bon vous semble; ça fait de la vie sur Lili!)...

vendredi 4 décembre 2009

The World according to Garp

Par John Irving, Ballantine Books
Résumé de l'éditeur:
«This is the life and times of T. S. Garp, the bastard son of Jenny Fields--a feminist leader ahead of her times. This is the life and death of a famous mother and her almost-famous son; theirs is a world of sexual extremes--even of sexual assassinations. It is a novel rich with "lunacy and sorrow"; yet the dark, violent events of the story do not undermine a comedy both ribald and robust. In more than thirty languages, in more than forty countries--with more than ten million copies in print--this novel provides almost cheerful, even hilarious evidence of its famous last line: "In the world according to Garp, we are all terminal cases."»




À lire un jour...






Pour le lire en version française


The Water-Method Man

Par John Irving, Ballantine Books
Résumé de l'éditeur:
«The main character of John Irving's second novel, written when the author was twenty-nine, is a perpetual graduate student with a birth defect in his urinary tract--and a man on the threshold of committing himself to a second marriage that bears remarkable resemblance to his first...»





À lire un jour...






Pour le lire en version française

The Mists of Avalon

Par Marion Zimmer Bradley, Ballantine Books

«Here is the tragic tale of the rise and fall of Camelot - but seen through the eyes of Camelot's women: The devout Gwenhwyfar, Arthur's Queen; Vivane, High priestess of Avalon and the Lady of the Lake; above all, Morgaine, possessor of the sight, the wise, the wise-woman fated to bring ruin on them all...»


À lire un jour...






Pour les lire en version française:











The Hotel New Hampshire

Par Jonh Irving, Ballantine Books

«"The first of my father's illusions was that bears could survive the life lived by human beings, and the second was that human beings could survive a life led in hotels."
So says John Berry, son of a hapless dreamer, brother to a cadre of eccentric siblings, and chronicler of the lives lived, the loves experienced, the deaths met, and the myriad strange and wonderful times encountered by the family Berry. Hoteliers, pet-bear owners, friends of Freud (the animal trainer and vaudevillian, that is), and playthings of mad fate, they "dream on" in a funny, sad, outrageous, and moving novel by the remarkable author of A Son of the Circus and A Prayer for Owen Meany


À lire un jour...





Pour le lire en version française

jeudi 3 décembre 2009

The Golden Mean - In which The Extraordinary Correspondence of Griffin and Sabine concludes

Par Nick Bantock, Chronicle Books, Griffin and Sabine 3

«"Sabine, I was sure I understood. Yet you were not here when I returned and there was no sign that you ever had been here.... Today comes your card saying you were in this house for three days after my return. I am bewildered. I need you badly. -Griffin"
In this final volume of the phenomenal, best-selling trilogy begun with Griffin & Sabine and continued in Sabine's Notebook, the mystery of the two artists deepens, their questions grow more urgent. New obstacles (including a sinister intruder) test the tenacity of their passion, and in each letter or postcard, painting and prose are even more richly intertwined. Destined to be the most sought after novel of the year, The Golden Mean builds toward a powerful conclusion that will satisfy the millions of readers already entranced by the spirited, imaginative, enigmatic union of Griffin and Sabine.»


À lire un jour...






Pour le lire en version française

Something borrowed

Par Emily Giffin, St-Martin's Press, Rachel et Darcy 1

«Something Borrowed tells the story of Rachel, a young attorney living and working in Manhattan. Rachel has always been the consummate good girl---until her thirtieth birthday, when her best friend, Darcy, throws her a party. That night, after too many drinks, Rachel ends up in bed with Darcy's fiancé. Although she wakes up determined to put the one-night fling behind her, Rachel is horrified to discover that she has genuine feelings for the one guy she should run from. As the September wedding date nears, Rachel knows she has to make a choice. In doing so, she discovers that the lines between right and wrong can be blurry, endings aren't always neat, and sometimes you have to risk all to win true happiness.»


Plaisir coupable que ce livre «de fille»... à lire, bien à l'abri des regards scrutateurs, en rêvant au prince charmant... Cela dit, ce délectable ton «rose bonbon» est tout à fait bien tourné, à l'aide de la plume vive et lucide de Giffin... Je ne suis pas certaine que la version française soit aussi agréable à lire toutefois; elle regorge sûrement d'une tonne d'expressions franchouillardes totalement inappropriées et semées à outrance dans cette intrigue pourtant remplie de ce New York qu'on adore... So, a «must read», but in English for those who can...

Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version française

mercredi 2 décembre 2009

Sabine's Notebook - in which the Extraordinary Correspondence of Griffin and Sabine continues

Par Nick Bantock, Chronicle Books, Griffin and Sabine 2

«"Griffin—Foolish man. You cannot turn me into a phantom because you are frightened. You do not dismiss a muse at a whim. If you will not join me, then I will come to you. —Sabine"
Sabine was supposed to be imaginary, a friend and lover that Griffin had created to soothe his loneliness. But she threatens to become embodied, to appear on his doorstep, in fact. So he runs.»


Que vais-je devenir jusqu'à ce que je meure?

Par Robert Lalonde, Boréal, Compact
Résumé de l'éditeur
«On a treize ans. Le collège est une prison où on n’enseigne que des connaissances mortes. On ne s’en échappe parfois que pour aller passer quelques jours à la maison, au fond de la baie, près des trois pins. Là où il y a le ciel infini, les érables en flammes, le lac où on va pêcher, le ciel et ses nuages fous. Mais ce n’est pas la vie là non plus, car on partage avec son père un secret inavouable. On sait qu’on doit venir au monde mais on n’y arrive pas. Même quand tout le monde autour de soi répète que tout va changer désormais, quand on entend partout clamer "Maîtres chez nous! Fini le temps des moutons!", on n’y croit pas, on reste cloué au sol par la lourde certitude que tout est fini avant d’avoir commencé. On se roule sur son mal comme le chat sur sa souris morte. Heureusement, il y a aussi ces heures de solitude, où la rêverie nous emporte. Il y a les camarades, qui soupçonnent la profondeur de l’abîme. Mais nos sens peuvent-ils jamais être apaisés en leur présence? Il y a les livres, dont un surtout, énorme, qui décrit merveilleusement toutes les plantes que l’on peut voir chaque jour autour de soi. Il y a enfin ces gribouillis un peu fou dont on couvre les marges de ses manuels, et dont on se dit qu’ils nous sauveront peut-être un jour.»


À lire un jour...

Mémoires d'une Jeune fille rangée

Par Simone de Beauvoir, LGF, Le Livre de poche

«Je rêvais d'être ma propre cause et ma propre fin ; je pensais à présent que la littérature me permettrait de réaliser ce vœu. Elle m'assurerait une immortalité qui compenserait l'éternité perdue ; il n'y avait plus de Dieu pour m'aimer, mais je brûlerais dans des millions de cœurs. En écrivant une œuvre nourrrie de mon histoire, je me créerais moi-même à neuf et je justifierais mon existence. En même temps, je servirais l'humanité : quel plus beau cadeau lui faire que des livres? Je m'intéressais à la fois à moi et aux autres ; j'acceptais mon "incarnation" mais je ne voulais pas renoncer à l'universel : ce projet conciliait tout ; il flattait toutes les aspirations qui s'étaient développées en moi au cours de ces quinze années.»


À lire un jour...

Malavita

Par Tonino Benacquista, Gallimard, Folio

«Une famille apparemment comme les autres. Une chose est sûre, s'ils emménagent dans votre quartier, fuyez sans vous retourner...»




À lire un jour...

mardi 1 décembre 2009

Madame Bovary

Par Gustave Flaubert, LGF, Le Livre de poche

«C'est l'histoire d'une femme mal mariée, de son médiocre époux, de ses amants égoïstes et vains, de ses rêves, de ses chimères, de sa mort. C'est l'histoire d'une province étroite, dévote et bourgeoise. C'est, aussi, l'histoire du roman français. Rien, dans ce tableau, n'avait de quoi choquer la société du Second Empire. Mais, inexorable comme une tragédie, flamboyant comme un drame, mordant comme une comédie, le livre s'était donné une arme redoutable : le style. Pour ce vrai crime, Flaubert se retrouva en correctionnelle. Aucun roman n'est innocent : celui-là moins qu'un autre. Lire Madame Bovary, au XXIe siècle, c'est affronter le scandale que représente une œuvre aussi sincère qu'impérieuse. Dans chacune de ses phrases, Flaubert a versé une dose de cet arsenic dont Emma Bovary s'empoisonne : c'est un livre offensif, corrosif, dont l'ironie outrage toutes nos valeurs, et la littérature même, qui ne s'en est jamais vraiment remise.»


À lire un jour...