Vous cherchez sur Lili?

jeudi 25 novembre 2010

Mathieu et l'affaire Aurore

Par Jean-Pierre Charland, HMH, Les folles années 2

«1920. La Grande guerre et la grippe espagnole deviennent de mauvais souvenirs, la vie reprend son cours. Au sein de la famille de Marie Picard, les enfants suivent leur destin. Thalie se trouve à Montréal, entichée plus que jamais de ses études de médecine. De son côté, Mathieu découvre à la pratique du droit des à-côtés déplaisants. Son emploi au bureau du Procureur général l'amène à jouer un rôle de premier plan dans une histoire susceptible de donner des haut-le-cœur à tout le Québec : celle d'Aurore Gagnon, l'enfant martyre de Sainte-Philomène-de-Fortierville. Au moment où Mathieu visite cette paroisse pour la première fois, la petite victime gît déjà sur les planches de son cercueil. Il fait toutefois connaissance de sa sœur aînée, Marie-Jeanne. Celle-ci, âgée de douze ans, a été témoin de tous les mauvais traitements. Elle cherche à démêler ses sentiments : un amour inconcevable pour sa belle-mère et la crainte de subir les mêmes châtiments horribles. Les premières étapes du processus judiciaire laissent croire que les parents échapperont à la justice : après tout, ont-ils fait autre chose que de mener une enfant récalcitrante sur le chemin de la vertu? Le jeune homme réussit à tisser avec la fillette une relation de confiance. Elle se confie d'abord à lui, elle témoigne ensuite en faveur de la Couronne. Mais ses demi-frères, les propres enfants de la marâtre, feront-ils de même? Qu’adviendra-t-il de la mère et du père à l’issue du procès? Au fil de ces événements dramatiques, Mathieu, qui occupe la place centrale de ce roman, apprendra à se réconcilier avec son propre passé tumultueux.»

Ouf! Deuxième tome excellent mais plutôt sombre et sordide, ayant pour toile de fond cette tristement fameuse affaire d'Aurore l'enfant martyre. En fait, quand je dis «toile de fond», il s'agit plutôt d'une reconstitution consciencieuse de la mort de l'enfant et du procès qui s'en est suivi. Cette fois, Jean-Pierre Charland maîtrise parfaitement la fusion entre saga familiale et fait historique: on ne sent pas une seule fois le ton didactique des «cours d'histoire» qui nous faisaient décrocher dans Les Portes de Québec, ainsi que dans le premier tome des Folles années. Dès les premières pages, on plonge dans l'univers terrorisant et déséquilibré de la famille Gagnon de Sainte-Philomène, suivant ensuite Mathieu dans sa découverte de la «vraie» justice des tribunaux, celle des stratégies, des points de droit, du triomphe de la procédure au détriment de l'humain, parfois. Si la plume de Charland n'a jamais été aussi juste, son sujet est un brin dérangeant pour les sensibles de ma trempe. Que ce soit à coups d'interrogatoires en privé, de récits informels au bord du foyer ou à l'aide des joutes verbales du tribunal, le lecteur est immergé dans l'affaire d'Aurore, enseveli sous les détails terribles. Avis à ceux dont l'imaginaire s'emballe pour un rien: c'est une histoire pour les endurcis... Et si, comme moi, vous mourrez d'envie de le lire tout simplement pour continuer à suivre la vie de la singulière famille Picard de la Haute-Ville, eh bien, planifiez quelques pauses salutaires durant votre traversée du livre... et permettez à vos yeux de glisser en diagonale sur les descriptions trop précises quand votre coupe sera pleine... Une réussite que cette réalité à peine soutenable que Charland parvient habilement à faire revivre au lecteur... 


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆