Vous cherchez sur Lili?

vendredi 25 avril 2014

Le Grand Livre des Bêtes


Écrit et illustré par Petite Souris, euh, Emily Gravett, Kaléidoscope

«Petite Souris s’est bien enhardie! Elle n’a presque plus peur de rien. Lion, ours, serpent, crocodile, rhinocéros, requin sont devenus pour elle menu fretin… Mais quel est donc son secret?»

Une fois de plus, Petite Souris redessine le monde (le petit comme le grand!). Grignotant ça et là les pages du livre, de ses quenottes efficaces, pour s'assurer une porte de sortie et faisant disparaître d'un coup de patte artistique et créatif bien des menaces animales (pourquoi pas des gants sur les griffes du lion ou une brosse à dents pour maintenir la gueule du crocodile ouverte?), Petite Souris réinvente la faune à sa désopilante manière. Véritable bijou de conception graphique, fourmillant de volets à soulever (les petites mains gagneront toutefois à être accompagnées de celles d'un adulte pour éviter les accidents de parcours), de «trous» judicieusement semés dans l'image, et de rigolos petits guides à consulter (dont le charmant «Petite Souris Guide pour un sourire éclatant»), cet album propose une narration délicieusement déjantée qui réjouira les insatiables curieux aux mille et une questions.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆






Pour le lire en version originale


mardi 22 avril 2014

Les papas et les mamans


Écrit par Peter Bently, illustré par Sara Ogilvie, Milan, Albums

«C'est bien connu, les parents ne font que donner des ordres : "Fais pas ci, fais pas ça! Brosse-toi les dents! Mange ta soupe!" Mais attention, ce livre est là pour vous prouver le contraire. Les parents sont bien utiles! Ils sont toujours très forts pour réparer les jouets, soigner les bobos, tenir chaud, servir de cobayes, finir les assiettes, servir de cheval ou de mulet… Bref, les parents sont bien pratiques.»

Un clin d'oeil cocasse aux parents plein de ressources d'une enfance grouillante. Peter Bently propose un «petit manuel d'utilisation optimale des parents», à hauteur d'enfants, multipliant les «usages» insoupçonnés et soulignant les «avantages» non négligeables, sans oublier les «pièges» à éviter, ceux qui habituellement sont écrits en petits caractères en bas du contrat. Porté par l'univers visuel joyeusement échevelé de Sara Ogilvie, aux expressions éloquentes et aux illustrations foisonnantes de détails à savourer, cet album fera rigoler de bon coeur. À lire et à relire en famille: cascade de fous rires garantie!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Au dodo, les monstres!


Écrit et illustré par Ed Vere, Milan, Albums

«Et si un jeune monstre était en ce moment même en train de se préparer en pensant à toi, lecteur de ce livre? S’il avait décidé de traverser des marécages et de franchir des montagnes pour venir te trouver? Et s'il avait une petite faim et voulait te croquer au dîner?»

Une épopée espiègle et monstrueuse pour ceux qui n'ont pas froid aux yeux. Ed Vere joue sans vergogne avec la crédulité du lecteur, le lançant sur d'effrayantes pistes narratives pour mieux le surprendre à la toute fin. Si l'intrigue est enlevante, l'univers visuel se heurte toutefois à quelques écueils dans sa conception graphique: en effet, le monstre principal se fond parfois dans le décor créé par ordinateur, mais détonne trop souvent par son rendu pixelisé, comme si le dessin original avait été trop agrandi, perdant dans le processus la clarté et la précision du trait. Un petit périple rigolo et délicieusement terrifiant, malgré les petits bémols.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ☆ ☆ 

Si tu veux voir une baleine


Par Julie Fogliano, illustré par Erin E. Stead, Kaléidoscope

«Si tu veux voir une baleine... tu dois t'armer de patience et mettre toutes les chances de ton côté si tu veux vraiment voir une baleine. Il y a des règles évidentes à respecter et d'autres qui le sont moins. Et aussi de drôles de pièges à éviter. Il y a surtout cet album. Indispensable.»

Petit morceau de douceur patiente et de poésie rêveuse. Julie Fogliano brode délicatement cette trame toute simple, coquine et d'une sagesse infinie; de sa plume virevoltante, elle sait dire l'attente, et l'espérance, et la richesse stimulante de la nature. Voguant à travers l'univers visuel d'Erin E. Stead, aux traits fins, à la composition éloquente et aux textures tendrement évocatrices, cet album délicieusement hors du temps attise l'imaginaire. Un petit bijou éthéré à déguster sans se presser.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 



Pour le lire en version originale

Le Grand Antonio


Écrit et illustré par Élise Gravel, La Pastèque, Pamplemousse

«À vingt ans, Antonio arrive au Canada par bateau. Il est immense et très, très fort. Il mesure un mètre quatre-vingt-treize et pèse 225 kilos. Le grand Antonio aime montrer sa force; il tire des autobus bondés de gens avec ses cheveux et combat des champions japonais. Ses cheveux sont des tresses épaisses et lorsqu’il met des tiges de métal à l’intérieur, elles deviennent des antennes qui lui permettent de communiquer avec les extraterrestres!»

C'est l'histoire d'un homme fort et de son règne montréalais. C'est l'histoire vraie de vraie du Grand Antonio, l'étrange, le hors norme, le briseur de records, le souleveur de foule et l'amoureux au coeur brisé. Élise Gravel raconte avec finesse, humour et sensibilité l'épopée incroyable de cet homme mystérieux. Entremêlant habilement faits biographiques, hypothèses délicieusement saugrenues (dont une exquise chute interstellaire!) et illustrations tendrement désopilantes, cet album révèle in petto un pan des mémoires d'un quartier, mais surtout, rend un hommage bien mérité à ce «héros» pas comme les autres. Un incontournable de l'histoire montréalaise à redécouvrir en famille, excuse délectable pour initier les lecteurs tout neufs à ce géant plus grand que nature.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

samedi 19 avril 2014

Et si jamais...?


Écrit et illustré par Anthony Browne, Kaléidoscope

«Joe est doublement inquiet. Non seulement il n'est encore jamais allé à une fête d'anniversaire, mais il a perdu son carton d'invitation! Va-t-il retrouver la maison de son ami? D'autres peurs surgissent en chemin. Et si jamais il s'ennuyait à cette fête? S'il y avait trop de monde? Des visages inconnus? Sa maman finit par s'inquiéter à son tour...»

«Et si jamais...?» Une phrase aux mille possibles pour qui fait face à l'inconnu. Et si elle peut ouvrir joyeusement la porte d'une fantaisie luxuriante, elle peut aussi plonger dans la grisaille de l'anxiété et de la peur. Anthony Browne aborde avec justesse et simplicité cette délicate valse-hésitation de l'enfance, entre hâte et crainte. Son univers visuel évocateur, fourmillant de détails tout sauf anodins, interpelle directement le lecteur, le précipitant au coeur de l'imagination fertile du héros troublé et relançant avec éloquence la narration en multipliant les inférences et les pistes de compréhension; si l'intrigue semble d'abord sombre et inquiétante tout au long du trajet vers la fête, laissant libre cours à l'appréhension de Joe, elle bascule ensuite vers le bonheur retrouvé une fois le seuil de la «bonne» porte franchi. Un petit bijou de sensibilité à lire et à relire pour en savourer l'exquise sagacité.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 



Pour le lire en version originale


jeudi 17 avril 2014

La robe à froufrous


Par Sandrine Beau, illustré par Ariane Pinel, Alice Jeunesse, Primo, Les aventures mégachouettes de Mademoiselle ChaCha 1

«Mademoiselle Chacha s’appelle en fait Marie-Charlotte. Un choix de sa maman qu’elle n’approuve guère. Pas plus, d’ailleurs, que la robe à froufrous que lui a envoyée sa tante Véronique et qu’elle est supposée porter comme demoiselle d’honneur, cet été.
Une robe pire que dans ses pires cauchemars. Que tout le monde – c’est un grand complot – s’obstine à trouver merveilleuse.
Tous les stratagèmes sont bons pour s’en débarrasser :
1) La perdre.
2) La vendre sur lebonplan.fr.
3) La transformer en coussin pour le chat.
Mais, chaque fois, la maman de Mademoiselle Chacha déjoue le plan de sa fille.
Qui n’a pas dit son dernier mot. Stratégie ultime : demander à sa grand-mère de l’aider à faire « quelques » retouches de couture sur la robe.»

Une première victoire contre l'adversité pour la délicieusement indomptable Mademoiselle Chacha! Sandrine Beau pilote joyeusement cette hilarante conspiration anti-froufrous, multipliant les répliques savoureuses et manigançant d'audacieux subterfuges pour contourner les règles et secouer un brin les conventions. Filant à vive allure grâce à une adroite enfilade de courts chapitres et relancé avec justesse par l'univers visuel espiègle d'Ariane Pinel, ce premier opus des (més)aventures de Mademoiselle Chacha charme dès les premières pages, si bien que le lecteur n'a alors qu'une envie: lire la suuiiiiite!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

mercredi 16 avril 2014

Rébellion chez les crayons



Par Drew Daywalt, illustré par Oliver Jeffers, Kaléidoscope

«La révolte gronde chez les crayons de couleur, certains se plaignent de trop travailler, d’autres souffrent de se sentir délaissés, voire ignorés…Duncan est bien embêté!»

Et si les crayons avaient leur mot à dire, du fond de leur boîte? Drew Daywalt propose une improbable et savoureuse correspondance colorée, traçant les bases d'une future Charte des droits du crayons avec un aplomb désopilant. Supportée avec éloquence et humour par l'univers visuel échevelé d'Oliver Jeffers et de ses jeunes collaborateurs (quelques enfants ont accepté de prêter leur talent pour la bonne cause!), cette histoire délirante ouvre les perspectives et fait un joyeux pied-de-nez aux conventions. Si la chute est un brin ronflante de bons sentiments, les revendications des «manifestants du coffre à crayons» sont absolument délectables et valent le détour. Un album engagé à feuilleter sans tarder avant que ne se déclenche la grève des crayons de cire!...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆



ATTENTION! Ce livre n'est pas encore paru en Amérique du Nord:
 parution prévue le 21 avril 2014.





Pour le lire en version originale




La petite truie, le vélo et la lune


Par Pierrette Dubé, illustré par Orbie, Les 400 coups, Grimace

«Rosie, la petite truie, avait tout pour être heureuse: un grand carré de boue pour s'amuser, de la moulée à volonté, une porcherie délicieusement parfumée. La petite truie ne désirait rien de plus. Jusqu'au jour où apparut dans la cour un vélo rouge qui lui sembla une pure merveille.»

Parce que même les petites truies ne peuvent résister à l'appel du vélo. Brodant habilement une odyssée porcine sur fond de basse-cour, Pierrette Dubé raconte avec justesse et humour les premiers coups de pédale de l'enfance. On s'attache immédiatement à Rosie la candide, à ses petites victoires, à ses mémorables chutes, mais surtout à son infaillible détermination qui la poussera vers d'autres horizons. Relancée par l'univers visuel d'Orbie, aux traits naïfs et à l'éloquente composition d'image, cette charmante épopée nous souffle finement à l'oreille qu'en s'accrochant bien fermement à ses rêves, on peut presque décrocher la lune.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Il faut délivrer Gaspard!


Écrit et illustré par Geoffroy de Pennart, Kaléidoscope

«Pauvre Gaspard, il est enfermé dans le garde-manger, la serrure est bloquée et le serrurier ne veut pas se déplacer... Heureusement, madame Broutchou, sa maman, n'est vraiment pas du genre à s'en laisser conter!»

Une rocambolesque mésaventure au pays des contes. Il y a bien sûr Mme Broutchou, la chèvre, et ses sept biquets (dont Gaspard le gourmand malchanceux), mais aussi les trois ours, les trois petits cochons (naviguant en eaux décidément troubles!) ainsi que le loup et sa famille (merci à Valentine, sa louve, sans qui rien ne serait encore réglé). Geoffroy de Pennart tricote et emberlificote tout ce beau monde d'une plume de maître, utilisant astucieusement son univers visuel pour multiplier les inférences cocasses et les insinuations tordues. Rythmée par une narration à structure délicieusement répétitive (une vraie course à relais façon «L'arbre est dans ses feuilles»), cette histoire joyeusement malicieuse fera rigoler toute la famille. Désopilant.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

mardi 15 avril 2014

Lou, le matin


Par Karine Dupont-Belrhali, illustré par Robin, Milan, Mes albums Milan

«Lou, une petite fille, a beaucoup de choses à faire le matin avant d'aller à l'école. Après s'être réveillée, elle doit prendre son petit déjeuner, se laver les dents, s'habiller... Son papa commence un peu à s'impatienter et l'attend en bas. Mais Lou n'a pas terminé. Il faut encore chasser le monstre qui est sous son lit, essayer la roulade arrière...»

Un petit délice de poésie matinale que nous souffle habilement la plume rigolote de Karine Dupont-Belrhali; avec finesse et humour, elle sait dire l'inépuisable chaos de l'enfance qui se lève. Relancée par l'imaginaire ébouriffé de Robin aux mille et un détails se disputant joyeusement l'attention du lecteur, cette histoire file à vive allure, gambadant sans vergogne entre les obligations de la routine du matin, bousculant affectueusement l'ordre des choses et bouclant candidement la boucle par un gros câlin bien sincère. Un album tendre et coquin qui vous fera succomber au charme échevelé des matins pressés. 


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★

L'épopée de Dame crotte de nez


Par Angèle Delaunois, illustré par Caroline Hamel, Les 400 coups

«Tout le monde fabrique des crottes de nez. Certaines personnes les mangent, d'autres les enfouissent dans un mouchoir. Elles nous chatouillent, nous gratouillent. Mais savons-nous vraiment d'où elles proviennent?»

Après le succès retentissant du Grand voyage de monsieur Caca et de Cacas et compagnie, Angèle Delaunois persiste et signe un documentaire joyeusement irrévérencieux, abordant cette fois l'épopée de la très distinguée Dame Crotte de Nez. Relancé habilement par l'univers visuel cocasse et évocateur de Caroline Hamel, ce fascinant opuscule sait expliquer astucieusement, entremêlant avec adresse faits scientifiques, constats désopilants et conseils coquins. Un livre à découvrir en famille pour une rigolade informative assurée!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Respire...


Écrit et illustré par Maud Roegiers, inspiré du spectacle de Géraldine Carpentier-Doré, Alice Jeunesse, Histoires comme ça

«Lucile vit enfermée dans ses habitudes et entourée de toutes sortes de bruits, et de ce tic tac qui n'en finit pas de tictaquer. Ce matin-là, tic tac, alors qu'elle lit le journal, quelque chose d'extraordinaire se produit. Un poisson glisse du journal et atterrit dans sa théière! Un poisson qui va changer sa vie...»

C'est l'histoire d'une mamie à qui le Temps joue des tours; il s'étire, il s'emmêle, il impose, tissant une quotidienne cage dorée d'habitudes. C'est aussi l'histoire d'un poisson égaré qui a le mal du pays et dont les plans d'évasion bouleversent joyeusement une vie pétrifiée. C'est surtout l'histoire que tricote Maud Roegiers d'une plume virevoltante, faisant voguer ses mots justes sur les éloquentes textures de son univers visuel. Un album délicieusement improbable qui chamboule tout en douceur et en détermination la dictature du Temps.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

vendredi 11 avril 2014

Ça sent bon la maman


Par Émile Jadoul, illustré par Claude K. Dubois, École des Loisirs, Pastel

«Chaque soir, Maman Taupe lit une histoire à son Taupinou. Puis, vient le moment du câlin. Il pourrait durer toute la nuit. Pourtant, Taupinou doit rester tout seul dans son lit après le dernier bisou. C’est à ce moment-là que rien ne va plus.»

Une petite histoire ronronnante et câline pour apprivoiser les «bruits de la nuit». Émile Jadoul brode avec finesse et simplicité cette classique miette d'enfance: la grande peur sous les étoiles, quand la nuit grince et inquiète. Niché au coeur de l'univers visuel tout en douceur et en sensibilité de Claude K. Dubois, ce tendre album envoûte et apaise. Un incontournable de l'heure du dodo, pour les petits (et les grands!) insomniaques. Absolument exquis.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ 

Le grand courant d'air

Par Taï-Marc Le Thanh, illustré par Rébecca Dautremer, Gautier Languereau

«José et Lison regardèrent par la fenêtre leur papa et leur maman s'éloigner puis disparaître au coin de la rue.
"Tu crois qu'on les reverra un jour? demanda Lison à son grand frère.
 - Probablement pas, lui répondit José".
Au début, ce fut un peu dur pour les deux enfants. Mais rapidement ils apprirent à se débrouiller tout seuls...» 

Une histoire joyeusement rocambolesque qui prouve qu'à imaginaire d'enfant, rien n'est impossible! Taï-Marc Le Thanh fait virevolter sa plume coquine, tricotant malicieusement une trame toute simple, aux revirements déjantés et savoureux. Insufflant à cette épopée improbable une bouffée de tendresse, Rébecca Dautremer fait dans la finesse et la sensibilité, brodant un univers visuel aux traits délicats et expressifs, et aux textures délicieusement ébouriffantes. Un opuscule irrésistible à savourer encore et encore!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★

mercredi 2 avril 2014

La déesse des mouches à feu


Par Geneviève Pettersen, Le Quartanier, Polygraphe

«La déesse des mouches à feu, c’est Catherine, quatorze ans, l’adolescence allée chez le diable. C’est l’année noire de toutes les premières fois. C’est 1996 à Chicoutimi-Nord, le punk rock, le fantôme de Kurt Cobain et les cheveux de Mia Wallace. Des petites crisses qui trippent sur Christiane F. et des gars beaux comme dans les films en noir et blanc. Le flânage au terminus et les batailles de skateux contre pouilleux en arrière du centre d’achats. L’hiver au campe dans le fin fond du bois, les plombs aux couteaux, le PCP vert et les baises floues au milieu des sacs de couchage. C’est aussi les parents à bout de souffle et les amants qui se font la guerre. Un jeep qui s’écrase dans un chêne centenaire, les eaux du déluge qui emportent la moitié d’une ville et des oiseaux perdus qu’on essaie de tuer en criant.»

Un opus troublant, plongeon vertigineux vers la grisaille houleuse de l'adolescence. Geneviève Pettersen brode finement, avec une candeur et une authenticité délicieusement rugueuse le tourbillon de Catherine, la fougueuse déesse des mouches à feu. Cherchant maladroitement l'amour, l'approbation, se cherchant tout court dans les brumes floues des substances chimiques, s'étourdissant à qui mieux-mieux, s'engourdissant la détresse et l'âme écorchée, cette jeune femme embrasse le chaos, saisissant au vol, malgré les écueils, des miettes d'un bonheur fuyant. Un petit morceau d'humanité, à la sensibilité grinçante, qu'on lit sans filet, en chute libre, comme une Alice qui aurait perdu son pays des merveilles.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

mardi 1 avril 2014

Charly Tempête

Par Annelise Heurtier, illustré par Clotka, Casterman, Charly Tempête 1 et 2

«On déménage! - Pas facile de quitter une belle maison à la campagne, ses copains du foot et sa petite amoureuse pour habiter une maisonnette en ville et devoir tout reconstruire. Charly, 9 ans, a bien sourcillé un instant face à la perspective de cette nouvelle vie mais il s'est vite acclimaté... contrairement à sa maman qui a du vague à l'âme! Alors Charly fait tout son possible pour qu'elle retrouve sa joie d'avant, celle qui la faisait chanter en brûlant le dîner, sculpter et rire avec des yeux qui brillent... 

Drôle de rentrée! - C'est le jour de l'"Abominable Rentrée" pour Charly Tempête et cela ne l'enchante guère. Il faut dire qu'en dehors du Djawab rencontré quelques jours auparavant, Charly ne connaît personne dans sa nouvelle école. Il y a de quoi avoir un sacré trac!»

Il y a d'abord Victor, le papa un brin maladroit, puis Anna, la maman artiste jusqu'au bout de l'âme, et enfin Charly, 9 ans, bricoleur depuis toujours et inventeur en devenir (sans oublier Frida/Tournevis, le félin de service!): bienvenue dans le quotidien joyeusement rocambolesque de la famille Tempête. Annelise Heurtier tricote habilement les mésaventures échevelées de cette famille hors normes, brodant de sa plume audacieuse et cocasse une galerie de personnages délicieusement improbables et définitivement attachants; chez les Tempête, la vie ébouriffe, caracole et déconcerte, et pourtant, il fait vraiment bon y passer un moment. Portée par l'univers visuel espiègle de Clotka, et alliant adroitement simplicité, candeur et imagination débridée, cette exquise série séduira le lecteur à coup sûr, suscitant de mémorables rigolades. À découvrir!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★