Vous cherchez sur Lili?

jeudi 31 mars 2011

La princesse qui n'aimait pas les princes

Par Amélie Brière-Hacquet, illustré par Lionel Larchevêque, Actes Sud Junior, Benjamin

Résumé de l'éditeur
«Les princes de la terre entière défilèrent un à un pour demander la main de la princesse. Mais "non, merci bien", aucun d'entre eux ne lui disait rien! Le miracle se produisit enfin lorsqu'une jolie fée apparut...»

Un conte «classique» très d'actualité qu'on ne rencontre pas tous les jours en littérature jeunesse. L'histoire est menée habilement par Alice Brière-Haquet, entraînant tout d'abord le lecteur dans une structure de conte plutôt traditionnelle, puis le faisant aller de surprises en surprises en ponctuant l'action d'allusions à des réalités bien d'aujourd'hui (le papier recyclé, l'internet, Harry Potter, ...) pour enfin s'épanouir dans un climax final qui fait réaliser avec une simplicité et une douceur infinies que l'amour n'a pas de sexe. Les illustrations de Lionel Larchevêque sont plaisantes et remplies de détails amusants, bien que la montée dramatique soit tellement prenante par moment que lecteur est parfois tenté de négliger le visuel. Cela dit, je crois que ce concept graphique plutôt humoristique supporte tout à fait le travail de l'auteure dans son approche spontanée, sans tambour ni trompette, de l'homosexualité. Il s'agit d'un conte savoureux, qui ne pontifie pas, ne souligne pas exagérément la différence; l'orientation sexuelle de la princesse est plutôt considérée comme la solution miracle aux problèmes du Roi, un coup de foudre qui lui permettra enfin de «marier» sa fille. Une aventure sympathique et audacieuse... qui je l'espère se fraiera un chemin à travers le monde souvent très censuré des écoles primaires.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★  

Le premier pas

Par Orianne Lallemand, illustré par Amélie Thiébaud, Auzou, Soleil bleu

«À travers un joli texte poétique, on énumère les sensations et sentiments que l’on peut ressentir quand on se dispute avec un être cher et que l’on désire faire le premier pas, sans vraiment vouloir être l’initiateur de la réconciliation.»

Pour une fois, un album jeunesse ostentiblement éducatif qui me plaît! La plume toute douce d'Orianne Lallemand remplit de poésie cet album dont le but avoué est l'apprentissage d'une certaine gestion émotionnelle, ce qui aurait pu être franchement ennuyant et moralisateur. Et surtout, surtout, quelles tendres illustrations que celles d'Amélie Thiébaud! L'exemple parfait de l'album au carcan éditorial clairement didactique qui, grâce à un sensible duo auteure-illustratrice, rend la leçon agréable et touchante.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆