Vous cherchez sur Lili?

dimanche 11 septembre 2011

Pince-toi le nez!

Par Frédérique Loew, illustré par Caroline Hamel, Les 400 coups

«Qu'ont en commun un cochon, un bouc, un yéti, un chien et un dragon? Ils ont tous mauvaise haleine! Frédérique Loew nous propose un album aussi amusant que dégoûtant avec une parcelle de tendresse en prime. Cet album matelassé présente avec un humour décapant les répercussions de la mauvaise haleine d'une dizaine d'animaux. Des rimes rigolotes accompagnées d'illustrations tout aussi craquantes feront rire aux éclats les enfants.»

Une étrange ballade, joyeusement irrévérencieuse, au coeur de l'haleine décoiffante d'une brochette de personnages. Si l'histoire en soi est cocasse, bien qu'un brin simpliste, c'est vraiment l'univers visuel créé par Caroline Hamel qui fait décoller l'imaginaire. Ses illustrations, aux traits naïfs et à la composition audacieuse, racontent, encore plus éloquemment que les mots, ce monde farfelu où les écureuils font exploser les noisettes à l'aide de leur haleine de vieilles chaussettes. Un album singulier qui ose sortir des sentiers battus et qui fait dans l'olfactif déjanté. Des heures de rire garanties...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

À bas les vacances

Par Christine Feret-Fleury, illustré par Jean-Luc Trudel, Les 400 coups

«Qui a dit que les vacances étaient faites pour se reposer? Si maman et papa aiment participer à des ateliers de diététique ou suivre des cours de body-building, notre héros, lui, a hâte de retourner à l'école! Entre les activités artistiques, les cours de natation, l'escalade ou encore le VTT, il n'a jamais le temps de souffler! Pas étonnant qu'il déteste les vacances...»

Un gentil petit manifeste pour une enfance libre! Sous la plume coquine de Christine Féret-Fleury, un singulier récit de vacances anti-idéales prend forme. De prime abord, tout semble mis en place pour un long congé idyllique, rempli à ras bord d'activités diverses. Puis, au fil du compte-rendu étourdissant de l'horaire de «rock star» de l'enfant, le lecteur prend conscience de la valeur inestimable de la liberté et du temps sauvage. Christine Féret-Fleury pointe ainsi, habilement et avec humour, une des tares du 21e siècle: l'obsession de la grille-horaire remplie. Évoluant au coeur d'un univers visuel éloquent, bien que plutôt conventionnel, cette histoire ébranle les certitudes et ramène à l'essentiel. Après tout, l'émancipation passe aussi par le plaisir... et le plaisir a horreur d'être enfermé dans un créneau horaire!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Mère-Grand

Par Tassia Trifiatis, Leméac

«Chaque dimanche, Joseffa nous mène à travers les souvenirs et les démences vasculaires de sa grand-mère: alors que cette femme excentrique est envahie par les tourbillons de la fin de sa vie, sa petite-fille l’accompagne et les conduit sur la route de leur libération.»

Dans cette singulière et abyssale «chronique d'une mort annoncée», Tassia Trifiatis plonge dans l'univers de l'involution, de la déchéance de la vie, narrant finement, sans censure, le déclin du corps, mais surtout celui de l'esprit. Naviguant dans les eaux de la vieillesse et de l'attachement filiale, Joseffa accompagne sa grand-mère en pays de désespoir et de renoncement, sombrant presque sans filet avec elle dans la déchéance, au nom de l'amour; un voyage vertigineux et parfois terrifiant dans l'univers de la fin de vie. D'une plume habile et maîtrisée, amoureuse du mot juste à la Christian Bobin, entière et sombre à la Miriam Toews, Tassia Trifiatis mène le lecteur à travers l'engrenage fatale de la démence d'un être cher, faisant se côtoyer le doux et le terrible, implacablement, sans pitié. Un superbe morceau d'écriture, dévastateur, qui écorche les sensibilités et qui tue l'idéalisme. Âmes vulnérables s'abstenir... car vous n'en sortirez pas indemnes. 


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆