Vous cherchez sur Lili?

vendredi 27 avril 2012

Tim et Tidou déménagent


Par Anke Wagner, illustré par Eva Eriksson, Nord-Sud

«Tim va déménager. Il emmène son doudou, bien sûr! Mais celui-ci n'est pas très enthousiaste...»

Petite histoire tendre et drôle au sujet d'un des grands bouleversements de l'enfance: le déménagement. Anke Wagner tricote de sa douce plume une habile narration qui fait voguer le lecteur au rythme des inquiétudes de Tidou, le doudou de Tim. Avec humour et perspicacité, elle souligne les petites et les grandes peurs qui jalonnent les premiers temps de cet important changement. Évoluant au coeur de l'univers visuel d'Eva Eriksson, aux textures émouvantes et aux expressions éloquentes, ce délicieux opuscule deviendra, à coup sûr, un incontournable pour tous les petits (et les grands!) inqiuets de ce monde.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 

dimanche 22 avril 2012

C'est bébé qui commande!


Par Marla Frazee, Flammarion, Album du Père Castor

«À la maison, c'est bébé qui commande! En vrai chef d'entreprise, Bébé convoque Maman et Papa autour de son berceau. Ses désirs sont des ordres, et sa satisfaction ne tolère aucun répit. Sollicités à toute heure du jour et de la nuit, Papa et Maman tiendront-ils le coup?»

Un petit bijou d'album pour les nouveaux parents. Marla Frazee tricote d'une plume juste, à l'humour savoureux, le récit hilarant de la première année de bébé à la maison. Son univers visuel cocasse et éloquent confronte habilement l'angle délicieusement farfelu de la narration avec la réalité plus terre-à-terre des premiers mois d'un enfant. Un incontournable pour les parents tout neufs, ou les futurs parents: 28 pages de pur bonheur à déguster encore et encore. Fou rire garanti!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 



Pour le lire en version originale

vendredi 20 avril 2012

Tout ce qui m'est arrivé depuis hier


Par Diane-Monique Daviau, Québec-Amérique, Gulliver, Tout ce qui m'arrive à moi 1

«Lundi matin. Dès le réveil, les surprises s'enchaînent pour Marie-Lune. Lorsqu'une proposition aussi farfelue qu'inattendue lui tombe dessus, Marie-Lune découvre des émotions et des questionnements qui bouleversent sa routine. Pour la première fois de sa vie, c'est à elle de prendre une décision très importante. Entourée d'une demi-soeur complice, d'un père aimant, d'amies fidèles et d'un très joli garçon, elle traverse deux journées des plus insolites. Au rendez-vous : un chien énorme, un bel Allemand, une invitation à séjourner en Europe et une nouvelle amitié!»

Sympathique petit plongeon dans la vie de l'intense Marie-Lune. Par contre, ce premier texte pour la jeunesse de Diane-Monique Daviau aurait gagné à bénéficier d'un travail d'édition plus serré, à mon avis. En effet, en cours de lecture, j'ai questionné plusieurs éléments de la narration. 
D'abord, le style très fleuri de Marie-Lune (ses interminables litanies d'adjectifs de couleur, par exemple) ne sonne pas juste dans la bouche d'une jeune fille de 11-12 ans et finit même par agacer un brin. 
Puis, le choix d'un rythme narratif lent, où l'action se traîne et s'étire sans fin, demande au lecteur de la persévérance et de la détermination, ce qui n'est pas donné à tous dans la tranche d'âge ciblée par la collection Gulliver. Narrer deux jours de la vie de l'héroïne en 256 pages en installant le caractère des divers personnages participant à l'élément déclencheur de l'intrigue pendant la première moitié du roman, puis, en consacrant l'autre moitié en tergiversations émotives au sujet de cette fameuse invitation à séjourner en Europe, c'est un périlleux choix de structure narrative pouvant faire décrocher le lecteur, d'autant plus que ce dernier devra attendre la sortie (possible) du deuxième tome avant de découvrir ce qui se passera lors du fameux échange scolaire en Allemagne. 
Enfin, la perfection de l'entourage de Marie-Lune m'a par moment fait tiquer: son père l'aime et l'écoute, sa demi-soeur entretient avec elle une relation privilégiée, ses amies sont là pour elle et comprennent ses dilemmes et ses hésitations avant même qu'elle ne les formule, sa professeur et son directeur conspirent en sa faveur lorsqu'il est temps de considérer sa candidature de dernière minute pour un échange outre-mer, le neveu de ses voisins, très beau et gentil, lui fait presque une déclaration d'amour en moins de 48 heures, après l'avoir invitée à ce fameux échange scolaire... bref, tout va bien, dans le meilleur des mondes, et toutes les difficultés que peut rencontrer Marie-Lune s'aplanissent judicieusement. Bien sûr, j'aime bien lorsque l'univers des romans pour la jeunesse est ensoleillé et ne met pas en scène que des personnages blessés par la vie, mais disons que cette fois, même la grande romantique optimiste rose-bonbon que je peux être parfois a trouvé toute cette gentillesse et cette bonne volonté un peu trop mielleuse pour être plausible. 
C'est donc dommage (très dommage!) pour ce roman qu'un petit élagage n'ait pas été suggéré par l'éditeur... surtout que la prémisse est fort intéressante et m'a tout de suite accrochée. Cela dit, malgré ces quelques maladresses narratives, j'ai été touchée par Marie-Lune et ses mille questions... et je lirai sans aucun doute la suite de ses aventures (vivement l'échange outre-mer!) lorsque le deuxième tome sera publié!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ☆ ☆

dimanche 15 avril 2012

Hongrie-Hollywood Express

Par Éric Plamondon, Le Quartanier, Série QR, 1984-1

«Quand Gabriel Rivages raconte la vie de Johnny Weiss-muller (1904-1984), c'est tout le patchwork américain qui s'anime, des exploits sportifs à l'underground littéraire, de la gloire cinématographique aux déclins obscurs. Burroughs vend des taille-crayons, Einsten croise un chasseur d'écureuils, on joue au golf à Cuba, JFK est devenu un aéroport, le record du monde du 100 mètres nage libre est brisé, Tarzan sauve Jane, un comptable véreux s'enfuit avec la caisse, la Seconde Guerre mondiale fait des vagues sur le lac Michigan et un mythe vivant finit placier dans une restaurant de Las Vegas.»

Hybride surprenant, alliant habilement le carnet d'auteur, la biographie, la fiction et l'encyclopédie insolite. Éric Plamondon entraîne le lecteur dans une singulière aventure littéraire à la structure délicieusement déjantée. Sa plume déroutante, agile, saute joyeusement d'une digression à l'autre, formant un tout échevelé et émouvant. À déguster tout doucement, afin d'en savourer pleinement le ton, d'une astucieuse désinvolture, et de découvrir avec bonheur tous les petits bijoux littéraires glissés subrepticement entre deux péripéties.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 

jeudi 5 avril 2012

La grande aventure des Petits


Par Helen Stephens, Gallimard jeunesse

«Tout le monde au manoir Petit se prépare pour le grand Bal, tout le monde... sauf Paul et Lydie Petit, trop petits pour se joindre à la fête. Mais quand disparaît Monsieur Ploc, la peluche de Paul, il ne leur reste plus qu'à se faufiler parmi les invités et partir à la recherche de l'ours adoré...»

Une savoureuse épopée toute en rebondissements! Grâce à une quête toute simple, où la curiosité joue le rôle coquin d'élément déclencheur, Helen Stephens fait découvrir au lecteur le fabuleux manoir des Petits: ses racoins, ses passages secrets, ses décors grandioses et ses invités élégants. Une vraie chasse au trésor visuelle, aux mille détails, à savourer jusqu'à la toute dernière page. Gageons que cet album délicieux deviendra vite LE classique de l'heure du dodo!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆



Pour le lire en version originale
Ajouter une légende

mardi 3 avril 2012

Le bureau des mots perdus

Par Roland Fuentès, illustré par Benjamin Adam, Nathan, Premiers romans

«Ce matin, la mère de Timéo lui a ordonné de ne pas oublier le...? Impossible de retrouver le dernier mot. Pourtant, ça avait l'air très important! Décidé à retrouver le mot perdu, Timéo part à la... Veuillez nous excuser l'éditeur à égaré ses mots et se trouve actuellement au bureau des mots perdus pour rétablir la situation.»

Un opuscule fantaisiste et cocasse pour ceux qui égarent toujours tout. Roland Fuentès mène cette quête singulière et délicieusement saugrenue de sa plume habile, proposant au lecteur un inoubliable hommage aux mots (les tordus, les ventrus, les distraits, les coquins, les mots, quoi!) dans un ballet agile entre réalité et possible. Un roman qui fait rêver... et qui donne le goût de suivre ses mots à la trace!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★