Vous cherchez sur Lili?

mardi 30 avril 2013

Conversations avec Romy


Par Mathieu LeBlanc, illustré par Philippe Lagarde, La Bagnole

«Romy a 4 ans et demi. Souvent impitoyable, douée d'un extraordinaire franc-parler, Romy ne ménage personne sur son passage... Son papa, Mathieu LeBlanc, note ses déclarations et commentaires sur son iPhone. Il insiste sur l'importance de l'immédiateté : c'est pourquoi le matin, en route vers la garderie, il n'hésite pas à s'arrêter sur l'accotement pour écrire sur-le-champ, en en respectant fidèlement la structure, la dernière réplique poétique ou sarcastique de sa fille!»

Petits moments tendres, parfois graves, et fous rires assurés, voilà ce que réserve ce délectable recueil des mots de Romy. Truculente, vive et extraordinairement lucide, Romy en est définitivement la star, et c'est amplement mérité! Ses répliques sont inimitables, candides et joyeusement décapantes... et c'est toute une chance que Papa-Mathieu les ait notées assidûment, sans altérer la fraîcheur de l'enfance. Un livre à dévorer en riant, à citer à tous vents, ou à grappiller tout doucement... Exquis.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★

Émile se déguise


Par Vincent Cuvellier, illustré par Ronan Badel, Gallimard Jeunesse, Giboulées, Émile 5

«Aujourd'hui... C'est carnaval. Tout le monde doit se déguiser. C'est comme ça et pas autrement!»

C'est le retour d'Émile le joyeusement irrévérencieux! Le mémorable duo de créateurs, Vincent Cuvellier et Ronan Badel, récidive une fois de plus avec une nouvelle aventure d'Émile, dont le quotidien est tout sauf banal. Si l'univers visuel est toujours aussi délicieusement déroutant et habilement éloquent, l'histoire est un peu plus fade, par contre. Certes, le choix final d'Émile, dans la boîte à déguisements, est surprenant et rigolo, mais la narration n'est malheureusement pas aussi savoureuse que dans Émile est invisible ou Émile veut un plâtre; la magie n'opère pas tout à fait. Cela dit, malgré ce petit bémol, Émile demeure un personnage craquant, alors, n'hésitez pas à faire sa connaissance...!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Histoire du chat et de la souris qui devinrent amis


Par Luis Sepúlveda, illustré par Joëlle Jolivet, Métailié

«Max est l’humain de Mix et Mix est le chat de Max. Ils grandissent ensemble, ils sont amis pour de vrai. Lorsque Max part faire ses études, il emmène son chat bien-aimé. Max est souvent absent et Mix, devenu vieux et aveugle, passe de longues journées solitaires. Un jour un bruit suspect lui révèle la présence d’une souris mexicaine très sympathique, qu’il baptise Mex. La souris bavarde et trouillarde, raconte le monde à Mix, qui l’emmène en balade et lui donne un coup de main quand il faut atteindre la dernière étagère du placard. Ils sont très différents mais entre le chat rêveur et la souris gourmande et volubile naît une amitié comme sait si bien les raconter Luis Sepúlveda.»

C'est une histoire sans âge, et sans limites. Une histoire où les souris parlent et les chats écoutent. Une histoire en forme de conte. Un conte en forme de fable. Une fable des temps modernes. Il y a en elle toute la vie, ses surprises, ses bonheurs, ses écueils, et surtout ce délicieusement improbable, cet inattendu des temps gris, ce clin d'oeil d'un Destin qui s'amuse. Porté par la plume juste, fine et ronronnante de Luis Sepúlveda, et vibrant à travers les traits sensibles de Joëlle Jolivet, cet opus singulier est un bijou de bibliothèque, un incontournable universel, un livre à lire, à relire, à faire découvrir et à offrir encore et encore. Sublime.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 

Plus tard, je serai moi


Par Martin Page, Rouergue, DoAdo

«Les parents sont des gens bizarres. Parfois ils ont de ces lubies ! De peur de ne pas être parfaits, ils font n'importe quoi. Ceux de Séléna ont soudain décidé qu'elle deviendrait une artiste. Pas avocate ou médecin ou pilote d'avion ! Non, artiste. Et ils sont prêts à tout pour ça. Même à lui rendre la vie impossible, sous prétexte que les artistes ont souvent eu une jeunesse difficile.»

Un étrange petit roman, que ce dernier Martin Page. Une prémisse intéressante, indubitablement... mais oh! quel développement décevant! Une valse-hésitation confuse entre le documentaire pédagogique et la fiction, entre la littérature et l'essai didactique. Le personnage principal, plongé en pleine tourmente existentielle par des parents complètement fêlés et dégoulinant de bonnes intentions, navigue en ces eaux artificiellement troubles avec l'aisance, le calme et la sagesse... d'un adulte en milieu de vie! Ne vous méprenez pas: j'ai toujours cru en la lucidité de la jeunesse, en sa maturité, même et surtout à l'adolescence. Pourtant, cette fois, le camouflage trop maladroit de la voix adulte de l'auteur à travers la caricature de l'ado typique m'a fait complètement décrocher d'une intrigue ténue, cousue de fil blanc. Terriblement dommage de sous-estimer ainsi l'intelligence des lecteurs, leur capacité de comprendre à travers les lignes, à travers leurs mots à eux, leurs maux à eux... D'autant plus que le sujet abordé en est un de taille, un qui ne se range pas dans la boîte à souvenirs une fois l'âge adulte atteint, comme semble l'insinuer l'auteur; comment découvrir et assumer qui nous sommes, puis agir en conséquence tout au long de son existence est un de ses parcours qui peut prendre toute une vie!


Lili lui donne: ★ ★ ☆ ☆ ☆