Vous cherchez sur Lili?

vendredi 30 mars 2012

Boris

Par Ashley Spires, Scholastic

«Voici l’histoire drôle et attendrissante d’un gentil Sasquatch végétarien qui aime vivre seul. Personne ne croie à son existence, mais un jour, une découverte bouleverse sa vie tranquille : il n’est pas le seul Sasquatch au monde! Tout excité à l’idée d’avoir un ami avec qui jouer sur la balançoire à bascule et avec qui échanger des conseils d’entretien de fourrure, Boris se déguise et part vérifier cette rumeur. Quelle déception lorsqu’il se rend compte que cet ami potentiel n’est qu’un imposteur! Cependant, alors qu’il se prépare à retourner à sa vie paisible dans les bois, Boris rencontre une Sasquatch très réelle. Et voilà que ce grand solitaire a un rendez-vous...»

Nouvel opus pour la talentueuse créatrice de l'inénarrable Basile le chat de l'espace. Cette fois, Ashley Spires plonge le lecteur dans le monde solitaire des Sasquatch, tricotant avec agileté une tendre histoire d'amour à la mode Yéti. Habile mélange de finesse et d'humour désopilant, vous ne pourrez qu'être touchés par l'histoire de ces sympathiques bêtes poilues et par leur improbable rencontre...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version originale

mercredi 28 mars 2012

Récit intégral (ou presque) d'une coupe de cheveux ratée

Par Jo Witek, Seuil jeunesse, Journal de Xavier 2

«Dans la vie, il n'y a rien de pire qu'une coupe de cheveux ratée. Enfin, presque... Le matin de sa rentrée en seconde, Xavier a envie de se faire hara-kiri avec son stylo plume. Il ose à peine se regarder dans la glace et se prépare à passer la pire journée de sa vie. Pourquoi? Parce que sa mère, hier, l'a obligé à aller chez le coiffeur. Que vont penser ses nouveaux camarades en découvrant sa tête? Qu'il ne ressemble à rien. Ou plutôt, si : à un ringard total!»


Sympathique et désopilante suite au journal intime de Xavier, jeune homme entier au quotidien bigarré à souhait! À travers la plume habile et juste de Jo Witek s'épanouit l'adolescence dans toute son intensité, ses remises en question, ses passions sans demi-mesures, ses revirements de situation impromptus et ses bonheurs euphoriques. Et quel choix judicieux que de faire vivre cette période riche en rebondissements à travers les mots d'un garçon pour une fois: une audace plutôt rare d'ailleurs dans les romans pour ados, où l'expression des sentiments masculins se frappe habituellement à une omertà sociale incontournable. Un habile opus donc, bouffée chavirante de fraîcheur et d'humour, qui ne laissera personne indifférent.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


samedi 24 mars 2012

Le grand trou américain

Par Michel Galvin, Rouergue

«Un drôle d'hommage au progrès, et surtout à l'imperfection qui l'accompagne: l'inventivité de cette dernière est incontrôlable et est prétexte à un enchaînement des faits divers les plus inattendus...»

Anticipation ou allégorie farfelue sur l'obsession du «Think Big»? Michel Galvin propose une histoire délicieusement saugrenue où humour, finesse et audace sont au rendez-vous, pour le plus grand plaisir du lecteur. La témérité du propos prend pleinement son sens au coeur de cet univers visuel singulier, tout en couleurs franches, et rappelant les affiches de propagande des deux Grandes Guerres; période de l'Histoire où le progrès a certes ouvert des horizons, mais a aussi nourri la soif de puissance, et engendré la destruction. Un album qui provoque avec intelligence et qui stimule la réflexion. Car après tout, cette histoire pourrait bien être vraie...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★  

mercredi 21 mars 2012

Le voisin, Rosa, les poissons et moi

Par Martine Latulippe, Foulire, Émilie-Rose 1

«Sauver le monde ou s'acheter un jean neuf? S'intéresser à la politique ou séduire le nouveau voisin? A 17 ans, Émilie-Rose se pose bien des questions! Elle rêve autant de connaître le grand amour que d'apporter un peu de bonheur aux personnes qui l'entourent. Si seulement elle rougissait moins facilement. Si elle n'était pas tant maladroite. Et surtout, si elle savait s'y prendre un peu mieux avec les garçons. et les poissons! Ouf! . Pas facile, la vie selon Rosie!»

Un sympathique premier tome pour la série Émilie-Rose. Martine Latulippe tricote au lecteur, de sa plume juste et cocasse, un agréable plongeon au coeur d'une adolescence aussi bigarrée, intense et hésitante que dans mes souvenirs. Un petit bémol peut-être: l'âge de l'héroïne ne semble pas du tout correspondre à son discours, ni à son quotidien. À 17 ans, Émilie-Rose raconte sa vie comme une jeune fille de 14 ans le ferait (par sa vision candide et presque chaste de l'amour), et est encore énormément couvée par ses parents (son père vient la mener chez le dentiste... à 17 ans!!!). Cela dit, la «voix» d'Émilie-Rose est entraînante, et ses mésaventures délicieusement mouvementées. Une série à découvrir donc...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Où est mon chapeau?

Par Masanobu Satoh, La Joie de lire

«Un drôle de petit animal a besoin de toi, lecteur, pour retrouver son chapeau qu'il aime tant.»

Un audacieux album monochrome qui donne le goût de plonger dans les illustrations pour retrouver ce chapeau si précieux. L'univers visuel de Masanobu Satoh est tout en finesse et en éloquence; son choix d'allier le rapidographe qui croque en quelques traits habiles une multitudes de délicieux détails et les silhouettes en ombres chinoises est on ne peut plus judicieux et offre un imaginaire riche à dévorer des yeux. En fait, cet album aurait presque pu ne pas comporter de texte, puisque les illustrations narrent habilement cette quête singulière. Une histoire touchante qui intriguera les tout-petits; gageons qu'ils ne pourront s'empêcher de chercher le chapeau perdu au coeur de chacune des images...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★  

mardi 20 mars 2012

Rendez-vous n'importe où

Par Thomas Scotto, illustré par Ingrid Monchy, Thierry Magnier

«Madam'zelle et monsieur s'écrivent du lundi au dimanche en attendant leur premier rendez-vous.»

Petit bijou épistolaire tout en finesse et en émotions. Thomas Scotto souffle délicatement au lecteur les balbutiements de l'amour, sa fébrilité, sa valse-hésitation et sa démesure à travers une fine et habile prose poétique. Ses mots, vibrants de vie, mènent la narration avec éloquence et justesse. Nichée au coeur de l'univers visuel tendre d'Ingrid Monchy, où les textures, les délavés, et la sensibilité des points de vue font s'épanouir la plume de Thomas Scotto, cette histoire, pourtant vieille comme le monde, ne peut laisser personne indifférent. Un album émouvant qui fait rêver d'un lundi aux mille flocons...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★  

Léna et la vraie vie

Par Yaël Hassan, Seuil, Karactère

«Délaissée par ses parents qui ne pensent qu'à leurs activités mondaines et professionnelles, Léna s'inscrit dans un pensionnat pour y découvrir la «vraie vie». Elle tient son journal, à qui elle va confier ses joies, ses peines, ses doutes. Car la vraie vie ne lui réserve pas que des bonnes surprises: elle doit partager sa chambre avec Marine qui, sous des abords charmants et charmeurs, se révèle être une véritable peste. Mais l'amour et l'amitié seront également au rendez-vous. Léna, portée par sa passion du théâtre, se construit peu à peu une nouvelle personnalité qui lui permettra de voir autrement le monde qui l'entoure.»

Malgré une prémisse au potentiel intéressant, ce court roman de Yaël Hassan ne m'a pas enchanté. En fait, (et merci à ma collègue libraire qui m'a signalé ce point lors d'une discussion) l'auteur installe plusieurs pistes qui pourraient soulever la passion du lecteur, le faire sortir des ornières plutôt conventionnelles que la situation initiale suggère, mais malheureusement, la concision du roman semble étouffer dans l'oeuf tout développement de personnages, toute subtilité dans l'enchaînement des péripéties: l'intrigue est cousue avec du gros fil et les personnages n'ont pas le temps de sortir de la caricature. Dommage pour un récit qui aurait pu faire découvrir l'adolescence sous un autre jour...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ☆ ☆

Un Lun Dun


Par China Miéville, Macmillan

«What is Un Lun Dun? It is London through the looking glass, an urban Wonderland of strange delights where all the lost and broken things of London end up . . . and some of its lost and broken people, too–including Brokkenbroll, boss of the broken umbrellas; Obaday Fing, a tailor whose head is an enormous pin-cushion, and an empty milk carton called Curdle. Un Lun Dun is a place where words are alive, a jungle lurks behind the door of an ordinary house, carnivorous giraffes stalk the streets, and a dark cloud dreams of burning the world. It is a city awaiting its hero, whose coming was prophesied long ago, set down for all time in the pages of a talking book. When twelve-year-old Zanna and her friend Deeba find a secret entrance leading out of London and into this strange city, it seems that the ancient prophecy is coming true at last. But then things begin to go shockingly wrong.»


Un chef d'oeuvre saugrenu et déroutant qui fait exploser les limites de l'imaginaire. China Miéville tricote de sa plume aux mille possibles une narration fine et agile, au rythme enlevant, qui fait basculer sournoisement le lecteur dans l'envers d'un monde qu'il croyait connaître. Nourrissant cet univers insolite par le biais d'un riche lexique propre à Un Lun Dun, lexique fourmillant de délicieux jeux de mots dérivant de la vie à Londres, Miéville déploie sous les yeux ébahis du lecteur une gargantuesque fresque urbaine où des personnages étranges et savoureux émeuvent et chamboulent joyeusement les repères.  Une sublime épopée, sombre, vibrante, à mi-chemin entre le fantastique et le roman d'anticipation, qui sème le doute sur notre façon de gérer la pollution...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★  




Pour le lire en version française

lundi 19 mars 2012

Le roi Jules et les dragons

Par Peter Bently, illustré par Helen Oxenbury, École des Loisirs, Pastel

«Jules, Léo et Gaspard construisent un campement, un super repaire pour le roi Jules et ses hommes. "Préparez-vous à vous battre, braves chevaliers! crie le roi Jules. Protégez le château de l'attaque des dragons!"»

Un combat épique mémorable, à hauteur d'enfants. Peter Bently entraîne le lecteur, dès la première phrase, dans le royaume infesté de dragons du roi Jules et de ses sujets. De sa plume candide et juste, il narre cette épopée à travers la perception délicieusement farfelue, et pourtant si sérieuse et grave, de l'enfance. S'épanouissant au coeur de l'univers visuel tendre et sensible d'Helen Oxenbury, cette histoire fait rire et s'émouvoir à la fois. Un album dans lequel les tout-petits se reconnaîtront, et qui soufflera une douce bouffée de fantaisie dans votre quotidien...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 



Pour le lire en version originale

jeudi 8 mars 2012

La souris de Paris


Par Anne Lemonnier, illustré par Claire de Gastold, Sarbacane

«Museau pointu et manteau gris, voici la sou- ris de Paris ! Une fillette guillerette qui joue du piano à cloche-pied sur les passages cloutés, se faufile entre les fées en talons aiguilles et joue à faire tomber les masques des passants. Mais voilà le temps venu de déménager... Le premier blues passé, la souris des villes se fait vite belette des champs, dans un monde tout aussi chantant et onirique.»

Épopée poétique faisant un doux clin d'oeil au très connu Rat des villes, rat des champs. Anne Lemonnier jongle avec les rimes pour faire découvrir Paris (puis, la campagne) au lecteur, à travers la candeur de l'enfance. Si sa plume est agile, le carcan des vers est malheureusement parfois un poil maladroit. Par contre, l'univers visuel singulier de Claire de Gastold fait littéralement s'envoler l'imaginaire dans tous les sens, donne le goût d'explorer des contrées lointaines, bref, fait voir la réalité sous un angle délicieusement surprenant et d'une juste éloquence. À travers ses étonnantes illustrations, elle invite le lecteur à développer un regard aux perspectives multiples en variant les points de vue, souligant un détail saugrenu ici, proposant de vastes étendues ensuite, faisant vibrer la fébrilité de la ville, puis chuchoter la riche tranquilité de la campagne. Un album à déguster avec les yeux... 


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


La Danseuse papillon

Par Audrey Alwett, illustré par Luky, Soleil Production, Blackberry

«Emma n'était qu'un sinistre papillon de nuit qui rêvait de lumière et d'amour. Par le chemin de la métamorphose, la voilà devenue danseuse. Quoi de mieux pour paraître enfant sous les feux des projecteurs? Mais à trop briller on finit par se brûler les ailes... Il était une fois dans un opéra du XIXe siècle, un ballet maudit, rayé des répertoires à jamais. Il était une fois un conte, inspiré d'une histoire vraie...»

Un conte sombre et doux, en hommage à une jeune danseuse qui n'est jamais tombée dans l'oubli. La plume fine et juste d'Audrey Alwett tricote avec agilité la trame narrative, entremêlant savamment la réalité et le songe. Elle nous offre un tourbillon langoureux de mots, faisant vibrer d'émotions cette fragile danseuse-papillon. Au coeur de l'univers visuel feutré et sensible de Luky (un travail fascinant d'ombres et de lumière), l'histoire d'Emma Livry prend corps. Un album bouleversant, incontournable, à feuilleter tout doucement...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 

vendredi 2 mars 2012

Ma maman ballon

Par Marie-Isabelle Callier, Les 400 coups, Carré Blanc

«"Un jour, Papa et moi on a quitté la maison sans faire de bruit : Maman était restée au lit. Un petit tour dans le quartier, on est passés chez le boulanger pour acheter des croissants et des petits pains au chocolat, on allait avoir un petit-déjeuner de rois." Ainsi commence cette histoire d'une grossesse compliquée, racontée par celle qui deviendra une grande soeur et qui ne comprend pas que sa maman doit passer ses journées au lit. Un livre sur les difficultés de certaines grossesses, sur les attentes, sur la patience. Sur la récompense.»

Une histoire toute douce sur les grossesses-voleuses-de-maman. Marie-Isabelle Callier souffle au lecteur les hauts et les bas d'une grossesse plus compliquée, à travers les yeux d'enfants de la future grande soeur. Sa plume sensible souligne avec justesse toute la gamme d'émotions vécues par la famille, et ouvre grande la porte à la bouffée de joie d'une naissance, même prématurée. Son univers visuel, aux tendres teintes délavées, ne peut qu'émouvoir... Cela dit, il y a malheureusement un léger manque d'éloquence des personnages qui semble causé par le choix de travailler l'aquarelle sur papier très texturé: les visages perdent un brin de précision et le lecteur ne perçoit alors que très peu l'âme des personnages. Malgré ce tout petit bémol, c'est un album habile, qui respecte l'intelligence de l'enfant en lui laissant narrer avec candeur et authenticité cette cahoteuse aventure de grand.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆