Vous cherchez sur Lili?

lundi 12 janvier 2009

Comme deux poissons dans l'eau

Par Maxime Roussy et Marie-Ève Larivière, Marée Haute, Le blogue de Namasté 2


«Depuis hier soir, j'ai l'impression de ne pas être moi. J'ai l'impression d'être à l'extérieur de mon corps, d'être spectatrice de ma vie. Je me regarde agir.
J'ai eu un choc quand j'ai appris qui était mon fameux admirateur anonyme. Un si grand coup qu'on dirait que ça m'a fait sortir de mon enveloppe corporelle. Full étrange. Hier soir, par Messager, mon admirateur secret m'a envoyé la photo de quelqu'un que je connais très bien. Mais bon, faut toujours se méfier de ce qui se promène sur le Net, c'est rarement vrai. Tout le monde peut se faire passer pour n'importe qui. Alors j'ai demandé à cette personne de m'appeler, pour en avoir le cœur net. Pas eu besoin de lui donner mon numéro de téléphone, elle l'avait déjà. J'ai décroché et j'ai entendu sa voix. La voix de...»

...encore plus captivant que le premier...  rebondissements pas toujours drôles... mais Namasté aussi vivante et attachante...

* * * * *

La naissance de la Réglisse rouge

Par Maxime Roussy et Marie-Ève Larivière, Marée Haute, Le blogue de Namasté 1


«C'est la première fois que j'écris mon journal à l'ordi, je ne sais pas si je vais aimer ça. On verra. J'ai toujours utilisé un crayon sur du papier, je trouvais ça plus romantique que des trucs froids comme un clavier et un moniteur. Mais là, je n'ai plus le choix : je pense que quelqu'un, dans la maison, lit mon journal intime. Je me demande qui ça peut bien être...
Je cache mon journal dans le tiroir de ma commode, sous mes petites culottes les plus laides que je ne mets plus parce que je suis quelqu'un de fière, tsé. Même quand je n'en ai plus des propres, je ne m'abaisse pas à les enfiler. Je préfère mettre les bobettes blanches et affreuses vraiment trop grandes de mon frère, celles qu'il ne porte jamais. Mom m'a déjà dit que je devrais penser à jeter mes vieilles. J'ai refusé. Je lui ai dit que je suis attachée à elles. C'est un peu vrai.»

Ah! ce temps pas tout à fait révolu de l'adolescence... Ses hauts très hauts et ses bas très bas... Bonne histoire, cela dit, et très bien écrite; rien à voir avec l'onomatopéesque Aurélie Laflamme et son langage «full ado branché»...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆