Vous cherchez sur Lili?

lundi 30 mai 2016

Le Château des Étoiles (en deux tomes)


Scénario et dessins d'Alex Alice, chez Rue de Sèvres, série Le Château des Étoiles, tomes 1 et 2.
Quatrième de couverture:

«Au XIXe siècle, d'intrépides explorateurs repoussent sans cesse les limites de l'inconnu. Avides de nouvelles découvertes, ils tournent leurs regards vers les étoiles...»

Et si les étoiles et leurs mystères avaient été à portée de main bien avant les premiers pas officiels sur la Lune? Et si le XIXe siècle et sa révolution industrielle n’avait pas que nourri le progrès sur Terre, mais élargi aussi les horizons en dehors de notre atmosphère? Et si Jules Verne n’avait pas tout imaginé, que la réalité était finalement bien plus près de sa fiction qu’on aurait pu le croire? D’une plume juste et foisonnante, Alex Alice retricote le passé, faisant naviguer le lecteur en eaux délicieusement troubles, le plongeant malicieusement dans un monde tracé avec audace à la fine frontière du possible et de l’improbable. Porté par une narration enlevante, à mi-chemin entre le carnet de bord scientifique et le roman d’aventure, et mis en images avec éloquence par un visuel feutré et chimérique, cette captivante série en deux tomes se dévore d’un trait, l’imaginaire joyeusement ébouriffé par l’éther interstellaire et ses promesses d’un fascinant ailleurs. Un petit bonheur d’un autre temps à savourer sans tarder.


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩

vendredi 27 mai 2016

La femme aux cartes postales


Scénario de Claude Paiement, dessins de Jean-Paul Eid, chez La Pastèque.
Résumé de l'éditeur:
«1957. Rose quitte sa Gaspésie natale en laissant, derrière elle, une lettre sur son oreiller. Elle n’a qu’un rêve en tête: briller sur les scènes des prestigieux cabarets de la métropole. À cette époque, Montréal est un haut lieu de la vie nocturne et l’une des escales obligées des plus grands jazzmen. Les nightclubs brillent de tous leurs feux et la mafia fait des affaires d’or. Mais l’arrivée du rock’n’roll, l’engouement pour la télévision et l’élection du jeune et incorruptible maire Jean Drapeau va sonner le glas de cet âge d’or.
2002. En Gaspésie, un étranger vient d’acquérir une maison abandonnée mise aux enchères; photos aux murs, vieux piano désaccordé et au fond d’un garde robe, un terrible secret de famille...»

Dans l'obscurantisme d'une société où la conformité est de mise, où il est préférable de taire son unicité pour mieux se fondre dans la masse docile d'un Québec sous la poigne implacable de Duplessis, une femme ose l'inconcevable: suivre son instinct et sa passion. Portée par la musique et le jazz enfumé des cabarets de Montréal, elle chante son émancipation, réécrivant sa vie au fur et à mesure des opportunités. Mais le Destin, cet empêcheur de tourner en rond, vient soudainement brouiller ses cartes postales, muselant son envol, la laissant sans mots. Misant sur une remarquable narration à quatre mains, Claude Paiement et Jean-Paul Eid racontent avec dextérité et finesse l’histoire à rebrousse-temps de la musique qui envoûte et de la Vie qui parfois, bipolaire, sème le rêve et récolte la torpeur. Orchestrée avec brio à travers un scénario jonglant délicieusement avec la musique et l’Histoire, et portée par un univers visuel tout en demi-teintes et en éloquence, cette chronique singulière sait dire avec justesse et sensibilité les remuantes montagnes russes de la passion avec un grand «P». Un sublime voyage aux confins de l’âme humaine, dans tout ce qu’elle a d’authentique et d'indomptable. 


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✮




Mon mois de mai
du Défi littéraire 2016


mercredi 25 mai 2016

Zita la fille de l'espace, tomes 1 et 2

Scénario et dessins de Ben Hatke, chez Rue de Sèvres, série Zita, tomes 1 et 2.
Résumés de l'éditeur:

«Tome 1
Zita et Joseph jouent dans les bois quand ils trouvent un étrange appareil qui projette Joseph dans la galaxie. Pas le choix, Zita ne peut que suivre le même chemin pour tenter de sauver son ami. Elle se retrouve sur Scriptorius, étrange planète peuplée d'espèces multiformes, menacée de destruction par un astéroïde géant. Zita n'a que trois jours pour mener à bien sa mission : retrouver Joseph et rentrer sur Terre!
Tome 2
Zita est désormais une véritable star internationale de la galaxie. Les récits de ses exploits lors du sauvetage de Scriptorius la précèdent sur les planètes que la petite bande visite. Fatiguée de ces bains de foule, elle laisse un robot imitateur déguisé en Zita prendre sa place le temps d’une escapade. Erreur! Le robot prend goût à la célébrité et remplace Zita pour de bon… Comment Zita retrouvera-t-elle son identité et sa place dans son cercle d’amis? Parviendra-t-elle enfin à reprendre le chemin qui la ramènera sur Terre?»

Et si, pour voyager dans l’espace, il suffisait d’appuyer candidement sur un gros bouton rouge? Et si, en voulant sauver son meilleur ami retenu de force sur une autre planète, on voyait ses chances de revenir sur Terre réduites à néant? Et s’il fallait, pour survivre, ne pas se fier aux apparences et tenter de se faire des alliés? D’une plume enlevante, à l’imaginaire hyperactif, Ben Hatke tricote une aventure ébouriffante, faisant se succéder à un rythme inouï les revirements et autres coups du sort, et s’épanouir une jeune héroïne n'ayant décidément pas froid aux yeux. Une série captivante et rocambolesque, aux personnages délicieusement singuliers et à la narration palpitante, qu’on dévore fébrilement, sans prendre le temps de revenir sur Terre entre deux chapitres…


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩

vendredi 20 mai 2016

La Petite Patrie


Scénario de Normand Grégoire, dessins de Julie Rocheleau, d'après Claude Jasmin, chez La Pastèque.
Résumé de l'éditeur:
«Publié en 1972, La Petite Patrie de Claude Jasmin est un roman autobiographique qui a connu un vif succès. Chronique d’un quartier populaire de Montréal, il nous offre le regard d’un enfant de huit ans sur le monde qui l’entoure à l’aube des années 40 : la guerre, la religion, les jeux de ruelles, l’amour et la mort… Julie Rocheleau et Normand Grégoire nous offre une adaptation du populaire roman de Claude Jasmin, un livre qui nous rappelle notre enfance et l’insouciance qui s’y rattache.»
C'est un Montréal aux ruelles bruyantes, lieux de tous les possibles. Un Montréal grouillant d'une enfance assoiffée de liberté et d'aventures, mais surveillée de près par un clergé qui coupe les ailes à l'imaginaire. Un Montréal qui a le quotidien humble et ouvrier, refusant l'appel de la Deuxième Guerre avec l'énergie du désespoir. Le Montréal de Claude, sa bande et leur Petite Patrie. Revisitant l'oeuvre de Claude Jasmin, Normand Grégoire et Julie Rocheleau laissent habilement parler l'époque, mettant en valeur sa langue colorée, et ne tentant pas de cacher les œillères qui en limitaient alors l'horizon social. S'épanouissant délicieusement par le biais du découpage et de la composition visuelle audacieuse de Julie Rocheleau, univers visuel sachant valser avec éloquence entre l'action et l'introspection, ce roman graphique est une bouffée d'authenticité qui sait raconter tout en simplicité et en fraîcheur ce passé qui a, entre autres, contribué à bâtir notre aujourd'hui.



Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩




Le mois de mai
de mon Défi littéraire 2016


mercredi 18 mai 2016

Cadavre exquis


Scénario et dessins de Pénélope Bagieu, chez Gallimard, collection Bayou.
Résumé de l'éditeur:

«Zoé a un boulot pas drôle: elle est hôtesse d'accueil dans les salons - de l'automobile ou du fromage - et doit faire bonne figure, debout toute la journée avec des chaussures qui font mal aux pieds. Le jour où elle rencontre Thomas Rocher, écrivain à succès, la vie semble enfin lui sourire. Mais pourquoi Thomas ne sort-il jamais de son grand appartement parisien? L'amour peut-il vivre en huis clos? Et quel est dans cette histoire le rôle d'Agathe, la belle, froide et machiavélique éditrice de l'écrivain? (Résumé éditeur)»

Et si tout commençait par un ras-le-bol de l’inertie au quotidien? La soif de se lancer vers le changement sans regarder en arrière? Et si l’amour venait s’immiscer sans crier gare, dans un voile de mystère, et que la vie devenait une énigme inextricable? D’une plume habile, Pénélope Bagieu échafaude un savoureux et étrange imbroglio, déroutant joyeusement le lecteur en multipliant les pistes, et faisant tendre astucieusement l’intrigue vers un fracassant revirement final. Un opus singulier et déconcertant, qui sort malicieusement des sentiers habituellement fréquentés par Bagieu, et qui mérite d'être dévoré sans tarder!


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩

lundi 16 mai 2016

Le facteur de l'espace


Scénario et dessins de Guillaume Perreault, chez La Pastèque.
Quatrième de couverture:
«Bob aime bien sa petite routine et adore son travail: pour lui, la poste, c'est très important! À bord de son vaisseau, il distribue des lettres et des colis à un tas de gens, partout dans la galaxie. Du moins, la partie de la galaxie qu'il connait. Par contre, ce matin, il y a un pépin au bureau de poste.»

Il y a, bien sûr, le rassurant bien-être du ronronnant quotidien qui fait fuir l’Inconnu à grands coups de prévisible. Mais il y a aussi ces moments où la vie semble tester notre goût de l’aventure en nous secouant les repères sans ménagement. Et si les surprises ouvraient de nouveaux horizons sans crier gare? Et si, finalement, on ne pouvait plus se passer de cette enivrante exploration au hasard la chance? Avec son imaginaire bouillonnant, Guillaume Perreault tricote un périple impromptu à travers une galaxie pas comme les autres, multipliant joyeusement les péripéties rocambolesques et osant dérouter le lecteur sans vergogne. Un sympathique opus interstellaire qui donne le goût de sortir des ornières…


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩

jeudi 12 mai 2016

Carnets de thèse


Scénario et dessins de Tiphaine Rivière, chez Seuil.
Quatrième de couverture:
«Jeanne Dargan, jeune professeur de collège, vient d'être acceptée en thèse! Euphorique à l'idée de rejoindre le petit monde des universitaires, elle ne soupçonne pas l'épaisseur de la jungle dans laquelle elle pénètre... Entre son charismatique directeur de recherche, expert dans l'art d'esquiver les doctorants qui attendent fébrilement la lecture de leurs pavés, la secrétaire usant de toute l'étendue de son pouvoir d'inertie dans le traitement des dossiers, les colloques soporifiques où les thésards s'évertuent à attirer l'attention des grands pontes et les amphis bondés d'étudiants à qui elle donne des cours payés au lance-pierre, Jeanne tente de trouver sa place. Mais, au désespoir de sa famille et de son compagnon qui n'y comprennent rien, cette thèse n'en finit pas et vire à l'obsession...»

Le doctorat, ce coquin de diplôme, rayonnant avec insolence d’une aura de respectabilité et de prestige, et narguant au passage les jeunes universitaires aspirant timidement à atteindre cette (quasi) inaccessible étoile du savoir. Le doctorat et sa thèse. Cet Everest de la détermination estudiantine. Cette période d’hibernation sociale et de surchauffe intellectuelle toute en tours et en détours. Une ère de réclusion tendant vers l’ultime dépôt du résultat de durs labeurs. Mais la longue et solitaire quête vaut-elle qu’on y laisse sa santé mentale et son entourage? Tout en humour et en authenticité, Tiphaine Rivière entraîne le lecteur vers la réalité en dents de scie des aspirants au doctorat, racontant avec une douce malice leur vie où le chaos côtoie l’espoir, où les repères se font secouer les certitudes et où le temps s’étire sans fin jusqu’à ne plus voir passer les années. À l’aide d’une scénarisation efficace et d’une mise en images astucieuse, Tiphaine Rivière fait sourire, sans toutefois réussir à s’extirper des clichés habituellement associés aux cycles supérieurs universitaires (des clichés qui semblent, malgré tout, relativement représentatifs d’un parcours universitaire typique). Un sympathique opus qui fera le bonheur des étudiants au long cours, leur offrant une savoureuse excuse pour remettre la rédaction des travaux à plus tard.


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩

mercredi 11 mai 2016

Le Club des Baby-Sitters, tomes 1, 2 et 3


Scénario et dessins de Raina Telgemeier, adapté des romans d'Ann M. Martin, chez Scholastic, série Le Club des Baby-Sitters.

Résumé de l'éditeur:
«Peu importe la situation, on peut toujours compter sur Kristy, Mary Anne, Claudia et Stacey, co-fondatrices du Club des Baby-Sitters et grandes amies. Qu'il s'agisse de bambins malcommodes, de chiens énormes, de voisins étranges ou de parents trop sévères, rien n'est à leur épreuve lorsqu'il est question de garder des enfants!»


Le gardiennage: véritable casse-tête parental et incontournable gagne-pain du début de l’adolescence. Et si, en s’alliant entre amies, il était possible de simplifier le processus pour les parents? Et si, avantage non négligeable, on pouvait se partager du même coup trucs, astuces, grincements de dents et incontrôlables fous rires? Revisitant la populaire série de romans écrits initialement par Ann M. Martin à la fin des années 1980, Raina Telgemeier propose une heureuse migration vers le roman graphique, tout en simplicité et en fraîcheur. Fidèle à l’esprit bon enfant (et, il faut bien l’admettre, un brin trop dégoulinant de bonnes intentions) de la série originale, Telgemeier parvient avec son habile scénarisation, ses traits dynamiques et sa palette colorée, à offrir un attrayant second souffle à l’inimitable bande de Kristy et cie. Une sympathique adaptation à découvrir (ou à redécouvrir!) sans tarder!






Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩










Pour les lire en version originale

mardi 10 mai 2016

À la découverte des bulles...


Bande dessinée, bédé, BD, comic, romans graphiques sont autant de petits mots doux pour désigner les délices de papier des amateurs de phylactères. 

Longtemps opposée aux romans et autres briques littéraires, et trop souvent étiquetée à tort comme étant la voie de la facilité pour les lecteurs moins aguerris, la bande dessinée s'épanouit depuis plusieurs années, sortant des sentiers battus de la BD classique (on est tous passé par les Astérix, Tintin et Lucky Luke de ce monde...), et osant différents formats, types de scénario, sujets et longueurs. De ce foisonnement bédéesque émerge même, ô bonheur, une BD hybride qui, existant déjà depuis un moment pour les initiés, assume désormais sa place parmi les bulles: le roman graphique.

En ce mois de mai qui commence enfin à bourgeonner et à se sortir les orteils en prévision de l'été qui s'en vient, un mois aussi décrété officiellement le «mois de la BD» par les Bibliothèques de Montréal, je vous invite à vous lancer dans les bulles sans attendre. Qui sait, peut-être tomberez-vous sous le charme de bulles jusqu'alors inconnues? Pour ensuite oser une petite visite au Festival de la BD de Montréal les 27, 28 et 29 mai prochain, qui sait?

Que ce soit pour un premier plongeon dans l'univers des phylactères, le retour de l'enfant prodigue vers la BD, ou encore la frénésie gourmande d'un avide habitué des bulles, en mai, laissez-vous donc tenter!


Pour vous titiller la curiosité, n'hésitez pas à vous laisser inspirer par les lectures à bulles de Lili! (Pour une navigation plus précise dans les différents genres de bandes dessinées, utilisez l'outil de recherche par genre, dans la colonne de droite, sous les rubriques BD et Romans graphiques)



mardi 3 mai 2016

Une cachette pour les bobettes


Par Andrée Poulin, illustré par Boum, collection Motif(s), chez Druide.

Quatrième de couverture:

«Un matin, Jacob arrive à l’école avec une paire de bobettes coincées dans la jambe de son pantalon. Voilà ce qui arrive quand on sort les vêtements de la sécheuse sans les plier! Le jeune garçon se dépêche de cacher les bobettes sous un banc, mais un coquin les trouve et en profite pour faire rire ses amis. Heureusement, tout le monde ne le voit pas du même œil!»

Il y a de ces matins où la Vie semble prendre un malin plaisir à multiplier les crocs-en-jambe. Puis, à étirer malicieusement la mauvaise plaisanterie tout au long de la journée. Heureusement, parfois, un tout petit événement, impromptu, inespéré, peut faire virer le vent de bord, sans crier gare. Mieux vaut donc rester à l’affût des éclaircies potentielles… Par le biais d’une audacieuse narration à quatre voix, Andrée Poulin tricote et détricote avec habileté et humour le cours d’une journée bigarrée, aux émotions bourdonnantes et au dénouement surprenant. Explorant astucieusement les différentes facettes de cette rocambolesque journée, en la revisitant à travers le regard de plusieurs personnages, elle fait joyeusement découvrir au lecteur que rien n’est exactement comme il le paraît à première vue, chaque point de vue différent apportant un nouvel et délicieux éclairage sur ce qui s’est réellement passé. Porté par l’univers visuel de Boum, aux atmosphères évocatrices et à la composition éloquente, cet album fait du jeune lecteur un enquêteur en herbe, titillant sa curiosité, le poussant à récolter les indices semés au fil des pages, et à en tirer ses propres conclusions. Un opuscule savoureux à relire encore et encore.


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩

lundi 2 mai 2016

Jamais contents!


Par Mathieu Pierloot, illustré par Baptiste Amsallem, chez La Pastèque.

Quatrième de couverture:

«Recevoir des cadeaux, c’est trop chouette! Pourtant, certains ne sont jamais contents…»

Quand arrive enfin la journée tant attendue de  l'Anniversaire, rien de plus joyeusement excitant que de recevoir une montagne de cadeaux, et de découvrir, tel un grand explorateur, ce que renferment les nombreuses boîtes aux emballages colorés. Et si, en cours de déballage intensif, on réalisait que le vrai plaisir de l’aventure se cache peut-être ailleurs, là où pas même un adulte ne peut le soupçonner? D’une plume à la cocasse simplicité, Mathieu Pierloot tricote une odyssée rocambolesque, qui fleure bon la candeur de l’enfance, et où fourmillent d’irrésistibles rebondissements. S’épanouissant à travers un univers visuel décoiffant, aux détails délicieusement bavards (dont un mémorable félin en perpétuelle désapprobation), cette histoire fera rigoler toute la famille, soulignant avec justesse, par un adorable pied-de-nez à la prétendue maturité de l'adulte, qu’après tout, la sagesse, c’est peut-être de savoir saisir les petits bonheurs au vol, et que, dans ce domaine, l’enfant est indubitablement roi. 


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✮