Vous cherchez sur Lili?

vendredi 29 janvier 2010

Moi, je reste

Par Françoise Grard, illustré par Agnès Maupré, Actes Sud Junior

«J'avais décidé depuis le début, depuis que papa avait commencé à chercher un autre appartement, que je ne bougerais pas d'ici.
Notre appartement, celui que j'avais toujours connu, était parfait.
Pourquoi personne ne voulait-il m'écouter ?
Et puis, au début du mois de janvier, papa est arrivé avec une pile de cartons pliés sous son bras, l'air ravi, comme s'il avait réussi une excellente plaisanterie...»

Une sympathique petite aventure mise en mots par une plume agile et délicieuse. Les personnages sont attachants et les illustrations saupoudrées ici et là, tout à fait dynamiques! Ce duo auteur-illustrateur nous permet d'ailleurs de vivre l'histoire comme si on y était. On en redemande...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Le nez dans les étoiles...

Bonjour à vous, chers fureteurs de la blogosphère!

J'ai décidé d'ajouter un nouveau type de classement, pour ceux et celles à qui seules les étoiles en disent long...

Vous trouverez donc, dans la colonne de gauche, une section nommée Pour ceux qui lisent dans les étoiles; section qui vous permettra de naviguer dans la biblio de Lili par évaluation étoilée.

Concernant ces évaluations, elles représentent bien sûr le point de vue bien humble de Lili la farfouineuse...  il faut donc les prendre avec un grain de sel!

Voici la charte d'interprétation de ces avis étoilés:

1 étoiles - Médiocre, contournable, ennuyant, à éviter...
2 étoiles - Maladroit, inégal, peu intéressant, présente quelques rares bons coups...
3 étoiles - Passable, sympathique, présente quelques lacunes, intéressant malgré tout...
4 étoiles - Habile, attachant, à relire, à suivre...
5 étoiles - Superbe, judicieux, incontournable, savoureux, à lire sans perdre de temps!

À noter que cette section est encore en construction, puisque je suis en ce moment plongée dans la tâche d'associer les libellés à chacun des livres mis en ligne... Je vous remercie à l'avance de votre patience.

En souhaitant que ça vous plaise!

Au plaisir!

jeudi 28 janvier 2010

Burqa!

Par Simona Bassano Di Tufillo et Jamila Muhajed (pour Ma vie à Kaboul), Éditions de la Martinière

«"Essayez de boire, de manger, de marcher, d’embrasser, ou même de vous faire reconnaître par votre fils ou votre mari… Essayez de vivre avec une burka sur le dos!"
De la rencontre entre une auteur de bandes dessinées italienne et une journaliste afghane engagée depuis des années dans la défense des droits des femmes, est née une contribution spirituelle et acerbe qui décrit la vie quotidienne à Kaboul sous le gouvernement des Moudjahidin et la prise du pouvoir par les Talibans.
Loin de toute rhétorique, fort de la spontanéité des images et d’un récit en prise avec le réel, ce livre, qui a reçu le parrainage d'Amnesty International, est une dénonciation ironique et amère des injustices auxquelles de nombreuses femmes musulmanes sont sujettes.»


Témoignage troublant de l'extinction forcée de la réalité féminine. Bouleversant. Désespérant. Drôle d'oxymore que cette association d'une plume sérieuse et engagée aux illustrations plutôt humoristiques de Bassano di Tufillo; je ne suis pas tout à fait certaine que le résultat soit probant. Cela dit, c'est un mélange audacieux qui ne peut laisser indifférent...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

mercredi 27 janvier 2010

84, Charing Cross Road

Par Helene Hanff, Penguin Books

«"84, Charing Cross Road" is a charming record of bibliophilia, cultural difference, and imaginative sympathy. For 20 years, an outspoken New York writer and a rather more restrained London bookseller carried on an increasingly touching correspondence.»


Une savoureuse correspondance (moi qui n'en suis pas fervente pourtant!), singulière et cocasse. Une complicité étonnante entre deux êtres aux antipodes: la retenue britannique échangeant avec l'impétuosité américaine, dans un étrange ballet postal au-dessus de l'Atlantique. C'est exactement comme tomber par hasard sur une boîte de vieilles lettres oubliées, au beau milieu d'un grand ménage, d'en ouvrir un première, et de ne plus être capable de s'arrêter.  Un sympathique petit plongeon dans l'histoire pas si lointaine de l'après-guerre des années '50. Un incontournable à dévorer en version originale...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Pour le lire en version française

mardi 26 janvier 2010

L'Échappée belle


Par Anna Gavalda, Le Dilettante

«Trois frères et soeurs d'âge mûr s'enfuient d'un mariage de famille qui s'annonce particulièrement pénible pour aller rejoindre le petit dernier de la fratrie. Délaissant ainsi enfants, conjoints, chapeaux, riz, mondanités et soucis, ils vont s'offrir une dernière belle journée d'enfance volée à leurs vies d'adultes.»

Un étrange road trip familial, comme une plongée dans les souvenirs et la complicité avant de se relancer dans le présent. La plume de Gavalda semble un brin plus franchouillarde que d'habitude, et dans ses références aussi. Un petit bout de fiction peut-être un peu moins exportable, alors... C'est agréable à lire, mais on dirait que la magie de La Consolante et d'Ensemble c'est tout manque à l'appel... Dommage.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ☆ ☆

lundi 25 janvier 2010

Le livre de tous les secrets

Par Enda Wyley, Milan Poche, Junior, Tranche de vie

«Timothy rêve de retrouver un père absent depuis sa naissance, et de devenir écrivain. Le jour de ses 10 ans, le jeune garçon reçoit un carnet argenté, officiellement envoyé par son père. Timothy se met immédiatement en quête de son identité, aidé de son amie Sarah, et remonte la piste du disparu chez un écrivain du voisinage, taciturne et renfermé, qui lui livre son histoire.»

Un petit morceau de fiction tendre, émouvant, superbe! Wyley brosse, d'une plume sensible, des personnages très attachants... Un livre qui donne le goût des mots; d'en lire, d'en écrire, d'en découvrir... La magie opère merveilleusement, malgré une traduction un brin franchouillarde... cela dit, la version originale doit être encore plus savoureuse et envoûtante... Un livre à dévorer sans tarder!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 


Pour le lire en version originale (rare)

samedi 23 janvier 2010

Un noeud à mon mouchoir

Par Bette Westera, illustré par Harmen van Straaten, Milan

«Un jour, Grand-Père a fabriqué un bateau de pirates. Avec des voiles et un grand drapeau rouge. Antonin s'en souvient bien. Un navire est arrivé, et Grand-Père a crié : "À l'abordage"! Alors, quand Maman lui donne le grand mouchoir rouge de Grand-Père, Antonin rit à travers ses larmes. Grand-Père est parti sur son bateau de pirates, mais, pour ne jamais l'oublier, Antonin fait un noeud à son mouchoir.»

Variation douce et mélancolique sur le thème de la mort. L'histoire est touchante, quoique saupoudré d'un brin de déjà-lu, mais quelle illustrations sublimes! Vivantes, émouvantes, l'histoire semble jaillir de ces souvenirs délavés et réconfortants, à travers de délicats coups de pinceaux. Un petit bijou pour les yeux et un baume pour les petits coeurs en peine.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 

La jeune lectrice

Par Alain Raimbault, illustré par Réjean Roy, Bouton d'Or d'Acadie

« - Lire change le monde, a dit ma maîtresse d’école.
C’est pourquoi j’ai décidé de lire. Pour changer le monde. Pour voir si c’était vrai car comment la lecture pourrait-elle changer les choses? Ce ne sont que des mots. On change le monde en plantant des arbres, en élevant des animaux ou en faisant de la peinture, par exemple. Pas en lisant. Mais si la maîtresse l’avait dit, c’était sûrement vrai. Alors voici comment j’ai entrepris de changer le monde.»


Vision un brin idéaliste de l'impact de la lecture sur la vie des gens, mais comme on voudrait qu'il en soit ainsi!!! L'histoire est charmante et magique, malgré tout, et la jeune lectrice irrésistible et rafraîchissante. Les illustrations auraient pu être plus émouvantes, par contre; le médium utilisé et le style de l'illustrateur ne m'ont pas  vraiment séduite, comme si les émotions avaient un brin de misère à traverser la barrière de l'image. Dommage. Cela dit, juste pour l'histoire et sa délicieuse utopie, c'est un album qui vaut le détour!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Maman s'est perdue

Par Pierrette Dubé, illustré par Caroline Hamel, Les 400 coups

«Dans un grand magasin, une petite fille est à la recherche de sa mère qui s’est encore perdue! Elle parcourt les rayons des vêtements, des parfums, de la quincaillerie en énumérant ce qu’elle y trouve. Dans le rayon des sports, elle rencontre un petit garçon qui, lui, est à la recherche de son père! Au comptoir des objets perdus, le garçon retrouve son père, et la fillette finira par retrouver sa mère à la boutique Aux petites trouvailles


Sympathique, cocasse et surprenant! À lire et à relire encore et encore, en découvrant joyeusement les illustrations et leurs mille détails. La plume est légère mais habile (parfaite pour les jeunes aventuriers de la lecture!) et le contexte hors du commun; c'est le monde à l'envers et on adore ça! Quant aux illustrations, naïves et bariolées, à mi-chemin entre le dessin et le collage, elles sont un judicieux mélange de fantaisie et d'éléments de tous temps (j'ai particulièrement apprécié l'insertion discrète de vieilles affiches de produits anciens tout au long du parcours graphique)... Un savoureuse aventure pour toute la famille!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 

jeudi 21 janvier 2010

Le livre fusée

Par Peter Newell, Albin Michel jeunesse

«Plutôt que d'aller à l'école, Tommy, un vilain garnement, va fureter dans les sous-sols de l'immeuble de ses parents. Ayant trouvé une fusée et un briquet dans un carton, Tommy joue à l'artificier, et la fusée perce le plafond. Du premier étage au sommet de l'immeuble, la fusée déclenche une série de catastrophes toutes plus surprenantes les unes que les autres.»

Délicieuse petite histoire saugrenue! Quelques éléments hors du temps ici et là, l'histoire datant tout de même de 1912 (!), mais le tout a fort bien vieilli! Les illustrations sont plutôt classiques mais vraiment expressives et surtout, remplies de détails à découvrir... Enfin, la mise en page est dynamique et accrocheuse. Bien sûr, la plume humoristique de Newell est sûrement beaucoup plus savoureuse en version originale, mais même traduite, elle est tout ce qu'il y a de plus cocasse! Une réussite!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 



Pour le lire en version originale

Chaque chose

Par Julien Neel, Gallimard, Bayou

«Un petit garçon passe des vacances inoubliables avec son papa, qui est magicien. Des années plus tard, le papa magicien est gravement malade et le petit garçon n'en est plus un. Les deux récits s'entremêlent et se répondent étrangement, forment une aventure dont les super-héros sont des gens ordinaires.»

À mille lieux de la pétulante Lou, la plume et les pinceaux de Neel sont sombres et émouvants cette fois... Une histoire simple, humaine et touchante, soutenue par une conception graphique tout à fait efficace (Neel nous fait ainsi voyager dans le temps avec aisance). Un genre de Paul à Québec européen... Savoureuse découverte que cette polyvalence de ce bédéiste!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★  

La Grande Tricoteuse

Par Agnès Grimaud, illustré par Marion Arbona, Les Herbes Bleues

«La vie nous apporte parfois de grands chagrins et il n’est pas toujours facile d’y faire face, mais mamie a trouvé une solution bien à elle. Depuis que papi est mort, elle tricote sans répit une écharpe torsadée de larmes. Ce fabuleux lainage, doué de sa propre vie, lui permettra de laisser filer sa peine et de se rapprocher des êtres qui lui sont chers. À commencer par son petit-fils Félix qui raconte, avec beaucoup de tendresse, cette histoire sur le deuil et sur la puissance de l’amour.»


Douce histoire, tendre et un brin triste. La plume poétique de Grimaud jongle habilement avec le thème de la mort, sans tomber dans le désastreusement éducatif, et valse en trois temps au bras des chaleureuses et sensibles illustrations de Arbona. À découvrir...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★  

Zargouille fait le beau


Par Agnès Grimaud, illustré par Marion Arbona, Éditions Imagine

«Zargouille et Lézardo sont inséparables. Ils sont toujours partants pour une partie de chasse aux mouches ou de fléchettes sur les toutous. Mais depuis que nos deux amis se passionnent pour l'émission Monstre Académie, Zargouille n'a plus qu'une idée en tête : devenir aussi populaire que les monstres du petit écran. Comment? En se faisant aimer d'un enfant! Hélas, tout le monde sait bien que les enfants ont peur des monstres. Zargouille est cependant bien déterminé à réussir son exploit... coûte que coûte!»


Nouvelle collaboration habile entre Grimaud et Arbona. Cette fois, la plume de Grimaud est plus terre-à-terre mais toujours aussi juste. Une histoire au thème actuel et à la «saine» conclusion. Le duo de créatrices évite malgré tout le gnan-gnan éducatif, heureusement! Une belle façon d'aborder la perception des autres versus la personne qui nous sommes vraiment...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

lundi 18 janvier 2010

1940-1948 - Les éditeurs québécois et l'effort de guerre

Par Jacques Michon, Presses de l'Université Laval (PUL)

«L'effort de guerre des éditeurs québécois est un phénomène méconnu du public. Malgré la publication de travaux étalés sur plus d'une trentaine d'années, le rôle des éditeurs de guerre dans la diffusion des idées et la promotion de la littérature québécoise n'est encore apprécié que de quelques spécialistes.»

Livre-témoin de l'exposition en cours à la BANQ (Bibliothèque et Archives nationales du Québec). J'avoue avoir été très déçue par le résultat final. Les reproductions des artéfacts sont de qualité (quoique le choix de ceux-ci soit d'un intérêt discutable) mais le corps du texte (copié-collé maladroit des planches explicatives de l'exposition, sans doute) est très aride et manque de dynamisme (une mise en page moins ennuyante et conventionnelle aurait été plus que souhaitable!). Un livre à feuilleter, soit, mais ça ne vaut vraiment pas la peine de l'acquérir!... Mieux vaut visiter l'exposition en direct que de lire cet assomant compte-rendu! Dommage... le sujet avait pourtant beaucoup de potentiel!!!...


Lili lui donne: ★ ★ ☆ ☆ ☆

Mon petit nombril

Par Pascal Colpron, La Pastèque

«Mon petit nombril fut avant tout le contenu d'un blog dessiné quotidiennement par l'auteur. Le livre rassemblera les meilleures planches du Web ainsi que des inédits pour former un ouvrage original qui vous enchantera à coup sûr!»


Personnages cocasses et attachants naviguant en eaux familières, au coeur de situations dans lesquelles on se reconnaît et qui font sourire. Les illustrations sont simples et très éloquentes. Bref, une sympathique petite BD autobiographique qui met de l'humour dans le quotidien! Habile et parfaite pour les jours gris.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Le Temps des collages

Par Yves Perreault, Decourberon, Calligramme

«Le temps des collages est une œuvre littéraire et visuelle de grande qualité. Yves Perreault y présente trente-six collages et autant de poèmes liés entre eux par différentes thématiques qui sont le matériau brut de cet artiste coloré. Avec ses créations aux titres évocateurs tels que L’écrit en vain, Être de différence ou Génération Bof!, Perreault nous conduit dans son univers unique où la société est observée, puis disséquée. Parfois dure, parfois comique, souvent touchante sans jamais être fastidieuse, cette œuvre est bien plus qu’un simple recueil: c’est un vibrant cri artistique qui ne laissera personne indifférent.»

Premier recueil de Perreault, un peu plus sombre et hermétique que son dernier: Un ours sous la jupe. Sa plume est plutôt déconstruite et éparpillée; il s'agit indiscutablement d'un recueil pour les accrocs de poésie, pas tout à fait accessible au grand public. Beaucoup de prises de conscience et de remises en question à travers ces mots qui fusent de partout. Un coup de coeur pour «Un être de différence» et pour toute la troisième partie, «Les naufragés de la chambre à coucher»... À lire à petite dose, en prenant le temps d'en faire rouler et mûrir les mots en soi...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ☆ ☆

samedi 16 janvier 2010

I Don't Know How She Does It

Par Allison Pearson, Knopf

«Meet Kate Reddy, hedge-fund manager and mother of two. She can juggle nine different currencies in five different time zones and get herself and two children washed and dressed and out of the house in half an hour. In Kate's life, Everything Goes Perfectly as long as Everything Goes Perfectly. She lies to her own mother about how much time she spends with her kids; practices pelvic floor squeezes in the boardroom; applies tips from Toddler Taming to soothe her irascible boss; uses her cell phone in the office bathroom to procure a hamster for her daughter's birthday ("Any working mother who says she doesn't bribe her kids can add Liar to her résumé"); and cries into the laundry hamper when she misses her children's bedtime.»


Bonne petite histoire pour la Maman moderne, la Maman qui a besoin de travailler pour conserver une force intérieure, un brin d'estime d'elle-même. L'ancêtre de tous ces livres concernant les «mamans imparfaites»... même si la fin est plutôt une ode à l'instinct maternel qui transcende tout, désirs, ambitions, etc. Cela dit, malgré un début un peu lent, c'est un roman plaisant à lire... Attention! La version originale regorgeant de petits jeux de mots et de plaisanteries britanniques, la version française, tout en étant tout à fait potable, risque de peiner à trouver un équivalent humoristique aussi habile...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version française

mardi 12 janvier 2010

La mélodie des tuyaux

Par Benjamin Lacombe, interprété par Olivia Ruiz, Seuil jeunesse

«Alexandre, bientôt 13 ans. D'après son entourage, il est comme presque tous les habitants de cette ville : trop peu intelligent pour échapper à son destin qui va le mener à l'usine. Puis un jour, débarquent dans les rues une troupe de saltimbanques. Ils installent leur campement près des voies ferrés. Curieux, Alexandre les observe de loin: il est impressionné par les roulottes bariolées, les acrobates, les siamoises... et surtout par une très jolie gitane. Elle aussi l'a remarqué. Elle l'emmène avec elle et lui fait découvrir leur musique, chaleureuse et envoûtante. Alexandre tombe amoureux de la jeune fille mais tout autant du flamenco qui va lui permettre de se révéler à lui-même et aux autres. Car derrière le 'bon à rien' pourrait se cacher un musicien virtuose.»

Sublime! Inoubliable! D'une fraîcheur et d'une beauté à couper le souffle! Une histoire tendre et lumineuse, dans cette ville grise aux mille tuyaux et des illustrations qui font rêver, voyager, pleurer... Quant à la narration musicale, elle est la troisième dimension de cette épopée savoureuse; insdispensable et envoûtante! Il s'agit d'une réussite, littéralement. Un bijou à saisir au vol...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★  

lundi 11 janvier 2010

Le secret de Kim

Par Maxime Roussy et Marie-Ève Larivière, La Semaine, Le blogue de Namasté 4

«Je n'arrive pas à croire le secret de Kim! Je m'attendais à un truc pas mal moins intense. Ça me met dans une position délicate. Comment suis-je censée réagir? Quelqu'un a-t-il un guide d'emploi? À l'école, nous sommes en pleine campagne électorale. Jimmy, un gars de cinquième secondaire, se présente à la présidence contre Kim. Alerte! Alerte! C'est une Réglisse noire! Il joue dur. Mais on ne le laissera pas faire. On lui montrera la puissance des Réglisses rouges! Enfin, il y a le beau Michaël qui fait battre mon coeur... Mais est-ce que je fais battre le sien? Avec humour et une sensibilité à fleur de peau, Namasté, 14 ans, nous entraîne dans la suite de ses aventures, qui sont tout sauf ordinaires.»


Suite attendue de la sympathique série d'aventures de Namasté. Bon. Peut-être un brin trop d'événements mémorables et éducatifs dans ce tome; le «grand secret» de Kim aurait suffit amplement. Les personnages sont toujours aussi attachants et mais leurs paroles sonnent parfois un peu faux. Dommage. Un trop grand désir de ressembler à Aurélie Laflamme peut-être? Pourtant, Namasté avait une voix ado singulière et rafraîchissante, sans tomber dans le gnan-gnan! En espérant que tout rentre dans l'ordre dès le prochain tome; tome que j'attends d'ailleurs avec impatience, malgré tout!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ☆ ☆

Le temps des soupirs

Par Alexis Coridun, illustré par Jenny, Delcourt, Mathilde 1

«Les tribulations professionnelles, affectives et sentimentales de Mathilde, une jeune Parisienne dynamique rêvant de devenir écrivain.»

Petite aventure légère  et rose bonbon, aux illustrations conventionnelles et au ton franchouillard... Un espèce de roman à l'eau de rose en BD... On ne le lit que pour savoir ce qui arrivera à cette «pauvre» Mathilde malchanceuse en amour... Bref, une BD TRÈS contournable!


Lili lui donne: ★ ★ ☆ ☆ ☆

Rose, derrière le rideau de la folie

Par Élise Turcotte, illustré par Daniel Sylvestre, La Courte Échelle

«On entre ici dans l'intimité, celle de Rose, et dans une expérience, celle de l'internement. Au fil des pages s'entremêlent les questions de Rose, ses mots, ses visages. Rose est à l'hôpital avec d'autres personnalités atypiques. ou anormales, dirait-on; mais où est la norme? Une écriture poétique, sans concession, d'Élise Turcotte qui met en évidence la richesse et la lucidité de l'esprit de Rose. Une création visuelle et littéraire où le sens et l'esthétisme se complètent et se répondent, donnant au lecteur plusieurs portes d'entrée.»

Recueil vibrant, dérangeant, sombre et humain. Un peu intense peut-être pour ceux que le déséquilibre perturbe... un brin trop sombrement envoûtant pour moi! C'est le lever du rideau sur un univers aux mille vérités. Belle complicité auteur/concepteur graphique: les mots s'épanouissent et virevoltent à travers les illustrations. À lire doucement...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 

dimanche 10 janvier 2010

Mission Bouille de grenouille

Par Muriel Kerba, Gautier Languereau

«Dans mon immeuble, on est quatre du même âge, mais c'est Toto qui a eu l'idée le premier: faire sortir de chez elle la vieille rainette du troisième... Et croyez-moi, c'était pas du gâteau!»

Histoire farfelue et attachante. Et quelle belle mise en contexte, portée par des illustrations incroyables, d'une naïveté désarmante et pourtant si juste! Si l'histoire prend un brin de temps à lever, elle déboule ensuite vers une fin très sympathique. Une plume éducative, mais qui le cache habilement. Bref, un bon petit album à découvrir et à relire, le nez plongé dans les mille et une possibilités que nous soufflent les images...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Mon Papi

Par David Bouchard, illustré par Josée Bisaillon, Les 400 coups, Carré Blanc

«Papi a toujours été près de sa petite fille. Toujours. Et voici que Papi doit déménager dans un endroit particulier où il y a plein de gens de son âge… et il ne pourra y amener son chien Biscotte. Comment l’aider? Comment adoucir sa peine?»

Que dire de cet album... qu'il n'est pas destiné aux enfants? Tout à fait. Que l'histoire n'envoûte pas, mais nous tire plutôt dans les affres de la déprime? Juste. Que la plume de Bouchard tente de camoufler une vision cartésienne et adulte des choses sous une poésie mal utilisée et qui nous fait décrocher? Malheureusement vrai. Bref, ce n'est pas une réussite et c'est fort dommage car la prémisse semblait prometteuse... Cela dit, la conception graphique n'est pas si mal (la couverture est accrocheuse également, ô incorrigible fille de graphiste que je suis!). Audacieuse. Les expressions des personnages sont parfois inquiétantes, mais témoignent d'une grande humanité. À feuilleter donc, mais pas à l'heure du conte...


Lili lui donne: ★ ★ ☆ ☆ ☆

samedi 9 janvier 2010

Blanc comme veuve

Par Frances Fyfield, LGF, Le Livre de poche, Helen West 1

«Comment séduire un sémillant avocat, marié à une charmante jeune femme, quand on est veuve, riche et vieille? Eileen Cartwright entreprend d'abord de se débarrasser de l'épouse légitime, dont elle commandite le meurtre. Ce qu'elle ne sait pas, c'est qu'elle entame du même coup un duel avec deux adversaires redoutablement sagaces: le juge Helen West et l'inspecteur Bailey. Ceux-ci mettront au jour un abîme où se mêlent la folie, l'orgueil, la détresse...»


Troublante épopée dans les bas fonds tortueux de l'âme humaine... Quelle plume étrange et envoûtante que celle de Fyfield! Un mélange explosif d'Alice Ferney et d'Élizabeth George... Une plume qui prend son temps, qui multiplie les points de vue, qui tisse les liens, qui gagne la confiance du lecteur, lentement mais sûrement, pour mieux secouer leurs certitudes au fil de l'histoire... Une intrigue qu'on dévore goulûment, en fermant les yeux parfois, devant la souffrance de l'âme et du corps... Et quel duo singulier que celui de West et de Bailey; une touche de complicité dans cet univers riche et effrayant que construit Fyfield. Impressionnant.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★

  
Pour le lire en version originale (rare)

Quitter le bercail...

Ça faisait un bon moment que je brûlais d'envie de voir le documentaire de Éric Scott: «Quitter le bercail» ou «Leaving the Fold», en version originale.
Hier soir, à Zone Doc (Radio-Canada), j'ai eu la chance d'attraper sa diffusion au vol...


«QUITTER LE BERCAIL est un film qui raconte l’histoire de cinq individus qui sont nés et qui ont grandi dans un milieu juif ultra-orthodoxe et qui désirent s’en émanciper. Enfants, ils ont été élevés dans une société fermée où tout écart de conduite entraîne souvent l’ostracisme et l’intimidation, sinon pire. Ces jeunes adultes paient très cher le fait d’abandonner leur famille et leur communauté pour partir en quête de la liberté de faire leurs propres choix. Des enclaves hassidiques de Montréal, Brooklyn et de Jérusalem émergent des histoires de conflits, de contraintes et de luttes. Empreint de souffrance et d’humour inattendu, Quitter le bercail montre le passage de nos quatre héros d’une société étroitement contrôlée à un univers laïc déroutant où les choix sont infinis : Que devrais-je porter? Qu’est-ce que je deviendrai? Qui est-ce que j’épouserai? Jadis, on décidait tout à leur place. Aujourd’hui, ils doivent prendre leurs propres décisions. Cependant, les réponses ne sont pas toujours évidentes.»


Que dire de ce documentaire... Touchant, vibrant, émouvant, dérangeant, désarçonnant?... Tous ces qualificatifs à la fois? Disons qu'en suivant le parcours singulier et pas toujours rose de ces 5 «déserteurs» de la religion juive orthodoxe, on ressent jusqu'au fond de nous leur fragilité et leur vulnérabilité, mais aussi leur certitude déterminée quant à leur choix de quitter le carcan religieux de leur enfance... Une ode aux mille ressources, parfois insoupçonnées, de l'humain... Mais ce documentaire n'est-il pas une simple condamnation de leur passé et de cette religion qui ne les laissait pas être? Oui... et non. Car malgré leur départ, certaines valeurs palpitent encore en eux, comme un héritage inéluctable...

Un des beaux moments de cet opus: la discussion entre Pinchus (le père) et ses deux fils «déserteurs», Levi et Hudi, à table, respectant une des traditions de la foi hassidique tout en alimentant une argumentation philosopho-spirituelle quant à leur droit de ne pas croire...
Un documentaire à voir. Absolument. Même si sa diffusion est plutôt limitée (cliquer ici pour visiter le site officiel du film)...

mardi 5 janvier 2010

Un ours sous la jupe

Par Yves Perrault, Decourberon, Calligramme

«Après Le temps des collages, Yves Perreault, "l’as du ciseau et du pot de colle" (Didier Fessou, Le Soleil, janvier 2009), présente un nouveau recueil de collages de mots et d’images. Cette fois, c’est une histoire d’amour qui révèle tout son talent d’artiste et de poète. Marie-des-Lys et Nathaniel vivent une aventure interdite et délicieuse que le lecteur, un peu voyeur, savoure lentement, au rythme d’une singulière correspondance amoureuse faite de poèmes et d’images en couleur.»

N'étant pas une grande amoureuse de poésie, j'appréhendais un brin la lecture de cet opus fantaisiste... mais quel délice, finalement! Un recueil  en forme d'histoire d'amour; une histoire vieille comme le monde sous une forme rafraîchissante et sensuelle. La conception graphique est intéressante et dynamique mais le papier aurait eu intérêt à être glacé: on perd beaucoup de ce petit bijou graphique à cause d'un papier trop poreux! Cela dit, c'est vraiment un livre à lire, et à offrir, et à feuilleter... mais surtout à déguster encore et encore...!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 

lundi 4 janvier 2010

Le sang des innocents



Par Jo Bannister, Le Masque, Les reines du crime, Liz Graham 1

«Liz Graham est inspecteur au CID, la police judiciaire britannique. Mutée à Castelmere, elle est ravie de travailler de nouveau sous les ordres de Frank Shapiro, qui l'a toujours soutenue dans sa carrière. Enquêteur hors pair, bonhomme et philosophe, Shapiro mène ses hommes d'une main de fer. Tout irait donc bien pour Liz, si elle n'était obligée de faire équipe avec le sergent Cal Donovan, avec qui elle entretient des rapports plutôt tendus. Ce n'est pas que Donovan la prend pour une incapable parce qu'elle est une femme mais enfin, bon, un peu quand même. Comme c'est Liz qui commande, forcément, le bouillonnant Donovan, ça l'énerve. En plus, il a du sang irlandais dans les veines. C'est dire si Liz passe du temps à tirer sur la laisse de Donovan pour l'empêcher de planter ses crocs dans les mollets du premier truand qui passe.»

Mmmmh... Bonne petite enquête bien roulée, aux personnages savoureux et attachants avec leur façon singulière de se conformer aux normes sociales. Ce n'est pas une intrigue qui tient en haleine de manière insoutenable, mais la plume est habile et le décor bien planté, si bien que j'ai déjà le goût de retrouver ce superbe trio infernal d'enquêteurs pour de nouvelles et sombres aventures. Petit bémol: la traduction est bâclée et franchouillarde, comme toujours aux éditions Le Masque, alors je vous conseille d'entretenir votre bilinguisme (!) en le lisant en version originale!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version originale

vendredi 1 janvier 2010

Le journal secret de Lulu Papino - Mon premier amour


Par Lucie Papineau, illustré par Virginie Egger, Dominique et cie

«Lulu Papino décide de raconter son premier amour de vacances, un amour incroyablement romantique, dans son journal personnel et secret. Un amour qui durera toujours... Une histoire de vacances qui fait rêver.»


Une drôle de petite épopée dans le monde Lulu... Charmante histoire (un brin légère) et personnages cocasses, mais je ne suis pas certaine que le choix des illustrations style collage soit un plus... On dirait que les illustrations maintiennent les lecteurs à distance... comme si la magie n'opérait pas totalement... Pourtant, ce style graphique peut faire exploser l'histoire et entraîner le lecteur dans une autre dimension (comme dans les albums de Stian Hole), mais cette fois, c'est plutôt incertain comme effet (peut-être parce que la facture du design graphique est plus grossière que celle de Hole)... Cela dit, c'est un album qui donne le goût de le relire encore et encore...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆