Vous cherchez sur Lili?

dimanche 17 avril 2011

Accords sensibles

Par Régis Hautière, illustré par Antonio Lapone, Glénat, Treize étrange

«Gabrielle s’ennuie avec le sage Simon et rêve de Lester le coureur. Lester qui songe à se ranger depuis sa séparation d’avec Anna. Anna, dont Gordon le talentueux trompettiste tombe amoureux sur un coup de foudre. Il ne voit même pas Audrey, qui pourtant l’aime en secret…»

Savoureuse BD musicale sur le thème des rendez-vous manqués. Je me suis délectée du scénario à rebours, qui entraîne joyeusement le lecteur dans une direction puis dans l'autre, pour finalement révéler, au tout dernier moment, le fil qui unit toutes ces miettes de vie. La mise en images, épurée, un brin rétro, nous plonge dans l'univers des bars jazzés, et auparavant enfumés, où l'humain vibre de tout son être au son de la musique, valsant d'émotion en émotion, sensible à ce je-ne-sais-quoi de charmant. Une réussite!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 

Le caveau de famille

Par Katarina Mazetti, Gaïa

«Elle, c'est Désirée, la bibliothécaire, et lui c'est Benny, le paysan. Elle dévore les livres comme les produits bio, lui élève des vaches et n’imagine pas qu’on puisse lire "de son plein gré". Pourtant, ils s'accordent trois essais pour avoir un enfant ensemble. Si cela ne donne rien, c'est terminé pour toujours. Et si ça marche…»

À lire un jour...

Le mec de la tombe d'à côté

Par Katarina Mazetti, Actes Sud, Babel

Quatrième de couverture«Désirée se rend régulièrement sur la tombe de son mari, qui a eu le mauvais goût de mourir trop jeune. Bibliothécaire et citadine, elle vit dans un appartement tout blanc, très tendance, rempli de livres. Au cimetière, elle croise souvent le mec de la tombe d’à côté, dont l’apparence l’agace autant que le tape-à-l’oeil de la stèle qu’il fleurit assidûment. Depuis le décès de sa mère, Benny vit seul à la ferme familiale avec ses vingt-quatre vaches laitières. Il s’en sort comme il peut, avec son bon sens paysan et une sacrée dose d’autodérision. Chaque fois qu’il la rencontre, il est exaspéré par sa voisine de cimetière, son bonnet de feutre et son petit carnet de poésie.Un jour pourtant, un sourire éclate simultanément sur leurs lèvres et ils en restent tous deux éblouis… C’est le début d’une passion dévorante. »

À lire un jour...