Vous cherchez sur Lili?

lundi 29 mars 2010

À fleur de peau


Par Martine Latulippe, Québec Amérique, Titan, Série Marie-Pierre 1

«Marie-Pierre vit avec Suzanne, sa mère avocate, depuis que son père les a quittées pour un autre continent. Le métier de Suzanne l'obligeant à faire de longues heures au bureau, Marie-Pierre se retrouve plus souvent qu'autrement seule à la maison. En jeune fille responsable et autonome, Marie-Pierre occupe ses soirées à faire ses devoirs, parfois en compagnie de son amie Loulou avec qui elle partage tout. Depuis quelque temps, elle reçoit des appels anonymes qui l'inquiètent et s'aperçoit d'une étrange activité dans sa chambre. Des objets personnels disparaissent de façon inexpliquée. Ne voulant pas inquiéter sa mère, débordée de travail, Marie-Pierre, Loulou et leur copain David tâchent de faire la lumière sur ces mystérieux événements. Seraient-ce Léveillé, le petit insolent de l'école, et sa bande qui s'amusent à lui faire peur? Voilà les trois compères lancés dans une enquête qui leur réserve bien des surprises et, surtout, plusieurs frissons.»

Une habile intrigue à suivre, remplie de frissons et de regards furtifs... La plume est soignée (utilisant peut-être un français un peu trop ostensiblement correct pour sortir de la bouche d'adolescents toutefois) et le dénouement un poil prévisible, mais d'un point de vue général, Martine Latulippe offre cette fois un bon petit roman pour ado, sympathique, haletant et juste (on est loin de Les secrets du Manoir!)... La suite venant tout juste de sortir en librairie (Un lourd silence), c'est vraiment tentant de se replonger dans leur monde illico presto afin de savoir tout de suite ce que Marie-Pierre, Lou et David sont devenus...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Témoin muet

Par Agatha Christie, adapté par Marek, illustré par Baloo, Emmanuel Proust, Agatha Christie 17

«Miss Arundell, très riche et vieille demoiselle, a une tripotée de neveux et nièces qui ne trouvent pas grâce à ses yeux. Ces derniers goûteraient bien à sa fortune. Il ne faut donc pas s'étonner que miss Arundell échappe à la mort une première fois. Mais la deuxième tentative lui sera fatale. Et comme seul témoin : un fox terrier !... Encore une enquête impossible pour Hercule Poirot et son fidèle Hastings.»

Intrigue d'Agatha Christie savoureuse et parfaite pour une adaptation en format BD. Marek a fait un excellent travail de synthèse et les illustrations de Baloo (chapeau pour les représentations qu'il fait de Poirot et d'Hastings) soutiennent le déroulement de l'intrigue habilement. Un des albums très réussis de cette série audacieuse mettant en vedette les intrigues de la «reine du crime»...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version anglaise

L'Homme au complet marron

Par Agatha Christie, adapté par Hugues Maron, illustré par Mohamed El Baïri, Emmanuel Proust, Agatha Christie 10

«Une danseuse russe est retrouvée morte dans la villa d'un Lord, tandis qu'un homme "au complet marron" est tué dans le métro... Rien ne relie ces deux crimes étranges. Pourtant, avide de sensations fortes, une jeune aventurière, Anne Beddingfeld, a sa petite idée... Voilà qu'elle embarque pour une traversée à haut risque. Destination : l'Afrique du Sud, sur la piste des meurtres et d'un trafic de diamants. Publié en 1924, ce thriller puise son inspiration dans le vécu de la reine du crime qui avait effectué auparavant un voyage en Afrique du Sud.»

Illustrations dynamiques et adaptation audacieuse de ce crime aux mille tentacules d'Agatha Christie. L'adaptation est fidèle à l'esprit du roman, mais encore une fois, l'intrigue est un tout petit peu trop complexe pour la quarantaine de pages qu'on lui alloue. On s'y perd en effet un brin, puisque la mise en contexte des personnages est réduite au strict minimum par le format BD. Agréable, mais le choix du roman de Christie à adapter est discutable...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ☆ ☆


Pour le lire en version anglaise

dimanche 28 mars 2010

Endless Night

Par Agatha Christie, adapté par François Rivière, traduit par David Brawn, illustré par Frank Leclerc, Harper Collins, Agatha Christie 6

«The world's cleverest crime author is brought to book in this new series of graphic adaptations of some of her most famous crimes.
Who dares to ignore the superstitions of endless night? Gipsy's Acre is a truly beautiful place. In fact, it is the perfect location to build the house of your dreams - so long as you don't believe in ancient curses. Michael and Ellie don't. They are young, rich and far too happy to be put off by an old woman's warnings. Even when accidents start to happen. Written in 1967 towards the end of her career, this claustrophobic thriller was a remarkable achievement for Agatha Christie, proving that she could stil) shock and surprise modem audiences alter nearly 50 years writing books.
Described by th Sunday Times as "One of the best things Agathe:Christie has ever done it has been adapted by François Rivière and given an authentic Sixties' look by artist Frank Leclercq.»

Une audacieuse mise en images de ce classique de la «reine du crime»... Toutefois, je ne suis pas vraiment certaine que le format BD soit tout à fait approprié à cette enquête; en étant un brin trop élaguée, pour les besoins du format, l'histoire perd de sa complexité... et le plaisir de suivre l'intrigue s'en trouve diminué. Les illustrations très réalistes et léchées sont intéressantes, mais sans plus... et pour finir, le fait que cette série de BD ait été créée d'abord en adaptation française pour être ensuite retraduite en anglais me fera sans doute opter pour les versions originales aux éditions Emmanuel Proust. Bel essai d'adaptation, mais un peu trop inégal pour satisfaire les fervents admirateurs d'Agatha Christie...


Lili lui donne: ★ ★ ☆ ☆ ☆


Pour le lire en version française

jeudi 25 mars 2010

On reading

Par André Kertész, W.W. Norton & Company

«André Kertész (1894-1985) was one of the most inventive, influential and prolific photographers in the medium's history. This small volume, first published in 1971, became one of his signature works. Taken between 1920 and 1970, these photographs capture people reading in many parts of the world. Readers in every conceivable place—on rooftops, in public parks, on crowded streets, waiting in the wings of the school play—are caught in a deeply personal, yet universal, moment. Kertész's images celebrate the absorptive power and pleasure of this solitary activity and speak to readers everywhere. Both playful and poetic, On Reading is reissued with striking new duotone reproductions. Fans of photography and literature alike will welcome this classic.»

Recueil fascinant d'un obturateur curieux et passioné par les livres et ceux qu'ils ensorcellent sans crier gare... Un sympathique voyage à travers plusieurs époques; une riche palette d'émotions, de coups de foudre et de délices pour l'oeil... La facture de cette réédition est très habile, les reproductions de qualité... mais le format un brin petit pour que le bonheur soit complet. Un photographe à découvrir que ce singulier André Kertész... Un vrai conteur d'histoire!

* * * *

mercredi 24 mars 2010

Les Secrets du manoir

Par Martine Latulippe, Québec Amérique, Titan

«Quand le nom de William apparaît dans sa liste de contact MSN, Rosalie n'en croit pas ses yeux. Décidant de lui accorder une seconde chance, juste pour voir, elle entreprend avec lui une conversation assidue. Chaque soir, c'est avec une impatience grandissante et les papillons au ventre qu'elle s'installe devant l'écran, après avoir bordé Florence, sa jeune protégée. Jamais l'adolescente n'aurait cru que cet été passé dans un manoir au fond des bois lui permettrait de rencontrer le prince charmant. Mais son interlocuteur est-il bien celui qu'elle croit? Avec le web, on ne sait jamais vraiment qui se cache derrière l'écran...»

Petit récit mièvre d'adolescente en peine d'amour. La plume est plutôt prévisible et, malheureusement, à la limite du ridicule parfois. Très dommage car la série Julie, de la même auteure, dans la collection Bilbo chez Québec Amérique, est pétillante et savoureuse! On finit tout de même par s'attacher aux personnages et à leurs tribulations, mais le fil est ténu. Un roman plus ou moins réussi, donc, et destiné aux jeunes filles de 11-12 ans maximum...

Lili lui donne: ★ ★ ★ ☆ ☆

lundi 22 mars 2010

La famille Fouillis

Par Brigitte Luciani, illustré par Vanessa Hié, Nord-Sud

«Les Fouillis décident de faire un gâteau. Mais ils ne sont pas très ordonnés et pour retrouver le fouet, ils doivent ranger toute la maison! Dans chaque pièce, ils découvrent un objet qui devrait être ailleurs! Si tu veux les aider, découvre toi aussi l’intrus...»

Un superbe album jeunesse de type «cherche et trouve»! Les personnages sont cocasses et saugrenus... et les illustrations tout simplement délicieuses, remplies à craquer de détails et tellement différentes des «gentilles petites illustrations réalistes pour enfants»! On a le goût d'aller s'installer chez les Fouillis, de se lover quelque part dans une de leur chambre en forme de tornade et de savourer leur capharnaüm sympathique! À relire mille fois... et plus encore!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★  

Une petite soeur particulière

Par Claude Helft, illustré par Madeleine Brunelet, Actes Sud, Junior, Les Histoires de la Vie

Quatrième de couverture«Ce matin-là, à la maternité, un bébé est né. — Félicitations, dit la sage-femme. C’est une fille ! — Nelly, murmure sa maman, en caressant le petit dos. Un médecin a pris Nelly dans ses bras et l’a emmenée. Il revient l’air préoccupé ; il parle lentement :... Quelque chose ne va pas... Il y a eu un accident génétique, Nelly est porteuse d’un handicap. En une seconde, après la joie, une peur, incontrôlable. Ce livre évoque le difficile parcours d’un enfant handicapé et de ses proches.»

Petit récit sympathique au sujet de la trisomie. On s'attache rapidement à cette coquine de Nelly qui mord bravement dans la vie sans regarder en arrière, et à tous ses amis qui l'accueillent et l'aiment inconditionnellement. La plume est dynamique mais peut-être un poil trop éducative: il me semble que la matière passe toujours mieux quand l'enfant ne se rend pas trop compte qu'il est en train d'intégrer des notions nouvelles. Quant aux illustrations, elles sont vraiment habiles et émouvantes; très réalistes, elles nous transportent à travers l'histoire presque comme si on y était...! À lire pour le plaisir de la découverte d'une autre réalité...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

vendredi 19 mars 2010

The Guests of War Trilogy

Par Kit Pearson, chez Puffin Books.
Résumés de l'éditeur (3 tomes en un volume):
«Sky Is Falling
It is the summer of 1940, and all of England fears an invasion by Hitler’s army. Still, ten-year-old Norah Stoakes is shocked when her parents decide to send her and her younger brother Gavin to Canada as war guests. Travelling across the ocean is an adventure, but Norah’s new life in Canada is a bigger challenge than she ever expected. Until, that is, Norah discovers a surprising responsibility that helps her accept her new country and her new home. 
Looking at the Moon 
Norah has lived in Canada with the Ogilvies for three years when an Ogilvie cousin comes to spend the summer. Andrew is nineteen, handsome and intelligent, and Norah thinks she may be falling in love for the first time. But even now the war threatens to ruin her happiness... 
The Lights Go on Again 
It has been five years since Norah and Gavin arrived in Canada and now that the war is ending, they will soon be going back to England. Norah is eager to see her parents again, but ten-year-old Gavin barely remembers them. He doesn’t want to leave his Canadian family, his two best friends and his dog. Then something happens that forces Gavin to make the most difficult decision of his life.»


Savoureuse saga historique pour les jeunes... La plume de Pearson se fraie un chemin habilement dans l'histoire de l'exil d'enfants britanniques au Canada durant la Deuxième Guerre Mondiale; on apprend sans le réaliser vraiment, on rit, on grince des dents, on ressent le mal du pays... bref, la plume de Pearson nous envoûte.  
Des trois parties de la saga, la première (The Sky is Falling) est la plus intéressante d'un point de vue historique et structurel. La deuxième partie (Looking at the Moon) nous plonge dans les délices de la campagne ontarienne et de l'éveil de Norah à l'amour (plutôt idéale pour les jeunes adolescentes) tandis que la troisième partie (The Lights Go On Again) nous fait voir la fin de la guerre et ce que cela implique de deuils et de choix difficiles à travers le regard du jeune Gavin.
J'ai d'abord lu cette saga en version française, aux Éditions Pierre Tisseyre, il y a plusieurs années et je dois dire que la version originale n'a rien à lui envier. La traduction française offerte par Michelle Robinson et Marie-Andrée Clermont est aussi accrocheuse et magique que l'original. Vous n'avez donc aucune excuse pour éviter de dévorer ce délicieux classique jeunesse! Allez hop!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★


Pour les lire en version française

mercredi 17 mars 2010

On a volé mes tétés

Par Christelle Vaudour, illustré par Daphné Dejay, Terre du Réel Éditions

«Le sevrage de l'allaitement tout en couleurs et en douceur...»

Un album coloré, saugrenu et audacieux pour bébé qui commence à grandir... Mis à part le terme «tété», la plume n'est pas trop franchouillarde. Quant aux illustrations de Dejay, elles valent vraiment le détour; on est loin du gnangnan habituel! Un petit plongeon sympathique dans l'«art des grands» pour consoler un grand deuil de petit...

* * * *

Boules de neige - L'Hiver

Par Lise Mélinand, L'Élan Vert, Sam et Cid

«"Tombe les flocons! Tombe la neige! Tapis blanc!" Sam et Cid chantent à tue-tête. Cadeaux de Noël et saut de crêpes, en hiver c'est l'avalanche de fêtes!»

Un livre «cherche et trouve» pour les petits curieux... et un petit panorama discrètement éducatif des fêtes hivernales... Les illustrations sont remplies de surprises et de détails à découvrir, mais la plume est très franchouillarde. Si bien que nous, les cousins du Québec, on ne s'y retrouve pas trop dans ces termes aux références européennes... Dommage... À lire aux poussinots en trafiquant un peu le texte peut-être? En adaptant le tout, sauce Amérique du Nord?...

* * *

vendredi 12 mars 2010

Losing Forever

Par Gayle Friesen, Kids Can Press, Jes 1

«In this novel by Gayle Friesen, normal life for Jes is slipping away. Her mother is getting married again and is totally preoccupied with planning the perfect wedding. And if one fool in love is not enough, Jes’s best girlfriend has fallen for a complete jerk. To make matters worse, Jes also has to deal with Angela, her soon-to-be stepsister, who has come to stay for a month before the wedding. A half-crazed mother, a lovesick friend, a perfectly evil stepsister — could things for Jes get any worse?»


Beau plongeon dans l'univers de l'adolescence, avec ses questionnements, ses joies intenses et ses déceptions vertigineuses... Un apprentissage difficile de la fin possible du conte de fée de l'enfance... Les personnages sont sympathiques et incontestablement ados avec leur langage coloré et sans détour. Gayle Friesen nous ravit avec sa narration un brin philosophico-poétique... toutefois, la maturité des prises de conscience de ses jeunes personnages étonne parfois, voire détonne. Malgré tout, l'histoire nous accroche et on en veut encore dès la dernière page tournée! Lu en version originale anglaise, j'en ai apprécié la plume, mais je ne sais pas du tout comment la «parlure» adolescente a bien pu être traduite... je me méfierais donc de la version française. Cela dit, comme cette version est publiée aux Éditions La Courte Échelle, on pourrait peut-être avoir une savoureuse surprise... Ça vaut donc le coup d'essayer...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version française

mardi 9 mars 2010

ru

Par Kim Thúy, Libre Expression

«RU est composé de très courts récits liés un peu comme dans une ritournelle : la première phrase du chapitre reprend le plus souvent l'idée qui terminait le chapitre précédent, permettant ainsi de faire le pont entre tous les événements que la narratrice a connus : sa naissance au Vietnam pendant la guerre, la fuite avec les boat people, son accueil dans une petite ville du Québec, ses études, ses liens familiaux, son enfant autiste, etc.»

Récit douloureux, rempli de surprenantes petites parcelles d'espoir. Une plume juste et un regard authentique sur ce voyage initiatique que peut représenter l'immigration, et dont certains ne reviennent jamais au sens propre comme au figuré... Un livre comme une berceuse mélancolique, aux couplets courts mais envoûtants. Un plongeon dans une réalité déroutante et crue, à travers la mélodie littéraire de Kim Thuy. Un oxymore autobiographique qui malgré la dureté du contexte évoqué, ne se complaît pas dans l'horreur... Toutefois, âme ayant été trop couvée dans la ouate nord-américaine, s'abstenir.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★   

lundi 8 mars 2010

La salle des meurtres

Par P. D. James, Fayard, Policiers, Adam Dalgliesh 12

«Cette nouvelle intrigue concoctée par P.D. James se déroule dans le huis clos d'un petit musée londonien, le Dupayne, dédié aux années de l'entre-deux-guerres, véritable enclave de verdure et de calme située à la lisière du parc de Hampstead Heath. Administrée par les trois enfants de son fondateur Max Dupayne, cette institution rencontre des difficultés financières, et l'un des fils, Neville, psychiatre de son état, hésite à donner une nouvelle fois son aval à la reconduction du bail. Or sans son accord, le musée fermera. Aussi, quand on retrouve son corps carbonisé dans l'enceinte de l'établissement, est-ce tout naturellement sur les responsables et le personnel du musée que se portent les soupçons du commandant Adam Dalgliesh, dépêché sur les lieux. Qui a pu souhaiter la mort du médecin? Son frère Marcus et sa soeur Caroline qui, eux, tiennent absolument à ce que le Dupayne reste ouvert? Le conservateur, James Calder-Hale, dont on apprend qu'il a des liens avec les services secrets du MI5? Les deux employées modèles, Tally Clutton et Muriel Godby, qui se dévouent corps et âme à cette institution? L'affaire se complique lorsqu'un deuxième corps est retrouvé, cette fois dans l'une des salles du musée, précisément celle consacrée aux meurtres célèbres des années trente!»

Superbe morceau de littérature policière, à la dimension psychologique habilement tricotée par la plume de P.D. James! On retrouve avec plaisir (et peut-être même avec plus de plaisir que dans ses autres enquêtes) Adam Dalgliesh, ce doux poète-policier, et sa bande de vifs d'esprits. Une intrigue construite méthodiquement, sans se presser (peut-être en traînant un peu trop de la plume pour la lectrice impatiente que je suis parfois) et qui accroche le lecteur jusqu'au tourbillon final. Plongeon intéressant dans la diversité humaine et dans tous ces coins sombres et fascinants. À lire dans l'ordre de la série, car la connaissance des divers liens unissant ou opposant les personnages gravitant autour de Dalgliesh ajoute des nuances non négligeables à l'histoire. À dévorer...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version originale

La meilleure famille du monde

Par Susana Lopez, illustré par Ulises Wensell, Dominique et cie

«C'est demain matin que la famille d'adoption de Charlotte viendra à l'orphelinat la chercher. Cette nuit-là, Charlotte ne peut dormir! Elle rêve à ces gens qu'elle ne connaît pas encore. Et si c'était des pâtissiers? Miam miam, ce serait la meilleure famille du monde ! Quoique, à bien y penser, une famille de pirates serait probablement plus intéressante... Non! Une famille de dompteurs : voilà ce qui serait la meilleure famille du monde!»

Douce rêverie, un brin utopique, au sujet de l'adoption... La plume est imaginative et fraîche... saupoudrée d'une touche éducative, qui évite habilement le pontifiant... Quant aux illustrations de Wensell, que dire... toujours aussi lumineuses, attachantes, justes et fournies! Un pur délice pour les yeux... À lire encore et encore!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★   

dimanche 7 mars 2010

Mes 5 meilleurs...

Je viens de mettre à jour les 4 sections Mes 5 meilleurs... Il y a tellement de livres que j'aimerais y glisser, tellement de choix difficiles et d'oubliés qui ne devraient pas moisir sur les tablettes des librairies et des bibliothèques!... Je prends donc position, de mon mieux, avec mon coeur... afin de vous ouvrir la porte de ces mots aux mille images!

Allez-y, fouinez à votre aise!... j'espère que vous y trouverez votre bonheur!