Vous cherchez sur Lili?

mercredi 19 octobre 2011

Le monde de Théo

Par Louis Émond, illustré par Philippe Beha, HMH

«Théo vivait seul. Seul dans sa maison. Seul au milieu de son potager, entre le poirier et le pommier. Seul sur sa montagne. Seul dans son coin de pays. Seul sur la Terre. Que s'était-il passé?»

Une histoire sublime sur l'après-apocalypse! La plume de Louis Émond, charmeuse et douce, raconte une histoire vieille comme le monde; celle de la bêtise humaine, et de l'espoir qui finit toujours par poindre lorsqu'on s'y attend le moins. Dialoguant habilement avec les mots de Louis Émond, Philippe Beha offre au lecteur des bijoux d'illustrations, tendres, sensibles, qui font rêver les yeux ouverts. C'est un album somptueux et touchant qui deviendra certainement un classique, en ces temps où la Terre proteste contre l'inconscience séculaire de ses habitants.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 

La question qui tue

Par Audren, École des Loisirs, Neuf

«Depuis que la maîtresse lui a reproché de poser des questions absurdes et perturbantes pour la classe, Wendy a décidé de ne plus ouvrir la bouche. Pendant plus d'une semaine, elle a réussi à garder ses questions pour elle. Mais jeudi, à la fin de la leçon de sciences, Wendy ne pouvait plus retenir les mots qui se bousculaient dans sa tête. Elle a levé la main et demandé d'une voix claire :
- Est-ce que les fleurs sont des soupirs ?
Madame Laroumette a regardé le plafond, l'air ahuri et furieux, et s'est exclamée :
- Alors là, c'est la question qui tue !
Le lendemain, la maîtresse était morte.»

Une petite intrigue délicieusement absurde et tendre. La plume d'Audren, fine et virevoltante, fait planer le doute quant au pouvoir des mots: seraient-ils parfois assez dérangeants, assez puissants pour tuer? À travers le sentiment de culpabilité de Wendy, qui se meut bientôt en quête identitaire, l'auteure nous convie à un plongeon dans l'essentiel, sur les chemins peu fréquentés d'une amitié singulière. Wendy est tout simplement charmante, avec ses questions déroutantes et poétiques, et son inénarrable Tobias à l'esprit simple et pur. Un périple étonnant qui frôle le délice de Bobin...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 

Sam

Par Jérôme Noirez, illustré par Aurélien Police, Gulf Stream

«Sam a (deux cent) douze ans et a le pouvoir de donner vie à des créatures qu'elle découpe dans de la peau de nuit. Accablée par la solitude, elle décide un jour de se façonner une petie soeur mais elle rate son coup de ciseaux et donne naissance à Ca, une ombre malveillante et envahissante.»

Récit d'épouvante, frisonnant à souhait! La plume habilement sombre de Jérôme Noirez plante un décor inquiétant dans lequel s'épanouit une intrigue bien ficelée. Soutenu par l'univers visuel étrange et éloquent d'Aurélien Police, cet opus singulier est parfait pour les soirées venteuses d'octobre, tout en grincements et en lamentations. Froussards et âmes sensibles s'abstenir!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Requin-Baleine ou comment naissent les petits frères, les petites soeurs et les étoiles filantes

Par Alex Cousseau, illustré par Aurélia Grandin, Oskar jeunesse, Trimestre

«Un soir d'été, sous un ciel étoilé, un petit frère ou une petite soeur tente de faire son entrée dans la vie d'une petite fille qui ne le sait pas encore, tout absorbée qu'elle est dans sa discussion avec sa grand-mère autour d'un feu.»

C'est l'histoire de Maud qui attend la venue de son petit frère ou de sa petite soeur, en voguant sur les eaux mystérieuses de l'infiniment grand. La plume songeuse et poétique d'Alex Cousseau guide tout doucement le lecteur dans une réflexion sur nos origines et notre place dans l'univers, à hauteur d'enfant, à travers des inquiétudes parfois paradoxales mais incontestablement humaines. Évoluant au coeur du concept visuel d'Aurélia Grandin, collage texturé à gros traits (peut-être un brin froid et hermétique pour un jeune public), ce roman hors normes secoue habilement les conventions de la fiction pour la jeunesse, mais s'adresse définitivement à de jeunes lecteurs ferrés.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Giroflée Pois-Cassé

Par Marie-Danielle Croteau, illustré par Manon Gauthier, Dominique et cie

«Tout était parfait au royaume des Géragnomes. Vraiment parfait. Mais un jour de l'an trente-douze, se produisit un événement qui allait changer le cours de leur belle histoire. La catastrophe avait deux bras, deux jambes, des lunettes et un gros nez. Elle s'appelait Giroflée Pois-Cassé.»

Une histoire farfelue, remplie de potentiel, mais qui malheureusement ne m'a pas envoûtée. Et pourtant, cet album avait tout pour lui: la plume habituellement habile et coquine de Marie-Danielle Croteau, ainsi que la palette généralement fine et sensible de Manon Gauthier. Or, cette fois, la magie n'opère pas. Tout d'abord, l'histoire que raconte Marie-Danielle Croteau est certes joyeusement fantaisiste, mais s'éparpille tranquillement, pour finir plutôt abruptement. Puis, Manon Gauthier propose un univers visuel hybride, mi-délavé, mi-collage, mais qui, dans ce cas-ci, ne rend pas l'univers des Géragnomes vibrant ni attachant; seul son personnage de Giroflée parvient à émouvoir. Dommage pour ce duo auteure/illustratrice pourtant si talentueux... Un album coloré à feuilleter donc, mais qui ne fait pas vraiment voguer l'imaginaire.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ☆ ☆