Vous cherchez sur Lili?

samedi 30 mars 2013

Le seul instant


Par Robert Lalonde, Boréal
Résumé de l'éditeur
«"On peut comprendre une chose en un seul instant, mais on la perd dans les longues heures qui suivent avec leurs semelles de plomb ", écrit Oscar Wilde, enfermé dans sa prison. C’est de ce "seul instant" qu’il sera question dans ces pages. Pour ce qui est des "semelles de plomb" — la prison —, chacun sait à quoi s’en tenir. Mais qu’en est-il de cet instant qui oblige à sortir de soi, de cette courte illumination qui fait s’ouvrir l’œil , frissonner la nuque, trembler nos certitudes et nous amène à douter de notre âge? On a de nouveau sept ans et le monde redevient une énigme merveilleuse." R.L.»

Petit moments de bonheurs dont je me suis délecté tout doucement. Robert Lalonde invite une fois de plus le lecteur à épier la vie par-dessus son épaule, jonglant finement de sa plume luxuriante sachant dire l'inénarrable, saisissant l'instant au vol, puis tirant habilement de sa manche un flot de perles d'auteurs à découvrir, ronronnements de sagesse s'éparpillant avec bienveillance au gré des réflexions. Un délicieux opuscule à grappiller sans vergogne pour faire taire l'assourdissante urbanité le temps d'une foisonnante saison champêtre.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

mardi 26 mars 2013

The Gashlycrumb Tinies



Écrit et illustré par Edward Gorey, Houghton Mifflin

«A witty, disquieting journey through the alphabet.»

Plongeon mémorable de l'autre côté du miroir, où le noir domine et le blanc ne peut qu'être mortel. Edward Gorey, auteur et illustrateur singulier (un euphémisme!) du milieu du XXe siècle, propose un abécédaire délicieusement lugubre à l'intérieur duquel aucun espoir de survie n'est admis. Précurseur et sûrement une des inspirations du sombre style de Tim Burton, Gorey mise ici sur une narration fine et concise, à l'humour tranchant, et sur un univers visuel fascinant, monochrome, tout en détails hypnotisants et en évocations perverses. Un album décoiffant et étrangement exquis qui secoue les puces aux conventions. Coeurs sensibles s'abstenir...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆



Pour le lire en version française

The Houdini Box


Écrit et illustré par Brian Selznick, chez Atheneum Books For Young Readers.
Résumé de l'éditeur
«Victor is forever trying to escape from locked trunks, walk through walls, and perform any number of Houdini's astonishing magic tricks... without success. Then - amazingly - he actually meets his idol, and begs Houdini to explain himself. A mysterious locked box is the magician's only answer, and Victor is left to wonder: does the box contain the secrets to the most famous magic tricks ever performed?»

Un merveilleux opuscule du passé, signé Brian Selznick; ses mémorables premiers pas dans la cour des Grands en tant qu'auteur et illustrateur. Bien sûr, on en est pas encore à la sublime narration à deux voix de The invention of Hugo Cabret et Wonderstruck, mais l'essence de Selznick y est déjà présente: son éloquent univers visuel en noir et blanc, aux traits justes et sensibles, et ce bagou de conteur-narrateur donnant vie à la fiction avec l'agilité d'un magicien chevronné (!). Un récit émouvant, délicieusement déroutant, véritable hommage à la foi inébranlable (ou presque) de l'enfance en un monde de possibles.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆



Pour le lire en version française

House Held Up By Trees


Par Ted Kooser, illustré par Jon Klassen, Candlewick Press

«When the house was new, not a single tree remained on its perfect lawn to give shade from the sun. The children in the house trailed the scent of wild trees to neighboring lots, where thick bushes offered up secret places to play. When the children grew up and moved away, their father, alone in the house, continued his battle against blowing seeds, plucking out sprouting trees. Until one day the father, too, moved away, and as the empty house began its decline, the trees began their approach.»

Allégorie délicate et mélancolique du temps qui fuit. Ted Kooser chuchote tout doucement à l'oreille du lecteur cette vie qui naît, qui grandit et qui s'envole à travers le regard émouvant d'un père qui refuse de laisser sa maison se faire envahir par une flore déterminée. Portée par l'univers visuel sensible de Jon Klassen, par sa tendre palette et ses teintes d'un autre âge (empreintes de cette sagesse qu'ont les vieux arbres), cette histoire singulière, presque initiatique, sait souligner adroitement l'importance de saisir le bonheur au vol, avant qu'il ne s'échappe.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Boot & Shoe


Par Marla Frazee, Beach Lane Books

«Boot and Shoe were born into the same litter, and now they live in the same house. They eat out of the same bowl, pee on the same tree, and sleep in the same bed. But they spend their days apart-Boot on the back porch because he's a back porch kind of dog, and Shoe on the front porch because he's a front porch kind of dog. This is exactly perfect for them. But then a crazy neighborhood squirrel arrives . . . and everything goes topsy-turvy!»

Un petit délice croisé au hasard des rayons... Marla Frazee souffle au lecteur une tendre histoire d'amitié canine, narrant habilement l'essentiel, d'une plume cocasse, et ouvrant la porte d'un imaginaire sensible, à l'éloquence joyeusement ébouriffée. Un album mignon tout plein qui fait rigoler le coeur...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

Oliver


Écrit et illustré par Birgitta Sif, Candlewick Press

«Oliver is different. He enjoys his solitude. He likes playing with his friends, who are puppets, stuffed animals, and other toys. With his rich imagination, Oliver's day is never dull. There are bridges to cross, sharks to fight, and treasures to find! But maybe toys don't always give a boy everything he needs. Maybe he needs another kind of companion. Will Oliver discover a way to be, well, different? When his tennis ball rolls across the lawn into the yard of the girl next door, he just might be surprised.»

Une petite douceur qui ose sortir joyeusement des sentiers battus. Birgitta Sif tricote une histoire savoureuse de sa plume fine et juste, plongeant le lecteur dans un univers visuel sensible, à la palette tendre, toute en nuances et en délavés émouvants. Un album coquin et habile, zigzaguant joyeusement entre imaginaire et réalité; une petite perle pour les rêveurs et rêveuses de ce monde...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★  

dimanche 24 mars 2013

Singing Away the Dark

Par Caroline Woodward, illustré par Julie Morstad, Simply Read Books

«On a dark winter's morning a little girl has to trudge a mile to catch the school bus. Will she be able to sing her way through the shadows?»

Un petit bijou exquis pour les matins sombres. Caroline Woodward souffle au lecteur une bouffée d'enfance, candide, authentique, juste, bouleversante montagne russe d'émotions plus grandes que tout; bref, ses mots savent dire (et définitivement mieux en langue originale, sa prose poétique supportant très mal la traduction, en commençant par le titre lui-même - Singing Away the Dark - tellement plus évocateur en version originale que son pendant en version française, Chanter dans le noir!). Nichée au coeur de l'univers visuel tendre de Julie Morstad, aux délavés sensibles et aux expressions éloquentes, cette histoire hors du temps envoûte indiscutablement. Un opuscule parfait, en tous points...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★ 


Pour le lire en version française

Encore heureux qu'il ait fait beau


Par Florence Thinard, Thierry Magnier

«Personne ne comprend ni pourquoi ni comment la bibliothèque Jacques-Prévert se retrouve à voguer sur l'océan. À bord, le directeur, la bibliothécaire, un prof de technologie, la sixième F au complet, et Saïd l'infernal, qui se trouvait là par hasard. Une fois l'incroyable admis, il faut manger, boire, dormir, s'organiser. Chacun fait preuve de courage et d'imagination pour transformer cette traversée en une aventure joyeuse et inoubliable.»

Une épopée improbable mais incroyablement touchante. Florence Thinard tricote une narration délicieusement coquine, repoussant les limites du possible et secouant les repères. Hybride habile entre la réalité d'aujourd'hui et les classiques expéditions maritimes de la littérature, cet opus plonge le lecteur dans une odyssée impromptue, voguant au coeur de l'âme humaine, de son incroyable résilience et de ses failles inévitables. Une quête initiatique étonnante, à l'ère du 2.0. Une bibliothèque qui prend le large... pourquoi pas?  Laissez votre imaginaire prendre la barre et «Ho Hisse, matelots»!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

vendredi 22 mars 2013

Dead Man's Folly


Par Agatha Christie, Harper Collins, Hercule Poirot

«Sir George and Lady Stubbs, the hosts of a village fete, hit upon the novel idea of staging a mockmurder mystery. In good faith, Ariadne Oliver, the well-known crime writer, agrees to organize their murder hunt. Despite weeks of meticulous planning, at the last minute Ariadne calls her friend Hercule Poirot for his expert assistance. Instinctively, she senses that something sinister is about to happen...»

Une enquête intrigante et méconnue de l'irréductible Hercule Poirot et de la délicieusement éparpillée Ariadne Oliver. Encore une fois, Agatha Christie mène le lecteur par le bout du nez, tricotant d'une plume agile un inextricable noeud de possibles, trompant sa vigilance, utilisant avec brio sa crédulité. Une enquête exquise à savourer tout doucement...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version française

jeudi 21 mars 2013

Pico Bogue


Par Dominique Roques, illustré par Alexis Dormal, Dargaud, Pico Bogue

«Pico Bogue est le fils aîné d'une famille normale, c'est-à-dire unique, extraordinaire et parfois complètement folle. Avec sa petite soeur Ana-Ana, Pico évolue dans la vie avec autant de certitudes que d'interrogations, ce qui vaut à ses parents et grands-parents des crises de rire ou de désespoir.»

J'étais curieuse de me plonger dans les Pico Bogue étant donné que cette série est en fait la genèse des tout nouveaux Ana Ana parus chez Dargaud. Eh bien, je n'ai pas été déçu!... et, pour être honnête, je suis presque heureuse d'avoir découvert les Ana Ana d'abord, puisqu'après avoir dévoré la série des Pico Bogue, les Ana Ana me paraissent désormais (et à mon grand malheur!) un brin simplistes, voire tristement superficiels. L'univers de Pico Bogue est, pour sa part, riche, désopilant et délicieusement irrévérencieux; l'enfance s'y exprime avec aplomb et lucidité, chamboulant la tranquillité du monde adulte, bouleversant leurs certitudes. La verve de Dominique Roques y est pour beaucoup, évidemment (bien que certains gags ne soient pas aussi savoureux que les autres, au fil des tomes), mais ce qui fait rire aux éclats et émeut par sa justesse et son éloquence, c'est définitivement l'univers visuel joyeusement ébouriffé d'Alexis Dormal. C'est une série incontournable, donc, à mettre entre toutes les mains; une surprenante rigolade philosophico-quotidienne à déguster en famille.


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


La série (5 tomes): 
La vie et moi
Situations critiques
Question d'équilibre
Pico Love
Légère contrariété

mercredi 20 mars 2013

La bibliothèque municipale de demain: douce utopie ou futur proche?

J'aime les livres. Je les adore. Je m'en entoure. Je les dévore. Je ne surprendrai personne, alors, en disant  que lorsque je visite de nouveaux endroits, de nouvelles villes, de nouvelles contrées, mon regard part immédiatement à la chasse, il fouille et fouine à la recherche de petites boutiques de livres usagés ou de bibliothèques municipales à explorer. Ça fait sourire mon entourage, et surtout mon copain qui partage ma vie depuis un moment déjà, et qui a fini par s'habituer gentiment à ces interruptions impromptues de nos pérégrinations... 

Or, il y a quelques temps, mon amoureux, urbaniste de son métier, m'a introduit à une nouvelle école de pensées en design culturel: la bibliothèque comme troisième lieu. En effet, depuis un moment, lorsque de désuètes bibliothèques municipales ont la chance (!) d'obtenir une transformation architecturale extrême, ou que des lieux tout neufs voient le jour (par exemple, la Bibliothèque et Archives nationales, à Montréal, mieux connue sous le nom de Grande Bibliothèque) la tendance est à l'abolition du cloisonnement. On fait dans l'aire ouverte, on joue sur la transparence, sur les niveaux pour créer une expérience différente pour l'usager. Le mouvement dit de la bibliothèque comme troisième lieu semble s'inspirer de ces bases, mais en poussant encore plus loin la réflexion architecturale: on veut faire de la bibliothèque municipale le «troisième lieu» du quotidien dans lequel évolue l'usager, s'ajoutant aux deux classiques, la maison et le boulot. Il faut que la bibliothèque soit non seulement un lieu de consultation, mais aussi de discussion, de rencontre, de création où les nouvelles technologies ont leur place; un lieu où il fait bon vivre, que l'on a envie de fréquenter pour son bouillonnement de possibilités. 

Bien sûr, je dois être un brin maladroite dans mes explications: disons que je vous transmets ce que j'ai retenu, en vrac, de ce type de design d'intérieur bien particulier. Mais pour pallier à mes lacunes pédagogiques, et si la curiosité vous titille, voici quelques liens vers plusieurs articles mis en ligne sur différents blogues, celui des bibliothèques de la Ville Montréal entre autres, et abordant plusieurs des concepts de la bibliothèque comme troisième lieu (Espace BBibliomancienne et le BBF).

Puis, juste pour le plaisir, voici un exemple intéressant de design audacieux, tentant de donner un statut multiple à une bibliothèque municipale: la bibliothèque de Vennesla en Norvège.
Design fait par l'agence Helen & Hard
Et enfin, un dernier petit lien pour la route: une section du blogue Espace B qui aborde l'architecture des bibliothèques en général. J'avoue avoir eu un petit faible pour leur plus récent billet: 5 villes, 5 projets phares de bibliothèques.


Inspirant comme mouvement, me direz-vous, mais est-ce vraiment réalisable? Est-ce que la communauté est prête à une telle relecture des bibliothèques municipales en tant que lieu d'échange? Et surtout, en regard de l'état des bibliothèques municipales d'aujourd'hui, en manque cruel de fonds, vieillissantes, aux collections souvent obsolètes, à l'espace infinimum et aux équipements trop souvent inadéquats, verra-t-on vraiment poindre les pionniers de cette idéologie de notre vivant? Eh bien, je crois que l'on peut répondre par l'affirmative. En effet, comme plusieurs articles que j'ai mis en référence le mentionnent, de plus en plus de villes emboîtent le pas, et nul besoin de s'exiler hors du Québec pour bénéficier de ces audaces architecturales: la bibliothèque Paul-Aimé-Paiement existe déjà, à Charlesbourg, la future bibliothèque Marc-Favreau verra le jour en 2013, à Montréal, et les projets d'agrandissements de la bibliothèque de Pierrefonds donneront lieu à un concours d'architecture prometteur en 2013 également. 

Évidemment, il faudra être patient... Mais en attendant que déferle avec plus d'assurance la vague de la bibliothèque comme troisième lieu sur nos vies, rien de mieux que de continuer à visiter nos bibliothèques municipales avec assiduité, question de démontrer au pouvoir en place que ces lieux nous importent, qu'ils font partie de nos vies depuis longtemps et qu'ils sont là pour rester!...

dimanche 17 mars 2013

Douce nuit


Par Alexis Dormal et Dominique Roques, illustré par Alexis Dormal, Dargaud, Ana Ana 1

«Il est déjà bien tard, et Ana Ana est encore en train de lire. Ses parents lui ont pourtant demandé d'éteindre la lumière depuis longtemps...»

Une première BD parfaite pour les tout-petits. Bien sûr, c'est une histoire simple, toute simple, attachante et qui fait sourire les adultes en coin. Mais c'est surtout la mise en images d'Alexis Dormal qui est on ne peut plus irrésistible: son trait délicieusement ébouriffé évidemment, mais aussi, la justesse dans les expressions des personnages. Pour peu, on s'y croirait, dans la chambre d'Ana Ana, tard, tard, tard, au beau milieu de ce brouhaha impromptu! Une historiette tendre et cocasse, donc, qui en fera rire plus d'un aux éclats...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

samedi 16 mars 2013

Chanter dans le noir


Par Caroline Woodward, illustré par Julie Morstad, La Courte Échelle

«Par un froid matin d’hiver, une petite fille doit traverser une forêt effrayante pour aller attendre l’autobus scolaire. Tout le long du chemin, elle chante pour se donner du courage.»

Une histoire sans âge, si simple, mais si poignante! Portée entièrement, ou presque, par l'univers visuel sensible de Julie Morstad, tout en délavés émouvants, en palettes évocatrices et en expressions éloquentes, cette touchante aventure du quotidien chamboule le lecteur, le plongeant dans la noirceur et le froid des matins d'école. Si la narration sobre tricotée par Caroline Woodward perd un peu de sa justesse en passant de l'anglais au français (certaines rimes sonnent faux et s'enchaînent maladroitement parce qu'intraduisibles),  on se laisse tout de même porter par la poésie frissonnante de ces excursions matinales épiques, véritables quêtes initiatiques où on brave les angoisses tout en avalant les kilomètres...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆


Pour le lire en version originale

mercredi 6 mars 2013

Brindille

Par Rémi Courgeon, Milan

«Comme elle a du mal à se faire entendre dans une famille de garçons, Pavlina, dite Brindille, décide de laisser tomber le piano pour prendre des cours de boxe. Sur les relations entre frères et soeurs.»

Étrange et déroutant petit morceau de vie. Rémi Courgeon plonge le lecteur dans l'univers hors norme, et plutôt austère, d'une jeune fille à la détermination inébranlable. Soutenu par un univers visuel au charme vieillot et aux traits audacieux, cette histoire singulière, tantôt révoltante, tantôt cocasse, tantôt émouvante vient bouleverser les repères avec finesse, sensibilité et justesse. Un album chamboulant à découvrir sans tarder...


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ☆

samedi 2 mars 2013

The Man in the Brown Suit


Par Agatha Christie, Harper Collins

«Pretty, young Anne came to London for adventure. She found it immediately - on the platform of Hyde Park Corner tube station, where a thin man, reeking of mothballs, lost his balance and was eletrocuted on the rails. The Scotland Yard verdict was accidental death. But Anne was not satisfied. After all, who was the man in a brown suit who examined the body? And why did he race off, leaving a cryptic message behind: "17-122 Kilomrden Castle"?»

Un petit bijou méconnu de la Reine du Crime. Cette fois, ni Hercule Poirot, ni Miss Marple ne sont là pour démêler le fil de l'intrigue; seulement Anne Bedingfeld, cette jeune fille à la soif d'aventures inextinguible. Dans une audacieuse narration à deux voix, Agatha Christie parvient à plonger le lecteur au coeur d'un mystère sombre et enchevêtré à souhait, où l'imprévisible côtoie l'exotique; un voyage déroutant, en eaux troubles, secouant les repères et ouvrant les yeux sur la surprenante complexité de l'âme humaine. Un classique à découvrir... ou à redécouvrir!


Lili lui donne: ★ ★ ★ ★ ★  


Pour le lire en version française