Vous cherchez sur Lili?

vendredi 31 mars 2017

Marie-Antoinette : la jeunesse d'une reine.

Scénario et dessins de Fuyumi Soryo, collection Seinen manga, chez Glénat.
Résumé de l'éditeur:
«Marie-Antoinette est l'une des personnalités historiques les plus adaptées en fiction. Sophia Coppola, Chantal Thomas ou Riyoko Ikeda… de nombreux créateurs ont donné naissance à un personnage en adéquation avec leurs idéaux. Cependant, quand Fuyumi Soryo s'attaque au mythe, ce n'est pas pour reproduire une énième icône malmenée par la vision trop partiale de Stephan Zweig, mais pour restituer dans la réalité historique une jeune fille dénuée de tout artifice.  Avec la précision qu'on lui connaît déjà sur Cesare et grâce au soutien du Château de Versailles, ce n'est plus un simple manga, mais une plongée virtuelle au cœur de la cour au XVIIIe siècle que l'auteur vous offre.»

Elle avait 14 ans, et une famille adorée. Elle quittait, sans crier gare, une cage dorée pour une autre, plus rutilante et complexe encore. Elle rêvait encore d’amour, sans pouvoir espérer tricoter le sien à sa guise. Elle n’était pas la maîtresse de ses actions, de ses paroles, ni même de ses pensées. Elle était, malgré elle, un bel objet qu’on offrait en échange de l’aspiration stratégique à un peu plus de pouvoir. Elle ne pouvait s’affirmer une existence. Et pourtant, malgré les carcans, les manigances et la solitude, elle osa prendre sa place dans l’échiquier de la Cour de Versailles. Au risque de déplaire. Froissant candidement les certitudes. Dans un rapide survol (un brin trop concis à mon goût de curieuse!), Fuyumi Soryo fait revivre les premiers pas vertigineux de l’archiduchesse d’Autriche dans sa nouvelle vie d’«adulte». Avec finesse et sensibilité, Soryo plonge le lecteur de l’autre côté du miroir, là où il y a plus de questions que de réponses, plus de jugement que de bienveillance, plus d’ennemis que de complices, mais où l’espoir sait poindre là où on l’y attend le moins. Un bref (trop bref) opus qui présente l’Histoire sans les majuscules, et qui soulignent habilement que derrière les personnages publics se cache toujours, envers et contre tout, l'humanité dans toute sa faillibilité.


Lili lui donne: ✮ ✮ ✮ ✮ ✩

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire